Audition, le programme d’Adobe dont vous n’avez pas fini d’entendre parler

Pour être leader dans le domaine du broadcast, un éditeur doit prêter une attention toute particulière à la qualité et à la popularité de son logiciel de montage. Depuis la Creative Suite 6 (CS6), Adobe a décidé de donner un nouveau souffle au développement de Premiere Pro, en choisissant une période particulièrement propice. De nombreux professionnels étaient (et sont toujours) en effet, ouverts à de nouvelles propositions pour remplacer leur logiciel de montage en fin de vie, Final Cut Pro 7. *
siteAdobeMachinesonore_OK.jpg

 

Premiere Pro gagne actuellement des parts de marché et de la crédibilité ; et cela dans les domaines du broadcast, de l’institutionnel, mais également dans ceux des nouveaux médias. Premiere Pro est le vaisseau amiral d’Adobe dans le domaine du broadcast ; mais les professionnels que vous êtes ne sont pas sans savoir qu’un des avantages de la marque est la multiplicité de son offre et le lien entre les différents outils proposés. En audiovisuel, Adobe a donné à la technologie moteur de ce lien le nom de Dynamic Link.

Parmi les divers outils, Photoshop, Illustrator, bien entendu After Effects, Speedgrade ainsi que Media Encoder sont dédiés à l’image. Mais pour le film, une autre partie aussi importante que l’image est le son. La solution d’Adobe pour le traitement du son se nomme aujourd’hui Audition.

 

Un peu d’histoire

Audition est le nouveau nom de Cool Edit Pro, station de travail audio numérique (DAW – Digital Audio Workstation), développée au début des années 90 par deux anciens employés de Microsoft, via leur entreprise Syntrillium Software (sous le nom de Cool Edit, puis Cool Edit Pro).

Ce logiciel était très populaire en Amérique du Nord, principalement dans les stations de radios qui opéraient la transition des workflows analogiques « cassettes » vers les workflows numériques. Acquis par Adobe en mai 2003 pour 16,5 millions de dollars, Cool Edit Pro v2.1, logiciel uniquement développé pour les stations PC sous Windows, a été proposé dès août de la même année au sein de l’Adobe Creative Suite Production Studio.

En 2004, Adobe proposait sa première « vidéo collection » incluant Audition, Premiere Pro, After Effects, Encore DVD et Photoshop. À l’occasion de l’avènement de l’Adobe Production Premium Creative Suite, nouveau nom de sa collection dédiée à l’audiovisuel, Adobe a amélioré les liens entre les différentes applications. Parallèlement, un second logiciel nommé Soundbooth, dédié au son et à l’image (via des workflows simplifiés), a été développé pour pallier le non-portage d’Audition sur Mac.

En 2011, Audition, dans sa version ré-écrite, est redevenu le seul outil de travail du son pour le broadcast et la postproduction pour Mac et PC de la suite Adobe. Cette version a apporté l’intégration rapprochée avec Premiere Pro, les monteurs vidéo ayant alors la possibilité de transférer leur montage depuis Premiere Pro vers Audition pour la postproduction et le mixage, avec une très grande fidélité des données.

 

Comment ça marche

Audition propose deux options singulièrement différentes dans le traitement des fichiers audio. Ces deux options sont matérialisées par deux éditeurs, l’éditeur de forme d’ondes et l’éditeur multipiste.

Principale différence : dans le premier cas, les actions sur les fichiers audio sont destructrices, ce qui n’est pas le cas pour l’éditeur multipiste.

Pour des monteurs, une action ou un effet affectant le fichier source n’est pas habituelle. Il faudra donc porter une attention toute particulière à ce fonctionnement. Cependant, si vous opérez en pleine conscience, vous pouvez en tirer certains avantages, notamment pour le traitement par lot des fichiers. L’éditeur multipiste, pour sa part, n’affecte aucunement les fichiers sources. Ouf !

 

Utilisation autonome ou via le dynamic link ?

