Ecrans

Téléviseur LCD Sony KD-55X9005 – Un traitement vidéo qui fait toute la différence !

Pas un, pas deux, mais trois téléviseurs Ultra HD / 4K se pointent chez Sony, et pas des moindres. Le fabricant a d'autant plus mis la gomme que l'Ultra HD relève de l'enjeu mondial quant à sa superbe dans l'univers de la High Tech et du secteur Pro. Comme à son habitude, Sony, qui ne fabrique pas ses propres dalles LCD, a cependant poussé très fort côté traitement de la vidéo. Nous avons testé le KD-55X9005, dont nous vous avions déjà parlé lors de nos voyages de presse à Los Angeles.
8a545da277e2e99414e6557c4344e1c0.jpg

 

Quand on s’appelle Sony, et que l’on est propriétaire des Studios Sony Pictures à Los Angeles, s’il y a bien un virage que l’on se doit de négocier avec prudence mais fermeté, c’est celui de l’Ultra HD / 4K.

Sans aller jusqu’à jeter des tombereaux de fleurs sur le fabricant, disons qu’il a toujours su allier de beaux discours joliment prosélytes à des produits de très belle facture. L’évolution du Full HD (et du 2K) vers l’Ultra HD (et le 4K) est en passe de s’opérer presque naturellement, du moins, en ce qui le concerne. Fort d’un bagage
historique solide, Sony n’a pas hésité à présenter un modèle OLED Ultra HD / 4K dans les salons mondiaux – dont on murmure que Panasonic serait derrière la dalle –, ainsi que 3 diagonales de téléviseurs Ultra HD / 4K, soit 55, 65 et 84 pouces. Le trio s’appuie sur des points communs techniques ostentatoires, à commencer par le
fameux procédé de création des couleurs baptisé Triluminos. Tout en conservant la technique d’imagerie LCD, Sony affirme avoir accru de près de 50 % la gamme des couleurs comparé aux modèles traditionnels.

Sony KD-55X9005 : futur champion !

Exhibé sur tous les salons mondiaux et présenté dans les échoppes de Tokyo à Los Angeles en passant par Paris, le 55X9005 est sans conteste aucun le téléviseur Ultra HD / 4K sur lequel Sony compte le plus commercialement causant. D’un prix de 4 999 euros TTC, il ouvre le tir d’une gamme qui s’étend aux 65 et 84 pouces maison. Le 55 pouces travaille sur la base d’une dalle LCD dont on ne connaît pas l’origine (Sony est resté muet), et qui développe évidemment une définition native de 3840 x 2160 pixels. Le fabricant utilise un rétro éclairage de type Edge LED en version dynamique avec segments indépendants, ce qui est la moindre des choses sur une
telle bestiole. La dalle est à même de balayer en 100 Hz avec les sources Ultra HD / 4K. Fait qui n’a rien d’anodin : Sony en profite pour basculer vers la 3D en version passive (lunettes polarisées). Grâce à la définition native de l’Ultra HD, la 3D sera alors diffusée en Full HD.

Au coeur de cet édifice, on trouve une technologie pas vraiment propriétaire intrigante que Sony appelle Triluminos. Elle est focalisée sur le spectre des couleurs et assure un bond en avant de 50 % côté spectre colorimétrique.

Triluminos : un spectre colorimétrique qui pousse les murs !

La dalle de type Triluminos Sony est composée de LED de couleur bleue, dont on sait qu’elles sont moins énergivores que leurs consoeurs de couleur blanche. Chaque LED est coiffée d’un filtre doté de points quantiques qui sont constitués de minuscules particules métalliques insérées de force dans une résine. Lorsqu’il y a émission
de lumière bleue d’une longueur d’onde spécifique, les points quantiques réagissent en diffusant les couleurs vert et rouge avec une fidélité accrue comparé aux LED classiques. Afin de couvrir l’intégralité du spectre colorimétrique, le bleu initial est évidemment associé aux rouge et vert émis par les points quantiques. Le résultat dépasse ce que l’on trouve sur les techniques d’imagerie plus conventionnelles.

À noter que si Sony met en exergue le Triluminos, il n’est pas l’inventeur du procédé de création des couleurs via les points quantiques, qui ont été développés par la société QD Vision. On appelle également ces points quantiques des nano-éléments réactifs. À notre connaissance, ils ont été développés afin de couvrir l’intégralité
du spectre colorimétrique du NTSC sur les TV et monitors LCD. QD Vision a pignon sur rue dans le domaine, et Sony est un de ses clients. Certains professionnels américains n’hésitent pas à appeler ces TV des modèles à points quantiques, tout en mettant en exergue qu’elles viennent titiller le spectre colorimétrique des OLED-TV…

Traitement de la vidéo : pur délire en Ultra HD / 4K !

