Une restauration hors-norme pour « Pour les soldats tombés »

Le réalisateur Peter Jackson voulait bénéficier de la meilleure image possible pour son documentaire "Pour les soldats tombés" réalisé en stéréoscopie à partir d’images d’archives.
Un travail titanesque de restauration, colorisation effectuée sur Mistika de SGO. © DR

 

Peter Jackson a fait confiance à son équipe chez Park Road Post Production pour travailler, des années durant, sur des centaines d’heures d’archives.

La plupart des images étaient des morceaux de pellicules issus de caméras à manivelle et qui nécessitaient une resynchronisation spécifique, en concertation avec le réalisateur, effectuée à l’aide de la suite SGO Mistika Ultima. En plus des images à traiter, une référence image était fournie à l’équipe de restauration qui a travaillé avec minutie sur chaque image. Les images ont été recolorisées.

Les monteurs Francisco Cubas et Tim Willis ont beaucoup utilisé les outils de conformation disponibles sur Mistika pour offrir en permanence une vue de l’état d’avancement du projet. La solution de SGO a permis de gérer de nombreuses heures d’images à différents stades de leur restauration, à différentes fréquences d’images et avec des traitements tels que la resynchronisation, la réduction du bruit et la gestion des calques, le tout sur un seul système.

De plus, la capacité de Mistika à partager les environnements entre les différentes suites de postproduction chez Park Road a permis de distribuer la capacité de rendu entre différentes salles et différentes stations, notamment pour les plugs-in OFX exigeant une grande puissance de calcul en arrière-plan ; cette méthode a non seulement garanti une expérience créative flexible et conviviale à la fois pour l’équipe et le client, mais elle a également maximisé la disponibilité des principales stations de travail. Facile à installer sur un matériel standard, Mistika a su profiter du SAN et de l’infrastructure réseau de Park Road avec des besoins minimes en termes d’administration.

« Mistika offre une timeline ouverte et multidimensionnelle », explique Ian Bidgood, directeur de l’ingénierie visuelle. « De tous les outils dont nous disposons ici chez Park Road, c’est sans aucun doute Mistika qui possède l’environnement le plus flexible : les possibilités de visualisation sont pratiquement infinies, et l’on peut gérer plusieurs timelines tout en maintenant une correspondance parfaite avec le montage offline réalisé par notre monteur Jabez Olssen, qui avait produit le montage préliminaire avec Peter Jackson. »

L’équipe de Park Road a dû relever plusieurs défis avec un réalisateur qui exigeait un tel niveau d’implication ; il fallait en effet collaborer non seulement à plusieurs au sein du même studio de postproduction, mais également en tandem avec Stereo D (Conversion 3D Releif), à Los Angeles. Park Road envoyait les images restaurées en noir et blanc à Stereo D à mesure qu’elles étaient prêtes, accompagnées d’images de références colorisées ; Stereo D pouvait ainsi commencer la rotoscopie et la colorisation des contenus pendant que le travail se poursuivait chez Park Road, à Wellington (Nouvelle-Zélande).

En mettant à jour leurs propres contenus en fonction des EXR renvoyés par Stereo D, les coloristes de Park Road pouvaient profiter des fonctions de calques et de couches offertes par Mistika. « Nous avions souvent l’occasion de retravailler l’éclairage d’une scène de manière créative avec Peter, ajoutant dans l’étalonnage des subtilités qui permettaient d’atteindre exactement le résultat voulu. Mistika aurait certainement été mon outil de choix si j’avais dû insuffler dans ces scènes une nouvelle vie », indique le coloriste Jon Newell.

« Mistika n’est pas qu’un outil de postproduction : nous l’avons utilisé comme système de base dès le tout début du projet », commente Matthew Wear, coloriste principal. « La plate-forme de SGO représente un outil exceptionnel, non seulement pour la couleur, mais également pour le compositing : nous pouvions remonter jusqu’aux données initiales issues de la pellicule numérisée, pixel par pixel si nécessaire, pour améliorer les images colorisées et renforcer la dimension émotionnelle du contenu. C’est pour cela que les images définitives, envoyées à Stereo D pour la version 3D, retraçaient l’histoire de manière aussi vivante. »

Le stéréographe de Park Road, Antonis Voutsinos, a utilisé les outils 3D de Mistika pour effectuer les derniers réglages stéréoscopiques sur le film. « SGO offre les meilleurs outils stéréoscopiques sur le marché. La possibilité de manipuler les images en contexte, avec une interface conviviale, et sans devoir compter les pixels, augmente la facilité et la créativité du processus de conversion 3D. J’ai été particulièrement impressionné par les outils de visualisation de la profondeur et du flux optique. »

Antonis Voutsinos a combiné les environnements partagés de Mistika et l’infrastructure collaborative de Park Road pour créer une expérience 3D irréprochable en parallèle du film 2D, tandis que l’équipe primée de Park Road en charge du son a produit une bande sonore extraordinaire.

 

EN BREF

Pour les soldats tombés est sorti en 2018 à l’occasion de la commémoration du centenaire de la guerre de 14-18. Le titre du film fait référence au livre de Laurence Binyon paru en 1914. Le film utilise des images d’archives, provenant du Musée Impérial de la Guerre de Londres. Les images ont été colorisées ; des témoignages d’anciens soldats, enregistrés par la BBC, accompagnent les images, complétées par du sound design. Des dialogues ont été rajoutés en doublage en lisant sur les lèvres des soldats.

 

Article paru pour la première fois dans Mediakwest #36, p. 54-55. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.