Cinéma : de l’importance des sous-titres…

Les sous-titres ne sont plus considérés comme destinés uniquement aux malentendants, ils sont devenus essentiels à tout spectateur souhaitant profiter d’un contenu dans un lieu bruyant ou, au contraire, sans faire de bruit lui-même...
SubtitleNEXT, adopté par des prestataires comme le studio de production belge Videohouse et utilisé sur des séries comme « Sirens », « Vikings » et « Big Little Lies ». © DR

Les sous-titres sont partout ! En regardant une vidéo sur notre téléphone ou notre tablette, sur notre ordinateur ou à la télévision, ou même sur le grand écran dans les salles obscures, nous en voyons tous les jours… Jeux vidéo, films promotionnels d’entreprise, vidéos sur YouTube, démonstrations, formations, spectacles vivants (théâtre ou opéra), didacticiels en ligne, discours télévisés, expositions dans les musées… Tous les contenus intègrent aujourd’hui des sous-titres…

 

Le sous-titrage standard présume que le spectateur peut entendre les sons, mais qu’il souhaite voir les dialogues sous forme écrite. Le sous-titrage pour sourds et malentendants, quant à lui, présume que le spectateur n’entend aucun son et souhaite lire également une description de la bande-son.

Les sous-titres sont de plus en plus reconnus pour leur rôle de premier plan dans le cinéma international, et ils aident même les films à remporter des prix. Grâce aux sous-titres, les jeunes cinéastes peuvent mettre leurs œuvres à la portée du plus grand nombre et ainsi être plus visibles sur la scène régionale et internationale. Les sous-titres sont enfin acceptés et reconnus pour leur importance considérable pour les cinéastes. Cette évolution a récemment été soulignée par le succès du thriller sud-coréen Parasite, qui a reçu l’Oscar du meilleur film : une première historique pour un film sous-titré.

Son réalisateur Bong Joon-ho a profité de son discours de remerciements aux Golden Globes pour encourager les spectateurs à franchir la minuscule barrière des sous-titres et à découvrir ainsi des films merveilleux, rappelant qu’il n’y a ici qu’une seule langue : celle du cinéma. La critique a salué la qualité des sous-titres de Parasite, indiquant que c’est grâce à eux que les spectateurs étrangers peuvent apprécier l’humour du film. Lors d’un entretien pour Korea.net l’an dernier, Darcy Paquet, le traducteur à l’origine des sous-titres anglais du film, s’est félicité de ce que l’art du sous-titrage soit dans l’actualité, expliquant qu’il s’agit d’une étroite collaboration avec le réalisateur, nécessitant une importante préparation et un temps suffisant pour un travail de révision afin d’atteindre un résultat à la hauteur.

 

L’une des composantes du sous-titrage est la localisation, qui consiste à adapter les références culturelles aux normes et à la culture de la langue d’arrivée. Dès la phase de synopsis, puis de la préproduction à la postproduction en passant par le doublage, les compétences en jeu permettent de mettre les films à la portée des spectateurs du monde entier.

Les productions de Netflix et d’Amazon font également appel aux sous-titres, par exemple avec la série Roma et de nombreuses séries Amazon. Riccardo Mimmi est un sous-titreur et spécialiste de la localisation, basé en Italie. Au cours de sa carrière, il a traduit et sous-titré des centaines de films, de séries TV et de documentaires produits par de grands studios hollywoodiens, des chaînes de télévision ou encore des acteurs du streaming comme Netflix et Amazon. Parmi les nombreux titres sur lesquels il a travaillé, on pourra citer Klaus, Salvation, Le Maître du Haut Château, Vikings, American Bluff, The Americans, The Office et bien d’autres. Riccardo Mimmi est passionné par son travail, expliquant : « Le but d’un réalisateur, c’est de faire passer un message et des émotions en transposant à l’écran des histoires, des personnages. Les versions localisées ne sont efficaces que si elles sont fidèles à l’élan créatif qui sous-tend l’œuvre. » (https://auvitranslator.pro)

Les universités, elles aussi, préparent leurs étudiants en sous-titrage à laisser leur empreinte sur l’industrie du cinéma. Un excellent exemple est l’Hellenic American College, à Athènes, qui propose un cours de sous-titrage sur les principales suites logicielles du secteur, dans le cadre de son master en traduction (MAT) et de son laboratoire de traduction audiovisuelle. Les jeunes diplômés du programme de MAT peuvent ainsi se lancer dans une carrière de traducteurs, de traducteurs audiovisuels ou de monteurs son. Ils ont également la possibilité de se spécialiser dans un secteur créatif et d’entrer dans le monde de la traduction audiovisuelle, de la localisation de jeux vidéo ou encore de la traduction pour les musées ou la publicité.