« On va remettre à l’échelle les sources non Ultra HD, en les améliorant au passage ! ». Tel était le cri de guerre poussé par les ingénieurs de Sony lors d’un de nos voyages de presse à Tokyo. À l’instar des opérations militaires que Sony avait mises en branle sur ses TV Full HD afin qu’elles « up-scalent » avec grâce les signaux standards (SD), le voici reparti cheveux nippons aux quatre vents dans l’up-scale. Après avoir créé le circuit X-Reality, Sony remet le couvert avec le X-Reality Pro 4K. La différence notable entre le Pro et le non Pro se terre dans la façon de procéder du système. Il est capable de restaurer une trame/image en temps réel en l’analysant à la vitesse grand V et en la comparant avec des données internes (des patterns) qui référencient la plupart des cas de figure. En clair, sans décodeur, le circuit cherche en premier lieu à connaître la gravité de la situation (image type You Tube de bas niveaux, images criblées de blocs MPEG, etc.) afin de lui appliquer en temps réel le bon traitement médical tiré de ses algorithmes préprogrammés.

Le propre du X-Pro 4K est justement d’être à même de bosser de façon différente sur une image vraiment dégradée ou sur une image correcte qui a juste besoin d’un coup de main. Le circuit ne se contente pas de travailler sur les pixels en tant que tels, mais il est à même d’analyser chaque pixel + les pixels environnant afin
d’agir par touches. X-Pro 4K travaille sur les souspixels, et agit comme un Super Bit Mapping évolué. Sony annonce que la chose est à même de réaliser des « up-scale » en Ultra HD / 4K sans flicker, ni aliasing, ni bruit vidéo résiduel intempestif et avec des tons chair retrouvés sur les signaux de base dégradés.

À noter que le X-Reality Pro travaille également sur la qualité des images Ultra HD / 4K entrantes. La plupart de ses modes sont accessibles via le menu à l’écran, super complet.

En marge de ce travail, sachez que la dalle est sous-balayée en 800 Hz (motion flow Sony), que le ratio de contraste peut être activé en mode dynamique, et que certains circuits/mode sont déconnectés avec les sources Ultra HD / 4K, dont la réduction des blocs MPEG par exemple.

Mise en réseau et interaction, + section audio : du beau monde !

L’armada est à bord du vaisseau. Sony a pensé à juste titre que l’ouverture d’esprit de son 55 pouces new wave serait un bon point sur le tableau. Du coup, ce 55 pouces est compatible avec l’appairage via NFC, il est  également WiFi Direct incluant Miracast (avec Smartphone, double écran possible), compatible DLNA et donne, évidemment, un joyeux accès direct au Sony Entertainment Network. Twitter, Facebook et Skype sont au menu.

Côté audio, Sony a poussé les murs en offrant de véritables HP à fluide magnétique (base verre), offrant 12,5 W x 2 + 2 x 20 W.

Sur le terrain : Sony fait (vraiment) son cinéma !

Cela fait quelques mois que nous sommes en prise directe avec Sony concernant l’Ultra HD / 4K, et ce, grâce à de nombreux press-trips qui nous ont permis de partir à la rencontre des ingénieurs et des produits. Le modèle que nous avons testé par chez nous avait déjà été expérimenté à Tokyo et à Los Angeles en avril 2013. Il a débarqué commercialement en juin 2013, et Sony France nous a confié avoir été plus qu’agréablement surpris par les ventes. Ce qui relève de l’encourageant.

Nous avons essayé ce modèle avec le même type de sources et de programmes subis par le modèle Philips / TP Vision, qui est également passé entre nos mains, soit des mires (en 2K), des images issues de Blu-ray connus de nos services en raison de telle ou telle spécificité, des images issues de DVD et d’autres d’Internet, histoire de savoir. Un panel de photos en 3840 x 2160 était également de la partie. Les fabricants de TV et monitors Ultra HD / 4K misent d’ailleurs énormément sur le monde de la photo numérique pour vendre leurs modèles (Asus, Panasonic, Philips, etc.).

