« Mustang »: l’étalonneur Yov Moor au service de la sensibilité artistique de Deniz Gamze Ergüven

En sélection aux Oscars dans la catégorie du « Meilleur long métrage en langue étrangère », Mustang collectionne les récompenses en Europe et a remporté non moins de quatre César en France : meilleur premier film, meilleur scénario original, meilleure musique originale et meilleur montage... Pour l’étalonnage de ce long-métrage réalisé par la franco-turque Deniz Gamze Ergüven, Yov Moor disposait de très peu de jours avant sa présentation à Cannes 2015. Top départ du récit de ce marathon grandement facilité par l'emploi de DAVinci Resolve Studio.
Mustang.jpeg

 

Étalonneur indépendant, Yov Moor a été recommandé pour travailler sur Mustang par le directeur photo David Chizallet, avec qui il avait collaboré sur deux autres longs métrages sélectionnés à Cannes, Les anarchistes et Je suis un soldat. À l’origine, Yov Moor disposait de cinq jours pour achever l’étalonnage final de Mustang à partir des images brutes.

« Cinq jours, c’est difficile, quel que soit le film… mais c’est encore plus difficile lorsque le film aborde un thème aussi délicat que Mustang, se souvient Yov Moor. L’idée de contribuer à une histoire qui traite de problématiques concernant les femmes m’a immédiatement intéressé, d’autant plus que la narration adoptait une perspective féminine. C’est rare, dans l’univers du cinéma. Bien que se déroulant en Turquie, ce film a une résonnance à l’échelle mondiale, car il évoque des situations qui existent dans d’autres sociétés conservatrices à travers le monde. »

 

DaVinci Resolve Studio, une solution complète

Yov Moor a utilisé DaVinci Resolve Studio à la fois pour l’étalonnage et le montage final du long métrage. « Heureusement, DaVinci Resolve a permis un workflow créatif fluide, explique-t-il. Par exemple, un aspect très utile de DaVinci Resolve était le fait que nous pouvions utiliser ses fonctions de montage, en même temps que la gamme d’outils d’étalonnage ».

Et Yov Moor de poursuivre : « J’ai été capable de réaliser rapidement et facilement des tâches comme la correction de fondu, ou simplement de tester de nouvelles idées sans perdre un temps précieux à envoyer des scènes pour un nouveau montage et attendre de recevoir le résultat. Nous pouvions aussi réaliser nous-mêmes des ajustements techniques au montage pendant la phase d’étalonnage sans devoir générer systématiquement de nouvelles lignes temporelles ; et tout cela dans la même application, ce qui nous a permis de gagner beaucoup de temps. »

Pour l’étalonnage, Yov Moor a suivi, non pas un briefing traditionnel, mais plutôt une invitation à faire passer des sentiments dans chaque plan. « Au lieu de me dire que telle ou telle séquence devait être plus verte ou plus jaune, David Chizallet et la réalisatrice Deniz Gamze Ergüven m’indiquaient quelles émotions ils cherchaient à susciter dans chaque scène, souligne-t-il. Les héroïnes de Mustang sont constamment en mouvement, elles débordent d’énergie. Mon travail, en tant qu’étalonneur, était de faire passer cette vie et cette exubérance à travers la couleur. »

Grâce aux fonctions comme le traitement par groupes, Yov Moor a pu créer simultanément plusieurs étalonnages différents sur des séquences diverses afin d’expérimenter avec des atmosphères et des idées variées. « L’outil de tracking offert par Resolve est également très puissant, précise-t-il. Il m’a permis de créer rapidement et facilement des masques et de suivre les mouvements des personnages ou d’autres éléments en quelques secondes. »

« Travailler avec Deniz Gamze Ergüven a réprésenté une expérience merveilleusement intéressante . J’ai immédiatement compris qu’elle était une réalisatrice hors du commun, conclut Yov Moor. J’ai été touché non seulement par sa vision artistique mais également par le message culturel et politique qu’elle faisait passer sur la situation des femmes en Turquie. Je suis très fier d’avoir participé à cette oeuvre collective en tant qu’étalonneur. »

Premier long métrage de la réalisatrice Deniz Gamze Ergüven, Mustang a été soutenu par l’Aide aux cinémas du monde (CNC et Institut français) et le Mini-Traité franco-allemand. Ce film, d’un budget de 1,3 million d’euros, a été produit par Charles Gillibert (CG Cinema), en coproduction avec Bam Films (Turquie), Vistamar Filmproduktion (Allemagne) et Uhland Film (Allemagne). Il a reçu le Prix de la découverte – Prix Fipresci lors des European Film Awards, et le Parlement européen lui a décerné le Prix Lux, en reconnaissance de sa contribution à la culture européenne. Sorti en France en juin 2015 et déjà vu par 455 000 spectateurs, Mustang, toujours à l’affiche en France, rencontre désormais un vif succès dans le monde…