Nouvelle caméra Canon EOS C700

TSF a accueilli, dans ses locaux du Cercle Rouge, un workshop Canon organisé par Visual Impact France consacré à l'EOS C700... Une caméra manifestement taillée pour jouer dans la cour des grands. Forest Finbow était mandaté pour livrer toutes les explications concernant la technologie HDR que cette caméra permet d’utiliser. *
CanonC700-OK.jpg

 

Commençons par un coup d’œil sur l’ergonomie de cette caméra présentée le 22 juin dernier : c’est un appareil conçu pour filmer à l’épaule de manière confortable ; la répartition du poids est équilibrée. Le viseur Oled à l’avant est en option ainsi que l’épaulière, la poignée d’épaule, l’unité de commande à distance, l’enregistreur Codex, le transmetteur de fichiers sans fil, le récepteur GPS et les bagues d’adaptation de montures optiques.

L’accès aux boutons de commandes et à l’écran du menu est situé côté opérateur. Avec l’unité de commande à distance qui trouve son logement côté assistant, il est possible de déporter tous ces accès. La caméra existe en deux versions, soit en monture EF, soit en monture PL. Il est aussi possible de lui adjoindre un adaptateur pour passer en monture B4.

 

Capteur

La caméra Canon EOS C700 est dotée d’un capteur Super 35 mm (environ 24 mm × 14,5 mm) de type CMOS à matrice de Bayer avec une définition de 11,54 Mpixels (4622 × 2496). Les pixels effectifs sur l’image : en 4K (4096 × 2160), en UHD (3840 × 2160), en 2K (2048 × 1080), en HD (1920 × 1080).

 

Optiques

En effet, la monture EF permet (si l’objectif utilisé en est muni) d’utiliser une fonction autofocus. Si l’on équipe la caméra avec des objectifs photo (24 × 36) en monture EF, il est possible d’activer une fonction de grossissement (× 1,460 en 4K et × 1,534 en UHD) pour compenser la différence de distance focale par rapport à la taille du capteur. Avec l’adaptateur de monture B4, le grossissement est d’environ × 1,3 en HD. En monture PL, la technologie Cooke/I est prise en charge, ainsi que les objectifs anamorphosés.

 

Fonctions

Par ailleurs, on retrouve beaucoup de fonctions d’aide à l’exposition comme le zébra, le waveform, les fausses couleurs. Des filtres neutres allant jusqu’à 10 diaphragmes sont intégrés. Bien sûr, tous les affichages habituels de repère de cadre sont présents. En revanche la fonction d’enregistrement en mémoire cache – souvent appelée « loop record » – est absente.

 

Obturateur

En ce qui concerne l’obturateur électronique, il est possible de choisir l’affichage en vitesses ou en angles, la fonction Clear Scan (CS pour filmer des écrans), l’obturateur ralenti ou de carrément le mettre sur « off ». Les vitesses : 1/1 à 1/2000 en fonction de la cadence d’enregistrement des images et du mode de contrôle de l’obturateur, les angles d’obturation vont de 11,25 ° à 360 ° selon la fréquence d’images.

 

Sensibilité

Pour ce qui est de la sensibilité de la caméra, la plage exprimée en ISO ou en DB est très étendue, de 100 à 102 400 ISO avec une incrémentation par tiers de diaphragme ou de – 6 DB à + 54 DB, par palier de 0,5 DB.

 

Le HDR, en Raw et en Log

Il est temps de parler des possibilités de captation d’images HDR par cette caméra. Tout d’abord, le HDR, « quézako » ? High Dynamic Range … Oui, mais encore ? Un peu d’histoire de l’image pour mieux comprendre cette évolution-révolution.

Le HDR est actuellement, peu ou prou, quantifié sur une dynamique dans l’image correspondant à 15 diaphragmes. Les dernières pellicules 35 mm possèdent une dynamique ou latitude d’exposition de 18 diaphragmes. Les caméras HD répondant à la norme REC 709 ont une dynamique d’environ 6 diaphragmes. En Raw, la plupart des caméras numériques haut de gamme à grand capteur ont actuellement une dynamique qui oscille entre 12 et 15 diaphragmes. Ces grandes dynamiques étaient jusqu’à il y a peu impossibles à afficher sur un écran, quelle que soit sa nature (cinéma, LCD, Oled…).