 

Vasilis Manousakis, qui enseigne la traduction littéraire et audiovisuelle à l’Hellenic American College, est lui-même un artiste accompli, qui a sous-titré et traduit des œuvres dans de nombreux genres, dont House of Cards, Lost, The Good Place, Star Wars et Game of Thrones. Son riche parcours professionnel et créatif lui donne de la matière à enseigner. Il observe : « Notre secteur regroupe des entreprises comme Netflix, Amazon et Disney, qui ont toutes des besoins en termes d’accessibilité (descriptions audio et sous-titres pour les sourds et malentendants). » (http://haec.gr/en/master-translation)

 

Themis Kaniklidou, coordinatrice du programme de MAT et directrice adjointe du doctorat en langue et communication à l’Hellenic American University, a relevé une fragmentation croissante du marché, avec l’émergence de nouveaux domaines tels que la localisation de jeux vidéo et le sous-titrage destiné aux services de streaming, sans oublier l’important potentiel de la traduction automatique. Selon elle, les progrès réalisés en matière d’intelligence artificielle feront évoluer le métier des traducteurs professionnels, avec une hausse de la demande pour les tâches de révision de traductions automatiques – dont elle confirme que les étudiants du MAT sont d’ores et déjà spécialistes. Elle ajoute : « Nous apportons à nos étudiants les compétences demandées sur le marché, à la fois en termes de contenus – avec des cours de traduction spécialisée, de technologies de traduction et de traduction audiovisuelle – et de ressources techniques. » (http://www.hauniv.edu)

 

Une autre chercheuse en traduction audiovisuelle, Stavroula Sokoli, travaille à titre indépendant depuis 1995 comme traductrice, sous-titreuse et interprète de conférence ; elle est l’auteure de plus de vingt publications sur le sous-titrage et explique pourquoi celui-ci est si important pour les cinéastes : « Quand on pense à toute l’attention et à tout le soin que les créateurs d’une œuvre mettent à créer des dialogues authentiques, vivants et émouvants, il va de soi que le même degré d’attention et de soin doit être accordé à la création de sous-titres pour les spectateurs parlant d’autres langues. Les sous-titres sont une passerelle grâce à laquelle on peut non seulement comprendre l’histoire d’un film étranger, mais également découvrir la personnalité, le style et les nuances du langage de chaque personnage. Le succès d’une œuvre à l’international tient en partie à la qualité de sa localisation, et les producteurs et réalisateurs tels que Alfonso Cuarón et Bong Joon-ho l’ont très bien compris. » (https://www.linkedin.com/in/sokoli/)

 

Un autre atout de taille du sous-titrage, pour les cinéastes, c’est qu’il ne représente pas une dépense supplémentaire importante dans le budget d’un film. Les cinéastes et les chaînes de télévision doivent voir le sous-titrage comme un « bonus » peu coûteux qui augmente la valeur du produit, assure son accessibilité et apporte de plus un avantage compétitif.

 

Qui plus est, les sous-titres contribuent à améliorer la communication, comme on a pu le voir dans le cadre de la pandémie de Covid-19 qui touche actuellement la planète. L’ONU et l’OMS, ainsi que les gouvernements du monde entier, font appel à des vidéos sous-titrées pour transmettre des messages urgents à la population. Qu’il s’agisse de conseils pratiques sur le lavage des mains ou d’informations sur la pandémie et le confinement, les sous-titres sont une ressource précieuse grâce à laquelle les contenus peuvent traverser les pays et les continents tout en restant clairs et concis.

 

Vanessa Wells, membre d’une organisation britannique de réviseurs et correcteurs, a une longue expérience de la révision de sous-titres pour des documentaires, films indépendants, contenus diffusés en streaming et programmes télévisés. Elle indique en quoi les sous-titres apportent, selon elle, une valeur ajoutée : « Beaucoup des avantages du sous-titrage vont de soi : ils permettent de partager un film avec un autre pays et une autre culture, ils peuvent aider à l’apprentissage d’une langue, ils peuvent faire vivre un texte dans le cas des surtitres à l’opéra, ils offrent un service précieux aux sourds et aux malentendants. Tous ces usages ont leurs mérites et leur importance. »

 

« Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, continue-t-elle, où nous regardons énormément de films et de séries pendant notre confinement, nous découvrons également que les sous-titres jouent un rôle fédérateur. Nous avons beau être différents, éloignés – au sens propre, en ce moment – cette expérience nous apprendra peut-être à mieux apprécier ce que nous avons en commun. En partageant nos expériences, qu’il s’agisse de suivre les derniers reportages sur le coronavirus ou de nous évader dans des programmes de divertissement, nous renforçons ce que le Covid-19 nous a appris : peu importe qui nous sommes et où nous vivons, nous avons les mêmes besoins de contact et de communication. » (https://reelwords.ca/ https://wellsreadediting.ca)

 

Pedro Jervis, architecte de solutions et ingénieur d’assistance chez le revendeur de solutions broadcast et médias Pantalha, basé au Portugal, partage son avis sur l’importance du sous-titrage : « Bien que la plupart de nos clients n’utilisent pas de système de sous-titrage et n’en ont même pas encore besoin, je prédis que cela pourrait changer très bientôt. On ne peut pas ignorer la mondialisation, à mesure que nos clients cherchent à s’adresser des spectateurs plus nombreux, ils vont devoir s’adapter à un public plus varié. Pour cela, il faut un système qui garantisse des sous-titres de qualité, notamment dans le monde du streaming où les diffuseurs cherchent à proposer le plus de langues possible. Nos clients seront donc demandeurs d’un système rapide et facile à prendre en main, qui renforcera la qualité de leurs contenus. Le Portugal, contrairement à de nombreux pays européens comme l’Espagne et l’Allemagne, n’a pas une grande tradition de doublage des contenus internationaux autres que les programmes télévisés pour enfants. Nous avons donc l’habitude de sous-titrer les contenus importés. Une plate-forme permettant aux entreprises de sous-titrage de créer facilement des sous-titrages et de les ajouter aux contenus de leurs clients serait un outil très précieux. » (http://pantalha-spi.pt/)

 

Ivanka Vassileva, la CEO de PBT EU, est responsable de la distribution du système de sous-titrage SubtitleNEXT, adopté par des acteurs comme le studio de production belge Videohouse et utilisé sur des séries comme Sirens, Vikings et Big Little Lies. Elle explique : « L’équipe qui a créé SubtitleNEXT est convaincue qu’il faut faire découvrir aux spectateurs un nouvel univers. En créant une application qui les aide à surmonter la barrière de la langue, notre but est de rendre le sous-titrage plus accessible et plus convivial. Dès le début, l’idée était de faire une plate-forme qui soit à la portée des profils les plus divers : c’est pourquoi ses outils d’édition de texte accordent une grande importance à l’ergonomie. » (www.pbteu.com)

 

Ivanka Vassileva décrit les éléments créatifs que SubtitleNEXT peut apporter à l’écran : « SubtitleNEXT met à la disposition des cinéastes des outils grâce auxquels leurs films peuvent atteindre un public plus large. Grâce à ses fonctions remarquablement créatives, SubtitleNEXT permet de créer des sous-titres qui semblent faire pleinement partie du film, sans donner l’impression d’avoir été ajoutés par la suite. Les possibilités créatives de SubtitleNEXT incluent par exemple des outils dynamiques pour la création de styles, de couleurs et de formes, ou encore pour le positionnement du texte, produisant un résultat à mille lieues des sous-titres traditionnels tels qu’ils existent depuis des décennies. SubtitleNEXT peut ainsi aider les créateurs à faire preuve d’originalité dans leurs sous-titres, afin qu’ils contribuent à l’esthétique du film. » (www.subtitleNEXT.com)

 

Ivanka Vassileva conclut sur une note optimiste concernant l’avenir du sous-titrage : « En cette période difficile où les informations doivent être partagées le plus largement possible, chacun comprend clairement l’importance des sous-titres. La crise sanitaire qui touche la planète à l’heure actuelle nous montre à quel point les sous-titres sont essentiels pour la transmission d’informations. De plus, pour les cinéastes, le sous-titrage apporte une dimension supplémentaire aux contenus et permet à un public plus large de profiter de films, de programmes télévisés et de vidéos partagées sur les réseaux sociaux. Les sous-titres sont ainsi à la fois un outil d’information et de communication et un moyen d’apporter une valeur ajoutée à un film. Nous encourageons donc les cinéastes du monde entier à y recourir sans modération ! »

 

Article paru pour la première fois dans Mediakwest #37, p. 74-77. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.