– Avec des sources Full HD (mires et Blu-ray cinéma) : MédiaKwest l’annonce tout de go : le traitement vidéo X-Reality Pro 4K est, selon nous, un des meilleurs algorithmes existant sur un téléviseur. Et nous pesons nos mots. Tant avec les mires les plus biscornues qu’avec certaines images Full HD / 24p tirées d’excellents Blu-ray (Lawrence D’Arabie, Alien, District 9, Taxi Driver), le résultat à l’écran est admirable, bluffant même
aux dires de certains. La précision de l’up-scale, et surtout le fait qu’il n’ajoute pas d’artefacts à son action, permet d’obtenir, non pas une image réellement Ultra HD / 4K telle qu’on l’entend, mais de gratifier le spectateur de l’effet Canada Dry : ça a presque le goût de l’Ultra HD / 4K, ça y ressemblerait, mais ce n’est pas de l’Ultra HD / 4K en natif, juste le fruit d’un excellent algorithme. Aucun effet d’aliasing lors de nos tests, pas de bruit intempestif. C’est beau, calé, bien géré, presque trop propre parfois.

– Avec des sources DVD (SD) et faible définition : sur ce point encore, le X-Reality Pro 4K fait des merveilles. Avec les DVD, il parvient à un upscale d’une qualité inédite en termes d’aliasing limité et d’artefacts minimes. Le grain est bien géré, et on sent que l’image est très travaillée, rattrapée serait le mot exact.

– Avec les sources façon You Tube en petite définition, le X-Pro limite la casse. Nous n’écrirons pas que c’est agréable à regarder, mais le circuit adoucit un peu le crénelage des obliques, arrondit les angles, s’attaque aux pixels et blocs MPEG sauvages et en rend l’ensemble « regardable », ce qui ne signifie pas que l’on a affaire
à un miracle. Il s’agit de sauver ce qui peut être sauvé. Ni plus ni moins.

 

– Avec les sources Ultra HD / 4K (films et photos) : le traitement vidéo a un boulot limité, et certaines de ses améliorations sont déconnectées. L’image est donc libérée, profonde comme jamais (on a l’impression de 3D sur certaines photos), et la finesse des points / pixels a pour conséquence bénéfique une absence de grille électronique. L’image flotte sans structure visible, et développe une définition palpable. Difficile de ne pas saluer une telle prouesse sur ce modèle.

Colorimétrie et ratio de contraste (toutes sources) : alors, et ce Triluminos ?

Sur ce point encore, MediaKwest ne peut que constater visuellement, mires à l’appui, la véracité des propos de Sony. La tenue des couleurs pique les yeux de joie. Rarement nous avions vu sur un modèle LCD un tel rendu ultra saturé du rouge, et de certains bleus. Le plus fort étant de parvenir à garder les tons chair des visages, sans qu’ils virent en permanence bronzés ou de couleur orange. L’équilibre tonal est excellent, quel que soit le cas de figure, et si, parfois, on a la sensation de rouges carrément fluo tant ça pousse, il suffit de les calmer via le menu.

Concernant le ratio de contraste, il fait également partie des tops concernant la technique d’imagerie LCD. Sony a produit un bel effort en aménageant une dalle qui n’est pas de son fait, et en l’améliorant à sa « sauce ». Peu ou pas de clouding sur le modèle testé, un bel angle de vision. Par contre, on se voit dedans (dalle assez réfléchissante, mais ce n’est pas un cas isolé). Ce ratio de contraste très élevé appuie le reste des composantes de l’image, lui permettant justement d’aboutir à des résultats rares, voire inédits, dans le domaine des  téléviseurs LCD. À ce jour, ce 55X9005 est le meilleur produit Ultra HD / 4K qui est passé devant nos rétines et sur notre table de tortures durant les tests. Il repousse les limites de ce que l’on croyait possible avec du LCD.

 

À venir : tests des modèles Samsung et LG notamment, après IFA de Berlin.

Caractéristiques (fabricant)
– TV LCD, dalle 3840 X 2160 / Ultra HD – 4K
– Diagonale : 55 pouces (existe en 65 et 84)
– Ratio de contraste dynamique : 1 million/1
– Rétro éclairage Edge LED
– Colorimétrie via Triluminos
– Traitement vidéo : X-Reality Pro 4K
– Sous balayage : 800 Hz
– Balayage de la dalle : 100 Hz en 4K
– 3D en passif, affichée en Full HD
– NFC, Miracast, WiFi Direct, Skype, FB, Twitter,
   DLNA
– Audio : 2 x 12,5 W + 2 x 20 W
– Connectique : HDMI x 4, USB x 3, Ethernet,
optique audio, casque, audio out, composite,
composante, péritel x 1.
– Dimensions : 1463 x 749 x 58 mm (nu)
– Prix : 4 999 euros TTC

À noter au passage que seules les prises HDMI 2 et 3 acceptent le 3840 x 2160 en 24p. L’appareil est livré avec deux télécommandes.