Avec Resolve, pas de repos pour les zombies en postproduction !

La société Chimney s’est reposée sur DaVinci Resolve Studio pour faciliter la collaboration en temps réel entre ses bureaux de New York et de Gothenburg dans le cadre de la production des effets visuels du film de The Dead Don’t Die. Cette société internationale de post-production aussi utilisé Fusion Studio, autre solution Black Magic Design...
ChimneyJarmushMain.jpeg

 

Pour cette comédie de zombies réalisée par Jim Jarmusch, l’équipe de Chimney a produit plus de 300 VFX. Jim Jarmusch et le DP Frederick Elmes étaient à New York et il était indispensable pour les deux équipes de Chimney de collaborer en temps réel afin de prendre en compte la direction artistique du réalisateur et du DP durant la création des VFX.

 

« Ce film représentait le premier projet de Jim aussi riche en VFX et nous voulions qu’il se sente à l’aise durant toute la post production », souligne Sam O’Hare, superviseur des VFX de Chimney.

Chimney a pu compter sur les fonctionnalités collaboratives de DaVinci Resolve Studio pour revoir les séquences EXR en temps réel.

« Il fallait que les équipes de chaque continent puissent regarder les séquences en même temps pour pouvoir en discuter au téléphone. Grâce à DaVinci Resolve Studio, nous avons chargé les séquences EXR de chaque studio dans un projet commun. Nous les diffusions sur un écran en temps réel dans les deux endroits. Alors que Jim et Fred faisaient des commentaires sur les images en direct de New York, Alex Hansson, superviseur des VFX chez Haymaker et Andreas Hylander, créateur de VFX chez Chimney à Gothenburg pouvaient visionner l’image exacte dont ils parlaient », explique O’Hare.

« Comme la plupart des prises avaient été tournées en journée, puis étalonnées afin de donner l’impression qu’elles avaient été filmées de nuit, notre défi était de créer des VFX qui restent clairs et visibles, en dépit de cette ambiance nuit. Les workflows traditionnels avec des LUTs ne fonctionnaient pas, car l’étalonnage comprenait plusieurs masques et incrustations. Comme nous utilisions DaVinci Resolve Studio directement sur les séquences EXR originales, nous pouvions rapidement ajuster l’étalonnage afin de décider s’il fallait refaire le plan VFX ou s’il était possible de le modifier dans l’étalonnage », détaille Hylander.

O’Hare complète : « Grâce à DaVinci Resolve Studio, nous avons pu utiliser les informations colorimétriques de l’étalonnage. Les séquences originales chargées en dessous nous ont aussi permis de facilement comparer les images ce qui était précieux pour ameliorer notre travail. »

Jim Jarmusch a apprécié ce workflow qui facilitait considérablement le processus de finition… « Travailler avec des collaborateurs situés dans des pays différents représente souvent un défi, particulièrement pour des éléments visuels comme les effets. Toutefois, pour The Dead Don’t Die, et grâce à l’utilisation de DaVinci Resolve Studio chez Chimney, nous avons pu échanger des idées immédiatement avec notre équipe en Suède, tout en restant à New York. Cette solution de post production est une petite merveille collaborative ! »

Comme Chimney possède des bureaux dans onze villes dans le monde, la collaboration est aujourd’hui au coeur de tous ses projets. « Une bonne communication ainsi qu’un transfert rapide des données sont essentiels, nous travaillons avec des images non compressées dans tous les sites qui travailllent en synergie », précise O’Hare.

« Nous utilisons souvent la fonction d’étalonnage à distance de DaVinci Resolve Studio pour effectuer des sessions d’étalonnage dans plusieurs endroits, mais c’est la première fois que nous appliquons cette méthode aux VFX », souligne O’Hare. « Pouvoir visionner simultanément toutes les séquences modifiées en pleine résolution, dans deux endroits situés à 6000 km l’un de l’autre était pour nous une véritable révolution. La communication entre le réalisateur, le DP et l’équipe de VFX a été immédiate et parfaite durant toute la post-production Pour une société qui travaille constamment sur des projets dans différents studios, ce niveau de collaboration est crucial. »

 

O’Hare et son équipe ont également utilisé Fusion Studio pour les travaux VFX, dont une scène où un personnage utilise une paire de vieilles jumelles endommagées. « Comme le personnage, Hermit Bob, vit dans la forêt, Jim voulait reproduire la saleté et les fissures des lentilles, quand il regarde à travers ses jumelles. Nous avons utilisé plusieurs outils de Fusion Studio pour obtenir ce rendu, dont des effets de décalage appliqués à des formes rotoscopiques imitant du verre brisé. Nous avons également ajouté une couche émulant de la saleté et aussi divers mattes et incrustations pour créer des reflets internes dans les zones noires situées en dehors des deux cercles des jumelles. Les effets devaient suivre les mouvements de chaque plan, comme si le spectateur regardait à travers du verre brisé. Pour certains plans nous avons créé un tracking dans Fusion Studio en ajoutant des modificateurs Perturb au nœud Transform », conclu O’Hare.