Animation: Quand la France relocalise…

La réforme du compte de soutien animation (Cosip) et le renforcement des crédits d’impôts (cinéma, audiovisuel et international) dopent la filière animation et incitent les producteurs à (re)localiser des tâches qui, depuis des années, étaient sous-traitées en Asie (animation et layout)... 
5_iqbal_OK.jpg

 

« Ces mesures fiscales ont des incidences directes sur les devis des prestataires et sur les parts de coproduction que les producteurs, disposant de financements plus importants, pourront prendre », se félicite Florent Mounier (2D3D), qui vient de coproduire avec l’Unicef le long-métrage Iqbal dans son studio à Angoulême.

Si les effets sur le long-métrage sont encore peu perceptibles, l’augmentation des volumes sur la série est flagrante. Pour autant, tous les studios ne vont pas arrêter la sous-traitance en Asie : « Depuis 2009, nous avons ouvert des studios au Canada et en Chine, remarque Jean-Michel Spiner (2 Minutes). Ils ont acquis un savoir-faire. Il ne serait pas stratégique de les fermer : l’animation reste une économie fragile. Nous allons néanmoins relocaliser une partie de l’animation. » 

Conséquence de la réforme, pas moins de six nouveaux studios d’animation, filiales de grosses structures de production (Xilam, Superprod, Samka, GO-N Productions…) ou créés ex nihilo, se sont ouverts entre Paris, Angoulême, Lyon et Valence. À Angoulême, Samka Prod, qui a ouvert Unique Animation, entend y fabriquer ses prochaines séries, se lancer dans la prestation 2D et, à partir de 2017, dans l’animation 3D.

Devant cette montée en charge du volume de production, certains studios s’attendent à rencontrer des difficultés au niveau du recrutement des animateurs 3D : le réseau Reca (vingt-cinq écoles d’animation) n’en formant qu’environ deux cents par an ! L’objectif de la réforme est de créer 30 % d’emplois supplémentaires.

 

* Ce texte est extrait de l’article « Annecy parie sur la réalité virtuelle » paru pour la première fois dans Mediakwest #18, pp.84-86. Soyez parmi les premiers à lire nos articles en vous abonnant à notre magazine version papier ici