Les négociations ouvertes entre TF1 et Newen entraînent des réactions en cascade…

L’indépendance de la création sera-t-elle mise en péril par la tendance aux concentrations ?
Newen TF1.001.jpeg

Après France Télévisions qui, jeudi dernier, réagissait fermement à la possibilité d’une prise de contrôle de Newen par TF1, les cinéastes de L’ARP, la Société des Auteurs, Réalisateurs et Producteurs indépendants, s’interrogent avec inquiétude…

Créé en 2008, NEWEN représente un acteur majeur de la production et de la distribution audiovisuelles en France, dans les univers de la fiction, des programmes de flux et de l’animation. Le groupe, qui  produit plus de 1300 heures de programmes par an, agrège notament 4 filiales de production (Telfrance, Be Aware, Capa, 17 Juin Media) et proposait, jusqu’à ce jour, de nombreux programmes emblématiques » de l’audiovisuel public:  « Faites entrer l’accusé » (France 2), « Les Maternelles », « Le Magazine de la santé » (France 5), et la production de reportages pour « Envoyé Spécial », « Des Racines et des Ailes », « Thalassa », sans oublier « Plus belle la vie »…

Jeudi dernier, le groupe TF1 et Newen annonçait une entrée  « en négociation exclusive » « afin de nouer un partenariat dans le domaine de la production et de la distribution de droits audiovisuels »

En initiant ce rapprochement avec la chaîne privée TF1, Newen, interroge dans l’urgence sur la relation que le service public doit tisser avec ses prestataires…

 

Faut-il réviser la nature des relations entre France Télévisions et ses producteurs ?  

…On peut se poser la question: les deux tiers du chiffre d’affaires de Newen étaient jusqu’à présent réalisés avec le groupe public. Si le rapprochement Newen/TF1 prend forme, se seraient donc une grande partie des idées, des savoir-faire et des compétences développés avec le soutien du service public qui constitueraient l’actif d’une opération dont l’un des bénéficiaires n’est autre le concurrent majeur du service public !

Dans ce contexte, le groupe France Télévisions a annoncé la suspension de développements et projets avec le groupe Newen, et, dans la continuité de cette prise de position, les cinéastes de L’ARP s’interrogent avec inquiétude devant les mouvements de concentration qui animent le secteur de l’audiovisuel et du cinéma…

Pour La Société Civile des Auteurs, Réalisateurs, Producteurs, la tentative de rapprochement entre Newen et TF1 témoigne sans équivoque d’un mépris de la conscience collective et de l’intérêt commun qui ont jusqu’à présent animé le monde de la création et ses diffuseurs.

« Lorsque les décideurs ne sont plus qu’une poignée à avoir la main sur l’ensemble de la chaîne de fabrication et d’exploitation des œuvres, de leur écriture à leur diffusion, la pluralité de la création n’est plus garantie. La création audiovisuelle et cinématographique indépendantes ont une part de destin commun avec le service de l’audiovisuel public.  

A l’heure où sa présidente, Delphine Ernotte, doit relever le défi de réinventer le rôle de France Télévisions dans l’exposition et le financement de la création, nous avons la responsabilité de l’accompagner. Nous ne pouvons pas ainsi laisser fragiliser le premier partenaire en clair du cinéma indépendant par des attitudes uniquement guidées par la quête de la rentabilité individuelle, et qui revêtent une forme d’indécence. 

L’indépendance est le meilleur garant de la liberté de création. Un service public fort nous permettra de la préserver », s’est insurgé le Conseil d’Administration de L’ARP vendredi dernier…