Animation : une trajectoire exceptionnelle pour Mily Miss Questions…

Mediakwest a rencontré la productrice de Mily Miss Questions, Cilvy Aupin (Ciel de Paris Productions) lors du Cartoon Forum 2019...
MilyMissQuestion-Mediakwest.jpeg

 

Mediakwest : Mily Miss Questions, qui initie les enfants (4/5 ans) à la philosophie, était votre premier pitch au Cartoon Forum à Stavanger (Norvège) en 2009…

Cilvy Aupin : Et ma première incursion dans la production de séries d’animation ! Ce projet était basé sur une expérience précédente, le documentaire Ce n’est qu’un début (réalisé par Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier) que j’avais produit et qui était sorti en salle en 2010. À l’époque, seul un petit groupe de chercheurs pédagogues s’intéressait à ces questions. Avec la série Mily Miss Questions, il s’agissait de voir comment l’on pouvait s’adresser à de jeunes enfants selon un principe philosophique de non-réponse. L’adaptation n’a pas été simple, mais le challenge très stimulant. Nous avons abordé des questions comme la place de l’enfant dans la fratrie, l’intelligence, le bonheur mais aussi les origines, la mort…

 

M. : Le succès a-t-il été tout de suite au rendez-vous ?

C. A. : La série (78 fois 7 minutes) réalisée par Alexis Ducord a reçu très vite une reconnaissance internationale pour sa qualité, mais nous avons eu des difficultés à entrer dans les cases des diffuseurs. Presque tous les pays nordiques l’ont achetée. En France, Mily… a été diffusée en 2013 par France 5 pour Zouzous qui avait besoin d’une série sur le thème du « devenir grand ». Pour la saison 2 (52 fois 7 minutes), suite aux attentats en France, France Télévisions nous a demandé d’aborder celui du « vivre ensemble ». Nous avons alors fait évoluer la série (réalisée par Jeanne Meister) et intégré d’autres personnages comme une Chinoise, des parents africains… Comme j’avais créé l’association Les Enfants de la philo, j’ai pu tester la série avec des enfants dans le cadre d’ateliers scolaires. Nous avons alors adapté le niveau de langage.

 

M. : 10 ans après sa présentation, Mily… a fait le tour du monde…

C. A. : Mily Miss Questions a été traduite dans une vingtaine de langues dont le mandarin, le russe et l’arabe. La série a été vendue presque partout dans le monde – parfois pour un public plus âgé – sauf en Allemagne.

 

M. : Et la série a participé à sa manière au renouveau de la philo abordée en ateliers ?

C. A. : Des ateliers philo qui utilisent la série comme support ont été mis en place dans 75 pays. De mon côté, j’anime des ateliers dans les cinémas. L’Université de Nantes a mis en place un master philo pour former des animateurs d’ateliers philo pour des enfants. Mily Miss Questions arrive aujourd’hui à vivre de sa vie propre.

 

Extrait de l’article paru pour la première fois dans Mediakwest #34, p.118/124. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.


Articles connexes