.

Des solutions autostéréoscopiques pour une exposition de photographies reliefs du début du XXe siècle

Une exposition de photographies en 3D aux solutions techniques originales se tient à Varsovie. Elle est organisée par la Maison des Rencontres avec l'Histoire, le musée d'Anne et de Jaroslaw Iwaszkiewicz ainsi que l'agence de photographie Fotonova.
Nous avons interviewé Miłosz Hermanowicz qui a mis en place les solutions 3D sur cette exposition.
38bea6f232aa990273b367ca55af8e69.jpg

 

Mediakwest : D’où vient cette passion pour l’image 3D Relief ?

Milosz Hermanowicz : Monteur indépendant depuis plusieurs années, je me suis formé il y a deux ans aux techniques de l’image relief. Depuis, mon vieil intérêt pour l’image d’archive de toute sorte a pris une direction surprenante. J’ai d’abord expérimenté avec des photographies stéréoscopiques anciennes en réalisant un court-métrage intitulé Red Lady. Par la suite, j’ai été invité, par la Maison des Rencontres avec l’Histoire à Varsovie en Pologne, à travailler sur une exposition de photographies intitulée « Je photographierai en couleur – Le début du XXe siècle sur les photographies reliefs de Stanislaw Wilhelm Lilpop ».

Mediakwest : Quelles sont les différences par rapport à une exposition traditionnelle ?

Milosz Hermanowicz : L’une des particularités de cette exposition est de dévoiler la première photographie polonaise connue réalisée en couleur. Cet autochrome, daté de 1909, a aussi l’autre particularité d’avoir été pris avec un appareil stéréoscopique. C’était le cas de toutes les photographies de Stanislaw Wilhelm Lilpop, le riche industriel polonais dont les photos sont le sujet de l’exposition. Elles dépeignent les coutumes et le style de vie de la riche bourgeoisie polonaise de l’époque, la vie de famille de Lilpop, la vie à Varsovie, enfin les voyages en Europe et en Afrique de la classe aisée d’alors. Cette première photographie couleur représente la fille de l’auteur avec une amie. Anna Lilpop est connue pour avoir été la femme de l’écrivain polonais Jaroslaw Iwaszkiewicz. C’est dans les archives du musée qui porte leurs noms (Musée d’Anne et de Jaroslaw Iwaszkiewicz à Stawisko) que ces photographies ont été découvertes.

 

Mediakwest : Pourquoi avoir la 3D sans lunettes ?

Milosz Hermanowicz : L’autre particularité de cette exposition est de présenter une sélection de ces anciennes photographies stéréoscopiques en relief sans lunettes. Tout d’abord, chaque thème de l’exposition s’ouvre par un tirage lenticulaire 3D au format 40×40 cm, le reste des photographies étant proposé en 2D. Ensuite, un écran autostéréoscopique présente une sélection de 32 photographies relief. Grâce à ces solutions, l’exposition propose enfin au spectateur une expérience du relief de photographies anciennes sans aucun équipement supplémentaire. Libéré de stéréoscopes ou autres lunettes 3D, le spectateur peut visiter l’exposition comme une exposition 2D, sans gêne due à la technologie.
Mon travail a consisté à nettoyer ces photos et à corriger les défauts de la stéréoscopie caractéristiques des techniques de l’époque. Ce processus permet d’exploiter pleinement toute la force de l’effet relief contenu dans ces images. Cela permet d’engager émotionnellement le mieux possible le visiteur. Parallèlement, j’ai été amené à proposer et mettre en place les solutions techniques nécessaires à une exposition relief sans lunettes.

L’exposition se tient du 4 juillet au 17 novembre de cette année à la Maison des Rencontres avec l’Histoire de Varsovie.

Plus d’info sur l’exposition : http://www.dsh.waw.pl/en/3_148
Plus d’info sur le court-métrage Red Lady : 

http://www.ciclic.fr/actualites/red-lady-l-archive-en-3d-angers