Flash info : Deux grands laboratoires français en redressement judiciaire… la Ficam réagit

Les efforts des dirigeants et actionnaires des grands groupes de postproduction français que sont Eclair Group et Monal Group/DIgimage n’ont pas suffi à éviter une procédure de redressement judiciaire 
bandeau labo.001.jpg

Alors que le coût social – en termes d’emplois – des plans de restructuration à venir pour Eclair et Digimage n’est pas encore officiellement défini, la FICAM veut saluer le professionnalisme des collaborateurs de ces groupes qui, dans un contexte d’extrêmes difficultés et de grandes
incertitudes personnelles, n’ont jamais cessé de marquer leur attachement au cinéma français et aux oeuvres qui leur étaient confiées.

« La Ficam les assure de la solidarité des Industries techniques nationales. Ces dernière resteront à l’écoute quant aux actions qu’elles pourraient entreprendre comme ce fut déjà le cas dans de d’affaires récentes avec la création de la plateforme des industries techniques du cinéma et de l’audiovisuel.

La FICAM formule le voeu que le plus grand nombre d’emplois soit épargné, tant
pour préserver les salariés que pour assurer l’avenir d’un savoir-faire unique et centenaire.
La Fédération des industries du Cinéma, de l’Audiovisuel et du Multimédia tient à saluer les dirigeants et actionnaires dont l’engagement fut total, privilégiant l’intérêt social de leurs entreprises à leur intérêt capitalistique, et, elle leur exprime sa profonde solidarité. » , soulignent collégialement Thierry de Segonzac, Président de la FICAM et son Délégué Général, Jean-Yves Mirski. 

La FICAM se tient à la disposition de ceux qui porteront la responsabilité des restructurations à
venir pour leur apporter toute son assistance, notamment dans l’accompagnement social qu’ils
pourraient souhaiter et auquel la filière des Industries techniques nationales reste particulièrement attachée.