On peut travailler avec Audition d’une manière indépendante de Premiere Pro, en important des fichiers audio de formats très différents ou des fichiers xml ou omf, soit dans l’éditeur de forme d’ondes, soit dans l’éditeur multipiste. On peut également profiter de Dynamic Link entre Adobe Audition et Adobe Premiere Pro.

Ici deux options :

– Audition peut être utilisé comme un outil supplémentaire de traitement d’un ou de quelques clips sonores au sein d’un montage dont le mixage global sera effectué au sein de Premiere Pro ;

– on peut choisir de traiter le mix complet du sujet dans Audition.

Pour la première option, il suffit, via un clic droit sur un clip sonore d’une timeline, de sélectionner l’option « modifier les éléments dans Adobe Audition ». L’éditeur d’Audition en charge de ces opérations, étant l’éditeur de forme d’ondes, l’opération est destructrice et modifie le fichier source.

Je vous vois, amis monteurs, commencer à vous révolter. Rassurez-vous, Adobe a prévu de prendre soin de vos précieux médias en préparant une copie de votre fichier-source (les modifications seront opérées sur la copie). Aucun risque d’atteinte à vos médias natifs (vous avez la possibilité de récupérer vos fichiers-sources dans vos montages si vous souhaitez revenir sur vos modifications).

Une des utilisations les plus documentées et les plus utiles de cette fonctionnalité est la réduction du bruit. Une fois l’extrait à traiter présent dans l’interface d’Audition, on procède à la capture de l’empreinte du bruit, puis on effectue les réglages. Les résultats sont très souvent impressionnants : la définition d’une empreinte de bruit optimise le fonctionnement des algorithmes de réduction de bruit.

Dans le cadre de l’envoi d’une séquence entière pour un mixage global dans Audition, en sélectionnant cette fois la séquence, on invoque via clic droit : « Modifier la séquence dans Adobe Audition ». Parmi les options, on vous propose de choisir d’ajouter des poignées aux fichiers audio conformés, mais également de préciser la méthode de préparation du fichier vidéo qui accompagnera vos données audio (lien direct avec le montage Premiere Pro ou export DV).

Le mixage complet de votre œuvre est réalisé dans le module multipiste. On trouve ici également de nombreux effets, applicables sur les clips ou sur les pistes complètes. Les effets peuvent être additionnés et leurs résultats pondérés via un des deux racks d’effets (clips ou pistes). Certains effets, comme la réduction de bruit ci-dessus évoquée (via prise d’empreinte), sont disponibles uniquement via l’éditeur de forme d’onde. Une passerelle très simple permet de travailler les clips d’une session multipiste dans l’éditeur de forme d’onde. Cette passerelle est un simple double clic.

Parmi les divers types de formats traités, on citera les .mp3, .wma, .mpa, .mp2 (sons des DVD), .ogg de Vorbis, .wav, .aiff, mais également de nombreux fichiers vidéo desquels Audition extrait le son (.mp4, .avi, .ari pour l’Arriraw, .mov, .r3d…) et des fichiers audio compressés sans perte (.flac, .ape pour Monkey).

Comme dans de nombreux outils d’Adobe, on peut optimiser l’interface de travail d’Audition via des espaces de travail (workspaces) : modifier l’audio pour la vidéo, production radio, restauration, mixage avancé. Un logiciel professionnel va de pair avec des outils dédiés : le traditionnel vu-mètre est accompagné d’un outil d’analyse fréquentielle, d’un outil d’analyse de phase et d’un phasemètre.

Pour travailler sur les éléments audio, on complète le traditionnel affichage Waveform ou forme d’ondes avec un outil d’affichage des fréquences spectrales et des hauteurs de ton spectral. Différents outils permettent d’intervenir directement sur ces trois affichages. On peut donc intervenir non seulement sur le niveau sonore, mais également sur différentes zones fréquentielles.

