La FICAM alerte les Pouvoirs publics sur la situation du groupe Ymagis et appelle à un plan de soutien des industries techniques cinéma et audiovisuel

Suite au message alarmant Jean Mizrahi, président d'Ymagis et propriétaire d’Eclair dans un récent article du Monde, et son appel aux pouvoirs publics face à la situation critique de son groupe… La FICAM prend la parole dans un communiqué pour demander un plan de soutien pour toutes les industries techniques du cinéma et de l’audiovisuel…
FicamYmagisCovid001.jpeg

 

Dans son communiqué, la FICAM exprime son soutien total au groupe Ymagis et à Jean Mizrahi, Président et cofondateur du groupe. Il y a quelques jours, celui-ci a en effet alerté l’opinion sur le risque majeur de redressement judiciaire affectant de son entreprise qui stocke 80% des films français et dont 85% de l’activité dépend des salles de cinéma. Le groupe Ymagis emploie 750 salariés et l’on envisage facilement les conséquences dramatiques que peuvent engendrer les récents refus de Prêts Garantis par l’État (PGE) exprimés récemment par sesétablissements bancaires partenaires.

Une enquête menée par la FICAM auprès de ses membres envisage une baisse moyenne d’activité de 43% par entreprise pour la période de mi-mars jusqu’à la fin de l’année, dont 82% durant mi-mars / mi-mai… « Pour faire face à cette situation extraordinaire, nos entreprises ont recouru massivement aux mesures mises en place par le gouvernement. Cependant, si le taux d’acceptation pour les demandes d’activité partielle ou le report de charges sont au rendez-vous, cela n’est pas le cas pour les Prêts garantis par l’Etat, comme l’a rappelé Jean Mizrahi pour le groupe Ymagis. Le taux de refus élevé s’assortit d’une attente indéterminée. Le PGE est un outil essentiel pour la filière et il est incompréhensible que des prêts garantis par l’Etat à 90% soient ainsi refusés sans appel par les banques « , mentionnent Didier Huck, Président de la FICAM, et Jean-Yves Mirski, son Délégué Général.

 

Des mesures qui, en plus, ne suffiront pas…

Les industries techniques du cinéma, de l’audiovisuel et de la publicité sont et seront particulièrement affectées par la crise économique découlant de la crise du Covid-19, la  FICAM a donc demandé au Ministre de l’Economie et des Finances, à la Ministre du travail, au Ministre de l’Action et des Comptes publics et au Ministre de la Culture que l’ensemble des entreprises, grandes et petites sans distinction soient totalement exonérées de charges sociales patronales en 2020 et jusqu’à fin 2021 et continuent de bénéficier à l’identique des mesures d’activité partielle jusqu’à la fin de l’année, car la reprise effective des activités sera très lente, avec un impact a minima jusqu’à décembre. « Il en va de la survie de nos entreprises et la FICAM se tient à la disposition de tous pour construire un plan d’aide à la hauteur de la situation critique que nous vivons aujourd’hui  » , souligne Didier Huck.