Meeting with William Wages, cinematographer of the feature film « The Forgiven » (Web TV Mediakwest)

Directed by Roland Joffé and put in images by the chief operator ASC William Wages The Forgiven is a feature film shot in 24 days with a Panasonic Varicam LT. This was the second collaboration between William Wages and Roland Joffé: the two men had already worked together a year ago on the Sun Records series. In his video interview William Wages details his way of working and explains his approach to the project (video interview in English).
video

Réalisé par Roland Joffé et mis en images par le chef opérateur ASC William Wages The Forgiven est un long métrage tourné en 24 jours avec une Varicam LT Panasonic. Il s’agissait de la seconde collaboration entre William Wages et Roland Joffé : les deux hommes avaient déjà travaillé ensemble il y a un an sur la série Sun Records. Dans son interview vidéo William Wages détaille sa façon de travailler et explique son approche du projet (interview vidéo en anglais).

 

 

Mediakwest : Quelle valeur ajoutée apporte la Varicam LT à ce projet cinématographique ?

William Wages : « La raison pour laquelle j’utilise la Varicam est très simple : la première est sa taille et sa souplesse d’utilisation dans une configuration couplée avec le zoom Fujinon qui apportent un confort de travail sans précédent. L’autre atout de cette caméra, c’est sa latitude d’exposition : donnée pour 14 stops, celle-ci est plutôt de 15,5 à 16 stops sur le terrain, en tous cas de la façon dont je l’utilise c’est-à-dire de façon empirique sans avoir les yeux rivés au vectorscope. Enfin, son double paramètre ISO natifs de 800 et 5000 a changé complètement ma façon de travailler, je n’ai plus besoin de faire de compromis dans l’image !

 

MK : Quelle atmosphère vouliez-vous recréer sur le film ?

W.W. : C’est une histoire tellement puissante que je voulais que personne ne puisse penser au traitement de la lumière. Je voulais quelque chose d’invisible, le contraire du style clinquant et brillant d’Hollywood.

 

MK : Vous avez aussi tourné avec des objectifs Fujinon ?

W.W. : Le film entier a, en effet, été tourné avec des zooms Fujinon Cabrio 19-90mm et 85-300mm. « Avec des optiques fixes, on perd à chaque fois 3 minutes pour changer l’ optique ce qui, en plus, casse la dynamique de tournage. À la fin de la journée, c’est facilement une heure de volée à la réalisation. Avec nos optiques 85-300mm et 19-90mm, qui ouvrent à T2.9, nous avons gagné du temps mais nous ne les avons jamais utilisées en mode zoom. En phase de test, nous n’avons pas repéré de différence de piqué par rapport à des Prime et ces optiques ont en plus l’avantage d’être très petites…», complète le chef opérateur qui mentionne aussi que ses images ont été tournées avec une ouverture de T2.9 même en extérieur lorsque cela était possible.

 

MK : Avez-vous tourné en RAW ? Quel a été le format que lequel vous avez enregistré ?

W.W. : Nous avons tourné en 4:2:2 10bits en enregistrant sur la caméra pour être le plus compact possible.

 

MK : Pouvez-vous nous livrer quelques détails sur les étapes de l’étalonnage du film ?

W.W. : Sur le tournage, nous n’avions pas de DIT sur le plateau mais un monitoring très fiable, le moniteur était réglé pour un rendu en mode Rec. 709 et les images témoins étaient conformes à 100% avec celles de la caméra. Pour l’étalonnage, nous avons notamment légèrement diminué la saturation de l’image.

L’étalonnage est très important pour moi : le matériel filmique est une étape et cette phase représente l’aboutissement ultime !

La post production, tout comme le tournage, s’est déroulée en Afrique du Sud, je n’ai pas pu le suivre de près car le budget de la production ne le permettait pas. En revanche, pendant les week-end du tournage, j’ai passé du temps avec le coloriste, pour corriger et étalonner quelques plans qui ont servi de repère de look et de style.

En phase de post-production, le labo, m’envoyait des plans retouchés que je regardais sur ma tablette et je retournais mes commentaires. J’ai ainsi écrit des pages de notes et si cette façon de procéder n’est pas idéale elle fonctionne toutefois très bien ! Roland Joffé, qui était resté en Afrique du Sud pouvait aussi aller voir les images sur site et tout s’est très bien passé !… »

 

 

POUR DECOUVRIR L’INTEGRALITE DE L’INTERVIEW, REGARDEZ LA VIDEO ! 

 

 

 

 

THE FORGIVEN

– Budget : moins de 3 millions dollars

– Tourné en 4:2:2 10bits avec un enregistrement dans la caméra

– Durée du Tournage : 24 jours

– Tournage et post production en Afrique du Sud

– Sorti aux Etats Unis le 9 Mars… (pas encore de distributeur pour la France)


Articles connexes