 

Environnement matériel de votre studio audition

Pour préparer une station de travail audio de qualité, il faudra prendre soin de votre solution de monitoring en investissant notamment dans une carte ou un boîtier d’entrée/sortie son, ou son et vidéo possédant le nombre d’entrées et de sorties nécessaires à votre travail (c’est le cas si vous souhaitez travailler sur des mixages 5.1 ou 7.1 par exemple).

Pour obtenir des résultats satisfaisants en termes de latence, prenez soin de choisir un modèle de carte-son bénéficiant d’un driver ASIO pour les PC ou Core Audio pour les Mac. Si vous souhaitez interagir avec souplesse sur le mixage, vous pourrez acquérir une des nombreuses surfaces de contrôles utilisant l’un des protocoles Eucon, Mackie MCU ou Logic (y compris les consoles de la série Artist fabriquées précédemment par Euphonix).

 

Points forts de la solution

Elle comporte de puissantes fonctions de corrections automatiques ou manuelles de la hauteur du son, la prise en charge de nombreux modes d’automation (écriture, lecture, verrou, au toucher), très pertinentes pour l’utilisation de surfaces de contrôles, et un ensemble d’effets complets et qualitatifs. Même si ces fonctions répondent parfaitement à nos attentes, il aurait été impossible de ne pas les retrouver dans un éditeur audio pro.

Allons plus loin et découvrons ces superbes fonctionnalités utiles et novatrices que les ingénieurs et développeurs d’Adobe vous proposent dans cette nouvelle mouture d’Audition. Elles permettent à Audition de côtoyer sérieusement les solutions d’édition audio dédiées à la postproduction audiovisuelle, dont l’incontournable Pro Tools d’Avid.

 

Fonction remixer

Vous disposez d’une musique d’une durée donnée (disons, pour l’exemple, une minute). Vous souhaitez utiliser cette musique sur 2 minutes et 30 secondes dans votre montage. Ceux qui, comme votre serviteur, se sont essayés à l’exercice, savent le temps qui leur a été nécessaire, dans le respect de l’œuvre musicale, pour remixer l’œuvre originale avec la durée ciblée. Audition effectue automatiquement cette difficile tâche (en vous offrant quelques options) et cela de main de maître. Analyse des boucles, optimisation des découpes… magie !

 

Panneau audio essentiel

Pour paraphraser une certaine publicité : il l’a ! Outils professionnels, Audition l’a ! Interface adaptée et flexible, il l’a aussi ! Qualité du rendu, aussi ! Vous vous dites peut-être que, n’étant pas professionnel du son, cet outil ne vous est pas destiné. Je vais alors vous proposer de découvrir le panneau Audio Essentiel.

Il vous suffit de définir la fonction de vos différents clips (dialogue, musique, effets sonores, ambiance…) et de leur appliquer des préconfigurations. Un ingénieur du son pourra préparer des configurations pour uniformiser le rendu sonore des productions ; il pourra également intervenir après vous pour peaufiner les premiers réglages du panneau Audio Essentiel, car les réglages effectués par Audition « automagiquement » le sont à partir des plug-ins natifs d’Adobe Audition, dont les paramètres pourront être optimisés à la guise de votre expert.

Parmi les fonctions rêvées, définissez une norme cible pour le niveau sonore, sélectionnez un ensemble de plan, et laissez Audition uniformiser le rendu !!!

Parmi les automatismes étonnants et utiles, l’alignement vocal automatique :

– prenez une vidéo avec une piste audio, par exemple une interview ;

– prenez un enregistrement audio de ce même dialogue ;

– la fonction d’alignement vocal automatique du menu clip fait correspondre chaque mot du dialogue audio avec chaque mot de l’enregistrement original ;

– pour cela il s’occupe, si nécessaire, d’adapter la durée et la position des mots, et cela fonctionne même si votre son d’origine est bruité.

