XVIII d’Havas, 18 mois pour comprendre demain (WebTV Frédéric Josué)

Quelque 22 000 personnes, 80 pays... Voilà 2 chiffres qui donnent l'échelle du groupe Havas, le plus grand groupe de communication au monde. Créée il y a 2 ans, Havas Media XVIII, sa structure de veille et d'analyse dédiée à l'innovation,   se donne l'objectif d'anticiper les tendances avec 18 mois d'avance. XVIII finance des programmes de recherche universitaire pour envisager ce que sera le monde à un terme de 18 mois... Tout un projet dont Frédéric Josué, le directeur de l’innovation de la structure nous détaille les enjeux lors d'un entretien video réalisé dans le cadre de Films & Companies 2017… 
video

 

 » Havas Media XVIII déploie deux ou trois personnes sur six villes (Paris, Los Angeles, Bogota, Tel Aviv, Shanghai et Tokyo). Tous ces laboratoires pratiquent, bien entendu, des échanges, les uns travaillant davantage sur la data (Technion en Israël), d’autres sur les logiques de Smart city (UCLA, Los Angeles), le storytelling, la logique des réseaux sociaux…

Quid de la France ? « Nous avons toujours été une terre d’idées qui a pu connaître des problèmes de financement. L’anecdote veut que nous utilisions l’expression « capital risque », alors qu’aux États-Unis on parle de « capital de l’aventure »… ». Depuis cinq ans toutefois, les choses ont changé : « L’innovation est considérée comme un atout économique important », estime Frédéric Josué. Lequel poursuit : « Nous travaillons avec Polytechnique, Ulm, Dauphine, sur les machines d’e-learning, la data science, le design algorithmique, les chatbox, l’Intelligence artificielle (IA)… », autant de « grands mots » qu’il ne manque pas de définir. « Il ne vous aura pas échappé qu’Alexa, le logiciel développé par Amazon [rendu populaire par Echo], c’est de l’IA ! », s’amuse-t-il.

L’emballement des innovations technologiques ne l’inquiète nullement : « La technologie est vraiment là pour accompagner en tant qu’outil les créateurs, l’essentiel est l’histoire et sera toujours l’histoire. Il faut s’émanciper des logiques technologiques et vraiment se concentrer sur la narration. » Dans ce contexte, « la réalité virtuelle et ce qui viendra avec la réalité mixte à moyen terme, est ce que je trouve le plus fascinant aujourd’hui », nous confie-t-il.

La technologie que le directeur de XVIII Havas affectionne le plus s’appuie sur du Data Driven, parce que basée sur les préférences personnelles de chacun, et du storytelling parce que cela reste du contenu…Pour la découvrir, rendez-vous à la fin de l’interview web TV !

 

POUR DÉCOUVRIR L’ENTRETIEN DANS SON INTÉGRALITÉ, VISIONNEZ LA VIDÉO !