L’avènement de la norme de l’UIT (Union Internationale des Télécommunications) appelée BT 2100 et les technologies de projection et d’étalonnage Éclair Color ou Dolby Vision permettent maintenant de reproduire toutes les richesses lumineuses des images. Fini les frustrations sur les hautes lumières sans détails, les fenêtres complètement blanches et autres désagréments artistiques liés au système de reproduction de l’image. La projection HDR est même plus performante que l’était la projection 35 mm. En effet, un film positif 35 mm ne rendait jamais toute la richesse du négatif et les compromis à l’étalonnage étaient légion.

La technologie de reproduction HDR permet de voir des images qui correspondent à ce que nos yeux voient dans la réalité ; elles reproduisent la dynamique de la vision de l’œil humain. Par ailleurs, étant donné que la plage de dynamique est plus étendue, la gamme de contrastes du noir au gris est plus étendue, donc les nuances de contrastes sont beaucoup plus fines. Notre œil interprète ces plus grandes et plus fines nuances de contrastes comme une augmentation de la définition et des détails (sur les fumées et les nuages, par exemple) de l’image.

Ceci constitue un avantage conséquent pour les opérateurs de télévision. En effet, un signal HDR est beaucoup plus léger qu’un signal UHD et augmente peu la bande passante pour une amélioration conséquente de l’image. Bien évidemment, ce nouveau terrain de jeu oblige les gens d’image à revoir leur manière de concevoir les images. Une fois de plus, la technique vient influencer les possibilités artistiques.

Les caméras ont nativement un rapport de contraste du noir au blanc de 10 000:1, la projection cinématographique SDR (Standard Dynamic Range) a un rapport de contraste de 1 500:1 sur un écran éclairé à 48 candéla/m2 (ou Nits), la projection HDR a un rapport de contraste de 8 000:1 sur un écran éclairé à 100 Candéla/m2 (ou Nits). Des écrans de contrôle HDR pour le plateau et l’étalonnage sont maintenant sur le marché.

La caméra Canon EOS C700 embarque trois courbes Log Canon (log 1, 2, 3) qui permettent d’exploiter toutes les possibilités du capteur. Le Canon Log 1 est optimisé sur 8 bits avec une dynamique de 12 à 13 diaphragmes et un gris 18 % à 32,5 % du signal. Le Canon Log 2 est optimisé sur 12 bits avec une dynamique de 15 diaphragmes et il est compatible avec les flux de travail Cinéon. Le Canon Log 3 est optimisé sur 12 bits avec une dynamique 14 diaphragmes et un gris 18 % à 32,5 % du signal.

Par ailleurs, les espaces colorimétriques 3D (couleurs, luminance et contraste) dans lesquels elle travaille (Aces, Cinéma Gamut, ITU-R BT 2020, DCI P3, BT 709) permettent d’enregistrer toutes les richesses de l’image en couleur, lumière et contraste.

Lorsque l’on enregistre une image avec une courbe Log, il est plus que souhaitable d’utiliser des LUT (Look Up Table) d’affichage de l’image sur le plateau. Les LUT sont des courbes inverses de l’image enregistrée qui permettent l’affichage des images. Les courbes Log peuvent être qualifiées de OETF (Opto Electronical Transfert Fonction) et les LUT de EOTF (Electro Optical Tranfert Fonction) ; l’ensemble s’appelle OOTF (Opto Optical Transfert Fonction). En effet, cela permet une appréciation de l’image proche de l’image reproduite en bout de chaîne et évite ainsi beaucoup d’erreurs d’appréciations du contraste et du rendu.

 

LES PRÉRÉGLAGES EMBARQUÉS

 

• Canon Log 3 : C.Gamut (Canon Log 3/gamme Cinéma/neutre)

• Canon Log 3 : BT.2020 (Canon Log 3/gamme BT.2020/neutre)

• Canon Log 3 : DCI-P3 (Canon Log 3/gamme DCI-P3/neutre)

• Canon Log 3 : BT.709 (Canon Log 3/gamme BT.709/neutre)

• Canon Log 2 : C.Gamut (Canon Log 2/gamme Cinéma/neutre)

• Canon Log 2 : BT.2020 (Canon Log 2/gamme BT.2020/neutre)

• Canon Log 2 : DCI-P3 (Canon Log 2/gamme DCI-P3/neutre)

• Canon Log 2 : BT.709 (Canon Log 2/gamme BT.709/neutre)

• Canon Log (Canon Log/gamme BT.709/EOS Cinéma original)

• BT.2020 (plage dynamique étendue/gamme BT.2020/neutre)

• BT.709 (plage dynamique étendue/gamme BT.709/neutre)

 

 

SAUVEGARDE : TROIS POSSIBILITÉS D’ENREGISTREMENT

 

• En Raw 12 bits sur l’enregistreur Codex CDX- 36150 spécialement conçu pour cette caméra

– 4096 × 2160, 12/10 bits, Canon Log 2 appliqué. Résolution 4,5K jusqu’à 100 im./s, résolution cinéscope 4,5K jusqu’à 120 im./s, Cadrage 2K max. 240 im./s.