 

L’option Side-Chain est applicable à des modules externes compatibles. On peut également l’utiliser avec l’effet Amplitude et compression-traitement de la dynamique : cette fonction permet également la préparation d’un mixage automatique dans des délais très courts. On utilise cet effet sur une ou plusieurs pistes dont la dynamique sera modulée par une piste de voix off.

Concernant les effets d’éditeurs externes, Audition prend désormais en charge les effets VST3. Les ingénieurs d’Audition ont pensé à séparer le traitement des plug-ins du traitement général de la station, évitant ainsi le plantage de la station en cas d’instabilité d’un plug-in.

 

Conclusion

Déjà fortement bien doté en outils, effets, configurations et espaces de travail, Audition se destine aux experts, mais également aux utilisateurs moins aguerris. Le lien avec Premiere Pro, une des forces d’Adobe et son célèbre Dynamic Link, sera encore amélioré dans les versions à venir. De superbes fonctions, dont le panneau Essentiel, l’outil le plus utile pour les monteurs qui s’osent à mixer leurs œuvres via Audition.

N’hésitez pas, l’interface est facile à prendre en main pour un outil de cette puissance. Si nous nous fions aux habitudes d’Adobe, qui a mis à contribution ses ingénieurs de Speedgrade pour le développement du module Lumetri de Premiere Pro, nous ne serions pas étonnés de voir apparaître directement dans Premiere Pro des outils « Essentiel ». Stay tune !

 

 

DATES MARQUANTES

• Début des années 90 : création de Syntrillium Software par Robert Ellison et David Johnston, deux ex-Microsoft / sortie de Cool Edit distribué comme « Crippleware » pour PC.

• Dans les années 90, sortie de plusieurs versions du logiciel avec sa particule Pro : Cool Edit Pro, Cool Edit Pro 95, Cool Edit Pro 96 / éditeur audio uniquement (pas de multipiste).

• 1997 : Cool Edit Pro v1.0 / ajout de l’éditeur multipiste.

• 1999 : Cool Edit Pro v2.0.

• 2002 : Cool Edit Pro v2.1.

• Mai 2003 : Acquisition de Cool Edit Pro par Adobe.

• 18 Août 2003 : Audition v1.0 / pas de nouvelles fonctions / version plus policée de Cool Edit Pro 2.1.

• Mai 2004 : Audition v1.5 / ajout de correction de « pitch » / édition fréquentielle / vue projet CD / montage vidéo basique et intégration à Premiere Pro.

• 17 janvier 2006 : Audition v2 / entrée du logiciel dans le marché des DAW (Digital Audio Workstation) / Interface redessinée / deux sections dont un éditeur multipiste – 128 pistes mono ou stéréo résolution jusqu’à 32 bits / support de cartes son multicanaux / support Asio et VST

• 2006 : création de Soundbooth pour compléter Audition, disponible uniquement sous Windows.

• 8 novembre 2007 : Audition v3 / support VSTi (instruments virtuels) / nouveaux effets / collection de loupes « libres de droits ».

• 2010 : Portage d’Audition sur Mac.

• 11 avril 2011 : Audition v4 réécrit en profondeur porté sur Mac et PC / disponible en version seule, ou dans l’Adobe Creative Suite 5.5 Master Collection et de l’Adobe Creative Suite 5.5 Production Premium / lien avec Premiere amélioré – édition de projets Premiere multipistes / import-export OMF et XML / nouveaux effets / panneau historique.

• 17 juin 2013 : Audition v6 ou Audition CC / passage en 64 bits / nouvelles fonctions : « sound remover » / éditeur de prévisualisation / « pitch bender ».

• Juin 2014 : Audition v7 ou Audition CC 2014.

• Juin 2015 : Audition v7 ou Audition CC 2015.

• Juin 2016 : Audition v9 ou Audition CC 2015.2.

• Novembre 2016 : Audition v10 ou Audition CC 2017

 

* Article paru pour la première fois dans Mediakwest #21, p.46-48. Abonnez-vous à Mediakwest (5 nos/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur totalité.