Dans les coulisses des 24 Heures du Mans avec l’ACO et AMP VISUAL TV

À l’occasion de la 83ème édition de l’une des plus célèbres courses automobiles du monde, 200 techniciens d’AMP VISUAL TV étaient rassemblés pour mettre en images l’événement. Cette année, l’épreuve mancelle était retransmise sur 30 chaînes de télévisions à travers le monde, dans 190 pays.
leg2.jpg

« Nous sommes très fiers de faire partie des acteurs d’un tel évènement. Ces 10 années de proche collaboration avec l’ACO nous ont permis de nous hisser au meilleur niveau mondial des captations du sport mécanique » explique Gilles Sallé, PDG et Fondateur d’AMP VISUAL TV.

Avec les années, la configuration du dispositif de captation et de diffusion a considérablement évolué. Dans un premier temps éclatée tout autour des presque 14 km de circuit, la réalisation est, depuis quelques années, regroupée sur un seul et unique site grâce à l’arrivée de la fibre.

 

Les dernières innovations

En 2015, AMP VISUAL TV a déployé le dispositif technique le plus important de toute l’histoire des 24 heures. 45 caméras (pour la plupart des Sony HDC 1500 et 2400) ont suivi la course, dont sept unités HF disposées dans les stands. Une caméra sur quad et un hélicoptère complétaient l’ensemble. Enfin, au-dessus de la pit-lane, un câble déployé sur plusieurs dizaines de mètres offrait des plans spectaculaires des arrivées et sorties des voitures.

« Pour la première fois, nous disposions dans les stands d’un travelling qui pouvait atteindre la même vitesse que les voitures à cet endroit, c’est-à-dire 60 km/h. C’est un outil très précieux pour faire vivre cette zone essentielle. Pendant la course, qui en comprend en fait quatre (NDRL- il y a quatre catégories de voitures engagées), il faut que je prenne un maximum de recul, c’est pourquoi, c’est le seul événement sur lequel je ne switche pas moi-même sur les caméras, mais donne oralement mes instructions. Trois chefs d’éditions se relaient à mes côtés pour m’éclairer précisément sur ce qui se passe. Enfin, pour la première fois, il y avait un chef de poste en ce qui concerne les ralentis, il avait en charge de chapeauter les 11 opérateurs LSM », détaille Olivier Denis, réalisateur du signal international.

18 voitures (contre 11 les années précédentes) étaient équipées chacune de trois à quatre caméras connectées à une nouvelle Tsumi Box développée en interne par le prestataire des Sables d’Olonne. Autre nouveauté importante, pour la première fois la captation était strictement identique de jour comme de nuit.

« L’ACO a souhaité mettre à disposition des chaînes qui retransmettaient l’intégralité de la course le meilleur signal possible. Notons que nous utilisions également pour la première fois, sur les 24 Heures du Mans, un Slow Motion 4K à 500 images/secondes » précise Fabrice, Miannay responsable des ventes HF.

Le signal international repris par les chaines du monde entier était assuré par cinq cars-régie d’AMP VISUAL TV dont le Millenium Signature 10 pour la partie réalisation. Quatre autres cars-régie de la société intervenaient pour l’habillage des chaines Eurosport International, Eurosport France et Quest TV

 

Un second écran à la pointe

« Dès la création du World Endurance Championship, nous avons souhaité réfléchir au meilleur moyen de nous adresser à la fois au public de connaisseurs, mais aussi à un public plus large grâce aux nouvelles technologies disponibles » prévient Gérard Neveu, Directeur Général du WEC.

Avec un mélange de quatre catégories de véhicules dans la même course et des choix stratégiques relativement complexes, l’application devenait une évidence afin de compléter les diffusions télé plus basiques et d’expliquer au mieux le déroulement de la compétition.

« Pour la conception de l’Application, nous avons mis en place un collectif composé des équipes de captation d’AMP VISUAL TV, de nos responsables éditoriaux, de la société Netco Sports (développeur de l’appli) et des têtes pensantes du championnat » poursuit-il.

Pour chaque course du championnat et pour les 24 heures, il est possible d’obtenir gratuitement 80 % du contenu de l’application (classement, chronos, pilotes aux volants…). Ceux qui le souhaitent peuvent payer un faible montant (moins de 5 euros par course, ou 30 euros pour l’ensemble du championnat) et obtenir ainsi le streaming vidéo du signal international, l’accès à la totalité des caméras embarquées ainsi que de très nombreux sujets montés et envoyés durant les compétitions… soit près de 150 reportages sur un weekend de course (temps forts, portraits de pilotes…).

 

Un media center spécifique

« Pour l’ensemble des compétitions de 6 heures du WEC, nous réceptionnons le signal international, les caméras embarquées et les sujets VOD via un feed satellite directement vers notre media center installé au studio 107 à Paris. Sur les 24 heures du Mans cette fois, l’ensemble du dispositif est traité directement sur le circuit, dans le nodal TV. Sur place, un réseau de 150Mbs est réservé à l’alimentation de l’appli 24h », intervient Guillaume Allais Responsable Commercial Digital chez AMP VISUAL TV. Sur chaque circuit du championnat un opérateur LSM et deux journalistes (un Anglais et un Français) interviennent directement dans le car régie pour proposer des sujets.

« Nous exploitons la solution C-Cast d’EVS pour des raisons de simplicité d’utilisation mais aussi pour la rapidité avec laquelle nous pouvons encoder et envoyer les VOD. Nous bénéficions également de la couverture mondiale des serveurs Akamai pour la distribution des médias live et VOD » conclut Allais.


Articles connexes

Le son du “Quotidien”
 6 septembre 2021


Une visite chez EVS…
 14 octobre 2021