– ProRes 422HQ, 4K/QFHD 10 bits. 2K/FHD : ProRes 422 HQ 10 bits 120 im./s., ProRes 4444 XQ 12 bits 60 im./s., ProRes 4444 12 bits 60 im./s.

– Débit binaire d’enregistrement ProRes/Échantillonnage (mode 50 Hz) : • Codex CDX-36150 : 4K/QFHD : ProRes 422 HQ 10 bits 60 im./s. • 2K/FHD : ProRes 422 HQ 10 bits 120 im./s. • ProRes 4444 XQ 12 bits 60 im./s. • ProRes 4444 12 bits 60 im./s. • Cadrage 2K/FHD : ProRes 422 HQ 10 bits 240 im./s.

 

• En Raw sur un périphérique externe via 3G-SDI

– 4096 × 2160, 12/10 bits, Canon Log 2 appliqué. Raw 4K : jusqu’à 60p. Max. 240p (cadrage 2K)

– Sur deux cartes Compact Flash 2.0 de 64 Go en XAVC intra ou Long Gop ou en ProRes pour enregistrement XF-AVC ou ProRès, carte SD pour enregistrement XF-AVC Proxy, également utilisée pour le stockage photo (1920 × 1080) et la mise à jour du micrologiciel, y compris les mises à jour de micrologiciels pour Codex CDX-36150,

– XF-AVC – Intra : 810 Mbit/s, 10 min/160 Mbit/s, 50 min • XF-AVC Long GOP 50 Mbit/s : 165 min. • ProRes : 4K, ProRes 4322HQ 10 min. 2K ProRes 4444 25 min (25.00P).

– Débit binaire d’enregistrement XF-AVC/Échantillonnage (mode 50 Hz) Vers la carte CFast 2 :

– 4096 × 2160/3840 × 2160 : YCC422 10 bits • 2048 × 1080/1920 × 1080 : RGB444 12 bits RGB444 10 bits, YCC422 10 bits • 1920 × 1080 : YCC422 10 bits 50 Mbit/s Long GOP

– 4096 × 2160/3840 × 2160 : YCC422 10 bits • 2048 × 1080/1920 × 1080 : RGB444 12 bits, RGB444 10 bits, YCC422 10 bits.

– Débits binaires (selon le mode d’enregistrement) :

– 810/440/410/310/225/210/170/160/90 Mbit/s intratrame 50 Mbit/s Long GOP • Carte CFast 2.0™ : 4096 × 2160 YCC422 10 bits/3840 × 2160 YCC422 10 bits

–  2048 × 1080 YCC422 10 bits/1920 × 1080 YCC422 10 bits • 2048 × 1080 RGB444 12 bits/1920 × 1080 RGB444 12 bits

– Débits binaires : ProRes4444/ProRes 422HQ/ProRes 42.

 

• Sur des cartes SD pour les proxy en XF-AVC

– Débit binaire d’enregistrement XF-AVC Proxy/Échantillonnage (mode 50 Hz) Vers la carte SD

– 2048 × 1080 YCC420 8 bits/1920 × 1080 YCC420 8 bits

– Débit binaire : 24/35 Mbit/s Long GOP.

 

Le passage d’une carte à l’autre lors de l’enregistrement est automatique ; il est aussi possible d’enregistrer sur deux supports simultanément. On le voit, les possibilités d’enregistrement variées s’adaptent aux besoins des différentes productions, du broadcast au long métrage, voire au documentaire ou au reportage.

 

En savoir plus

Toutes les caractéristiques techniques de la caméra sont sur le site Canon ici 

Sur la projection HDR et l’Aces, consulter la Lettre de la CST de novembre 2016

Lire aussi notre article « Les premiers tournages ont commencé avec Visual Impact France » 

 

* Article paru pour la première fois dans Mediakwest #23, p.24-26Abonnez-vous à Mediakwest (5 nos/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur totalité.