Ecrans

Le Confessionnal, un podcast de fiction en binaural !

Pour sa première fiction, Alchimies a mis les petits plats dans les grands et s’est donné les moyens de son ambition afin de réaliser « Le Confessionnal », une fiction enregistrée en son binaural.
2_2_Confessional_IMG_1151.jpg

 

« L’idée narrative est que l’auditeur entend par les oreilles du prêtre. Nous avons voulu faire du son, l’acteur narratif en le mettant au premier plan », détaille Alexandre Widmer, réalisateur du podcast, monteur son pendant une quinzaine d’années, devenu mixeur après avoir gagné un César du son sur le film Mesrine, et depuis peu à la tête de Third, son studio de mixage ciné et TV. Alchimies réunit quatre amis aux métiers différents, portés par cette envie de créer une histoire sonore exigeante découpée en huit épisodes de 1h48.

Le récit se déroule dans la campagne à la fin du XIXe siècle. Une petite fille est retrouvée décédée dans un lieu-dit, Le Puits-aux-Anges. Le podcast démarre par la messe funéraire de la petite Hortense. Petit à petit, les villageois vont venir à confesse et tramer le récit, ainsi que la chronique sociale de ce bourg.

« Nous ne voulions pas enregistrer en studio. Il nous fallait une église, un confessionnal, pour enregistrer ce podcast construit tel un Cluedo », raconte-t-il. L’une des associées dégotte le lieu parfait à Meudon, les acteurs sont choisis parmi les élèves de dernière année du Conservatoire de Paris. Enregistré puis monté, le casting est proposé aux associés en écoute à l’aveugle « à la The Voice », et le « tournage-enregistrement » a été réalisé en juillet dernier.

Pour la prise de son binaurale, deux options ont été utilisées : une tête de mannequin de coiffeur avec des oreilles artificielles utilisées par les acupuncteurs pour s’entraîner, dans lesquelles étaient glissés des micros, et l’acteur campant le prêtre portait pour sa part deux micros accolés à ses oreilles et un micro d’appoint au centre (sur le front). Chaque comédien avait un micro HF DPA 4060 fixé dans un bandeau porté sur le front : « Le son est projeté, il est plus aérien, le grain de voix est plus naturel », indique-t-il. Un Nagra 6 enregistrait les comédiens, le son binaural étant capté par un Nagra 7. À cela s’est ajouté un micro perche Sennheiser MKH 50 pour attraper des sons d’ambiance.

Après 18 jours de montage sonore et afin notamment de réinjecter les ambiances de campagne, Le Confessionnal est prêt, et commence alors la phase vente. « Nous avons rencontré Spotify, Deezer, Majelan, et l’avons envoyé à Sybel », glisse-t-il et l’un de ces acteurs est intéressé pour l’acquérir et proposer une collaboration régulière. Le Confessionnal devrait arriver bientôt en exclusivité sur une de ces applications. Entre un travail sonore d’orfèvre, des comédiens excellents et une intrigue haletante, cette série est vraiment une réussite, à guetter et à ne pas rater. Et surtout, à écouter au casque.

 

LE PODCAST EN CHIFFRES

Selon Médiamétrie, quatre millions de Français écoutent des podcasts chaque mois. Parmi les auditeurs français de podcasts, les CSP+ sont largement sur-représentées (49 % versus 30 % des internautes). En moyenne, les podcasteurs téléchargent chaque mois 16,9 podcasts. Au niveau mondial, le marché du podcast représenterait d’ici à 2022, 4,5 % des dépenses publicitaires audio, soit 1,6 milliard de dollars selon l’étude « Global Ad Trends : Podcasts », publiée par Warc en avril 2019.

 

Article paru pour la première fois dans Mediakwest #34, p.93/94. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.