Retour au profit pour ECLAIR

Cette année, la CST a inauguré son cycle de rencontres cannoises avec Eclair. L’occasion pour Olivier Sibenaler, Président du groupe Eclair de faire le point sur la santé de son groupe…
eclair.jpeg

« Eclair, Société crée en 1907, est toujours l’un des tous premiers acteurs du cinéma au monde. Après quelques difficultés financières dues aux grandes mutations numériques, ECLAIR a retrouvé l’équilibre en 2014 avec 39 millions de chiffre d’affaires. En 2015, le groupe a prévu 40 millions de CA prévus, répartis en 4 secteurs : postproduction (7 millions), distribution (8 millions), adaptation (9 millions) et patrimoine (16 millions). Au premier semestre 2015, ECLAIR, qui était même numéro 1 face à ses concurrents, a géré la post production de 12 films qui lui ont été confiés par des clients prestigieux, tels Gaumont ou Pathé.

 

Aujourd’hui le groupe propose de délivrer des formats de distribution pour les salles, la TV et la VOD. Ce secteur a subi un certain nombre de changements technologiques. Le prix de la livraison a été divisée par un facteur 100 en moins 10 ans. L’an dernier ECLAIR a fait un parcourt assez flatteur en distribution, bien que cette industrie s’inscrive dans un contexte déflationniste, avec des prix régulièrement à la baisse, puisque l’on est passé de la bobine 35 mm à 1000 € au DCP physique à 80 € et aux DCP dématérialisés sur des backbones spécialisés à 30 € et maintenant sur ADSL à 15 €, voire moins. Pour faire face à une concurrence agressive, Eclair a augmenté les volumes, fait des efforts commerciaux et offert une plus-value technologique, construite sur un outil marketing baptisé STORM. STORM est une application WEB qui propose de la gestion de catalogue à distance, du monitoring pour les distributeurs et offre la possibilité de passer des commandes pour envoyer des films sur une plate-forme vidéo. La plateforme est actuellement en test chez les principaux clients du groupe.

 

Dans le domaine de l’adaptation, ECLAIR travaille sur deux secteurs : le voice over et le sous-titrage. Le pôle patrimoine d’ECLAIR, qui œuvre à la restauration des films, comprend plus d’une centaine de techniciens regroupés à Epinay. D’ailleurs, très bientôt, l’équipe entamera la restauration du « Napoléon » d’Abel Gance, une remise à neuf qui devrait durer 1 an ! Enfin, ECLAIR possède une activité de sauvegarde et préservation de films anciens photochimiques. Aujourd’hui le laboratoire, qui investit sur le HDR, le 4K et les applications WEB vient de reconstruire des salles de montage images et sons… Définitivement un signe de bonne santé ! »