Championnat européen de football : les flux de travail à distance en coulisses

Le diffuseur hôte du championnat européen de football a dû adapter ses méthodes de travail à la pandémie en ayant de plus en plus recours à des flux de travail à distance.
Le Centre international de radiodiffusion (IBC), près d’Amsterdam, abrite une technologie de pointe. © by film-tv-video.de / Nonkonform GmbH

 

Lors de grands événements sportifs comme le championnat européen de football, le centre international de radiodiffusion concerné joue généralement un rôle central. Un tel IBC (International Broadcast Center) abrite généralement une technologie de diffusion complète, telle que des salles de contrôle, des serveurs, des systèmes de surveillance et de transcodage, des liaisons montantes et bien plus encore. En outre, l’IBC est une base pour les radiodiffuseurs du monde entier. L’IBC du championnat d’Europe de football à Amsterdam dispose également de toutes ces fonctionnalités, mais il a été mis en place d’une manière totalement différente des années précédentes.

En période de pandémie, beaucoup de choses sont différentes : les radiodiffuseurs essaient de réduire leur présence sur le site de l’IBC, d’y affecter peu de personnel et de travailler de manière aussi décentralisée que possible. Et bien sûr, cela s’appliquait également au radiodiffuseur hôte du championnat européen de football lui-même, qui souhaitait également utiliser des installations techniques décentralisées : c’était la seule façon de minimiser les risques pour la santé, ce qui est primordial pour un événement de cette ampleur. Après tout, les spectateurs viennent volontairement et seulement pour une courte durée, alors que le personnel technique d’une émission de télévision est là pour de nombreuses heures de travail.

Pour le championnat européen, le radiodiffuseur hôte a également décidé de sous-traiter à Londres une partie de la technologie qui serait normalement hébergée à l’IBC d’Amsterdam. Concrètement, toute la postproduction est située à Londres, tandis que les flux en provenance des stades du championnat d’Europe arrivent à l’IBC d’Amsterdam, où ils sont enregistrés avec une grande infrastructure de serveurs et mis à la disposition des radiodiffuseurs du monde entier.

 

Montage à distance à Londres

L’hébergeur produit non seulement les matchs de football pour les détenteurs de droits, mais aussi beaucoup de contenus supplémentaires : il s’agit d’extraits des matchs, de teasers pour certains matchs, de courts reportages sur les équipes, les joueurs ou les entraîneurs, ainsi que des informations supplémentaires sur les différents lieux et pays.

C’est exactement le genre de clip que l’équipe monte à Londres. Les monteurs pouvaient rechercher les contenus audiovisuels sur les serveurs EVS dans l’IBC à partir du logiciel de montage Adobe Premiere Pro via le panneau IP-Link. Ils peuvent ensuite appeler les clips souhaités et les monter à Londres. Bien que les monteurs soient installés à Londres, leurs postes de travail se trouvaient à l’IBC d’Amsterdam, c’est la particularité de cette installation.

Jan Fröhling, de MoovIT, explique : « Lorsqu’il est devenu évident que l’ensemble du montage serait externalisé à Londres à cause du Covid-19, nous avions finalement trois options. Soit transférer tout le contenu de l’IBC de Londres pour le montage, soit envoyer du matériel à faible résolution à Londres et travailler avec ces proxies. La troisième option était d’établir un flux de travail à distance où les monteurs de Londres pouvaient monter sur les postes de travail d’Amsterdam. »

L’hôte du championnat d’Europe de football a opté pour cette dernière solution, notamment parce que toute l’infrastructure des postes de travail de l’IBC d’Amsterdam pouvait être conservée et utilisée car tout avait déjà été préparé et planifié. Il s’agissait donc de créer un moyen pour les rédacteurs d’utiliser les équipements à Amsterdam à distance depuis Londres et MoovIT a réalisé cette connexion avec l’UER.

Markus Bledowski, responsable de l’assistance, nous informe depuis Londres : « Nous travaillons avec une cinquantaine de salles de montage ici. Nous utilisons Premiere Pro pour le montage et After Effects pour les graphiques. Pour le montage sonore, nous utilisons Adobe Auditio. Pour la 3D, nous utilisons Maxon Cinema 4D et pour les rendus, Redshift. »

Le principal chaînon manquant dans cette configuration est le logiciel de Teradici. Grâce à leurs clients PC-over-IP, il est possible de s’asseoir dans la salle de montage à Londres et d’effectuer le montage sur une station de travail à Amsterdam avec un délai quasi nul.

« L’ensemble fonctionne si bien que les monteurs ne se rendaient généralement pas compte qu’ils travaillent à distance. Ce n’est que lorsqu’un son doit être enregistré, par exemple, que vous remarquez un léger retard », explique Markus Bledowski.

