2016 : une année record pour les exportations audiovisuelles françaises

L'exportation de programmes français n’a jamais été aussi florissante depuis 1998, date à laquelle le CNC et TV France International ont débuté leur veille du marché. Celle-ci a carrément affiché une progression +30% entre 2015 et 2016 !...
TVFI_CNC.jpg

 

 « L’exportation des programmes audiovisuels français atteint en 2016 un niveau historique avec 336 M€ » commentait, hier,  Frédérique Bredin, Présidente du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), en ouverture de la présentation du d’un bilan consacré aux exportations de programmes en 2016. Celui-ci, dévoilé chaque année à l’occasion du « Rendez-vous » organisé par TVFI entre distributeurs français et acheteurs internationaux, se déroule traditionnellement tous les ans à Biarritz…Cependant, les « excellentissimes » résultats du genre animation – un genre qui depuis toujours prend le pas sur les autres en terme de ratio – ont incité TVFI a dévoiler ce bilan, en amont, dans le cadre de l’école des Gobelins, filière d’excellence de l’animation française …

 

L’animation et la fiction, moteurs des exportations..

  L’animation représente, depuis toujours, le premier genre exporté mais aujourd’hui,  plus que jamais, il conforte son leadership avec 40 % du total des exportations, soit 75 M€ de ventes. On peut attribuer le succès de ces excellentes performances à de programmes tels que :  Les chroniques de Zorro (Allemagne, Europe et Asie), Paf le chien (Amérique Latine et du Nord), ou Trotro (USA, Allemagne, Japon, Moyen-Orient, Europe etc.) qui participent  largement au succès du genre à l’export.

La fiction arrive ensuite avec 50 M€ de ventes, en progression de 21 %.. Les séries, avec Dix pour cent (vente de droits monde à Netflix), Versailles (Europe, Russie, Amérique Latine) ou Le Bureau des légendes (Europe, Océanie) assurent le rayonnement de la création française à l’international.

Le documentaire, un peu en retrait avec un volume 35 M€ de ventes, enregistre, quant à lui, son 2ème meilleur niveau historique. Duels (vendu en Allemagne, au Japon, au Moyen-Orient, en Europe et en Asie), Rêver le futur (Allemagne, Espagne, Corée, Russie, Canada etc.) ou Le studio de la terreur (vendu dans 130 territoires) illustrent la diversité des types de documentaires qui trouvent leur place sur le marché international.

 

La montée en puissance des acteurs de la VàD

Les plateformes de vidéo à la demande (VàD) constituent un débouché de plus en plus incontournable, et s’affirment comme une alternative aux chaînes payantes. Elles représentent plus de20 % des ventes à l’international, soit une hausse de près de 10 %.

L’augmentation des ventes multi-territoriales est due en grande partie au développement de ces plateformes.

 

Le développement à l’international, un relais de croissance indispensable pour le secteur

Depuis 3 ans, le CNC a mis en place des réformes importantes pour encourager l’exportation dans l’animation, la fiction, le documentaire.

« Toutes nos réformes comportent désormais des incitations à l’export. J’ai aussi lancé début 2017 un grand ‟plan export”, qui double nos soutiens pour encourager l’exportation de toutes nos œuvres à l’international », commente Frédérique Bredin.

« Dans un contexte de concurrence mondiale exacerbée, souilgne Hervé Michel, Président de TV France International, nous sommes fiers d’être l’un des principaux acteurs dans le dispositif d’aides à l’exportation du CNC. Nous soutenons et accompagnons les exportateurs au quotidien, notamment avec « Le Rendez-Vous », notre marché annuel qui se tiendra la semaine prochaine à Biarritz du 10 au 14 septembre ». 

 

Pour plus d’informations sur TVFI, rendez-vous sur le site.

 

 


Articles connexes
Le style Blue Spirit
 17 mars 2021