Jan Fröhling ajoute que le plan initial, qui prévoyait un montage local à Amsterdam, prévoyait des moniteurs grand écran de 38 pouces en moyenne. « Lorsque nous avons dû passer au flux de travail à distance, nous étions initialement assez dubitatifs quant à l’opportunité de transmettre le contenu de ces grands écrans 4K pixel par pixel à 50 images par seconde. Mais rétrospectivement, c’était la bonne décision : les rédacteurs peuvent travailler avec sans aucun problème malgré la connexion à distance. »

 

Helmut4 de MoovIT est utilisé pour la gestion de projets

Le diffuseur hôte utilise le logiciel Helmut4 de MoovIT pour la gestion du projet. Il veille à ce que les projets des rédacteurs soient mis en place et structurés de la manière souhaitée, que les rédacteurs travaillent avec les bons modèles et que les métadonnées et les profils des utilisateurs soient gérés correctement.

Cosmo, à son tour, veille à l’échange correct des projets, et avec l’aide de Helmut IO, les projets finis sont finalement exportés vers les destinations souhaitées. Il peut s’agir d’installations de stockage locales, mais aussi de l’IBC d’Amsterdam ou de sites dans les villes hôtes ou dans les stades : par exemple, pour les retransmettre sur la télévision des supporters. Toutes ces étapes sont entièrement automatisées grâce à Helmut4.

 

Équipes de cameramen avec des installations mobiles

Le diffuseur hôte a envoyé des équipes de cameramen mobiles sur tous les sites du championnat d’Europe de football pour tourner des images. Ce matériel était mis à la disposition des titulaires de droits qui pouvaient l’utiliser pour de courts clips, par exemple.

MoovIT avait pour mission d’équiper ces équipes avec des technologies adaptées. La société de Cologne a opté pour une installation composée d’un ordinateur portable équipé d’Adobe Premiere et d’un logiciel personnalisé qui permet aux équipes ENG de transférer facilement leur matériel et leur montage brut, y compris les métadonnées, vers l’IBC.

Pour les traductions, il était possible d’envoyer automatiquement le contenu au centre de transcription si cela est configuré en conséquence dans les métadonnées. C’est important car différentes traductions du matériel devaient être disponibles très rapidement.

Les équipes ENG pouvaient utiliser différents moyens pour transférer leur contenu. Le matériel peut être transféré via Aspera sur Internet, mais il est également possible de télécharger le contenu via des stations de téléchargement spéciales de l’UER. La troisième option est fournie par le matériel du fabricant Aviwest, que MoovIT met à disposition. Ces dispositifs combinent de manière dynamique les modems LTE, le WLAN et l’Internet. En fonction de l’endroit où se trouvent les équipes, la combinaison appropriée est utilisée pour garantir la transmission des données à un débit maximal.

 

Transmission des conférences de presse avec Aviwest

Pour la transmission des conférences de presse du championnat européen de football, le diffuseur hôte souhaitait une solution dynamique lui permettant de réagir avec souplesse aux évolutions en cours. Une configuration de transmission fixe était donc exclue.

MoovIT a donc décidé d’utiliser une solution d’Aviwest pour transmettre ces signaux à l’IBC d’Amsterdam. L’IBC reçoit un signal H.265 des systèmes Aviwest, qui est décodé et livré à l’IBC sous forme de signal SDI.

« Comme nous sommes très flexibles en termes de réseaux et de voies de transmission, nous pouvons garantir une très bonne qualité d’image ici. Même s’il y avait des problèmes avec l’un des modems mobiles, nous serions toujours en mesure de retransmettre le matériel par la suite. Comme les systèmes d’Aviwest permettent également un enregistrement local, le matériel est toujours disponible », explique Jan Fröhling.

 

Résumé

Jan Fröhling a, jusqu’à présent, dressé un bilan très positif de la production à distance lors du championnat européen de football. « Nous avons été contraints de mettre en œuvre l’ensemble relativement rapidement et sans tests approfondis ni grande préparation. Mais il s’est avéré que l’on peut très bien travailler à distance avec notre configuration et je suis sûr que nous conserverons ces flux de travail pour les prochains grands événements. »

Markus Bledowski est également convaincu que les méthodes de travail décentralisées vont se généraliser et s’imposer. Il ajoute que la production à distance de l’hôte ne s’arrête pas à Londres. Même dans la configuration actuelle, de nombreux monteurs travaillent à distance : « Nous avons des monteurs qui font du montage d’une chambre d’hôtel via VPN parce qu’ils ont dû passer en quarantaine pendant quinze jours après être entrés dans le pays et nous avons aussi des monteurs qui ont dû travailler chez eux parce qu’ils n’étaient pas autorisés à entrer dans le pays. »

En bref, la pandémie a considérablement accéléré la remote production à distance pour des événements de cette ampleur. Et la technologie a prouvé qu’elle pouvait suivre ces progrès et fonctionner de manière fiable, explique MoovIT.

 

Reproduit avec l’aimable autorisation de film-tv-video.de, cet article est paru pour la première fois dans Mediakwest #43, p. 138-141.


Articles connexes