Ciné Digital Service : le premier intégrateur français passe à la caisse

Au Congrès des exploitants de Deauville, CDS n'est pas seulement venu présenter des innovations dans la projection : le groupe a annoncé qu'il lancera l'an prochain une solution de billetterie pour les salles. Une activité totalement nouvelle pour CDS mais qui s'inscrit dans la droite ligne des accomplissements de l'intégrateur depuis les débuts du passage au numérique.
illustcds2.jpg

La billetterie, pourquoi ?

Le président directeur général de CDS, Jean Noël Fagot, explique que cette décision vise d’abord à satisfaire une attente forte de l’exploitation : la réunion dans un même ensemble des outils numériques qui servent à gérer la billetterie, les projections (TMS) et l’affichage dynamique.

CDS a déjà avancé dans cette voie en intégrant les outils de gestion de sa solution d’affichage dynamique (CinéDigital Display) dans son TMS (CinéDigital Manager). Comme une bonne part des informations requises pour programmer les écrans des halls (données sur les films, les horaires des séances,…) servent aussi à faire fonctionner le TMS, l’imbrication des deux outils a permis un premier allégement sensible des opérations de programmation.

En créant sa propre billetterie, CDS veut donc boucler ce processus d’intégration. La tâche est complexe car les fonctionnalités d’un système de caisse sont très riches et bien sûr différentes de celles qu’offrent les autres outils numériques de CDS. D’où les investissements que réalise le groupe : CDS a renforcé son équipe de développeurs au printemps et une nouvelle vague de recrutements est en cours.

Mais l’intégrateur ne se lance pas seulement dans la billetterie pour réaliser la convergence. Etienne Roux, le directeur commercial de CDS, explique que « les professionnels de l’exploitation sont d’autant plus en quête de nouvelles solutions que l’offre de systèmes de caisse s’est consolidée ces derniers mois en France. Les exploitants attendent aussi qu’on leur propose des formules de services annexes plus diversifiées pour leur billetterie (assistance, maintenance,…) et ils apprécient celles que nous mettons en oeuvre dans les cabines et dans le hall de leurs cinémas ».

 

Nouveaux outils de pilotage de la projection

CDS a présenté deux nouvelles applications au congrès des exploitants.

CDM Remote est une première : cet outil a été conçu pour qu’un intervenant qui n’a pas de connaissances particulières dans la projection puisse piloter lui même une présentation multimédia dans un cinéma (on peut prendre l’exemple d’un entrepreneur qui a loué une salle pour annoncer le lancement d’un nouveau produit).

L’intervenant doit télécharger l’outil CDM Remote sur son téléphone mobile ou sa tablette. L’exploitant a fixé au préalable la plage temporelle pendant laquelle l’application va rester active sur le smartphone de l’utilisateur. Il peut aussi définir quelles fonctions du CDM Remote l’intervenant va pouvoir activer pendant son show (interactions avec le projecteur, le processeur son, déclenchement des lumières de la salle,…).

L’outil est suffisamment simple pour que des non initiés se familiarisent rapidement avec ses commandes. CDS a en outre conçu CDM Remote de façon à ce que la liaison établie entre le TMS du cinéma et le smartphone de l’utilisateur soit entièrement sécurisée pendant la présentation.

L’autre innovation présentée par CDS s’appelle CDM Mobile. Destinée au personnel des cinémas, elle réunit toutes les fonctions du TMS sur une application qui peut être embarquée sur un smartphone ou une tablette. CDM Mobile est la version optimisée d’une première solution logicielle de CDS conçue au départ pour les IPad d’Apple.

Ces deux déclinaisons de Ciné digital Manager devraient conforter l’essor du TMS de CDS, notamment à l’étranger où il a déjà remporté plusieurs marchés : en Asie (Corée du sud, Taiwan, Malaisie), en Amérique du sud (Argentine) et bien sûr en Europe (Italie, Espagne, Allemagne, Royaume Uni, Danemark) où CDS bénéficie des partenariats noués avec des intégrateurs de sept pays dans le cadre d’Unitia.

CDS a également présenté à Deauville un nouveau produit étonnant dans le domaine de l’affichage dynamique : c’est un écran très lumineux (6 000 candélas par m2), destiné à être vu de l’extérieur mais dont la structure transparente laisse passer la lumière à l’intérieur de l’établissement. Il peut donc être placé derrière les baies vitrées des cinémas : un affichage outdoor sans les contraintes imposées aux écrans extérieurs (résistance à l’humidité, au froid, au vandalisme,…).

 

L’accompagnement de CGR dans le premium large format

Dans les mois à venir, les équipes de CDS vont être mobilisées dans le déploiement de la nouvelle offre premium de CGR, qui sera proposée dans 15 établissements d’ici la fin 2017 (le premier écran sera opérationnel fin novembre). Cette offre est notamment fondée sur un projecteur laser RGB Christie de forte puissance (plus de 60 000 lumens) et sur la solution de son immersif Atmos.

« Participer à l’élaboration de cette offre premium a été pour nous une expérience très enrichissante même si l’essentiel du travail a été assuré par CGR qui en a défini toutes les composantes : projection, son mais aussi toutes les autres prestations qui caractérisent une offre PLF (aménagement de la salle, confort d’assise,…) ». Cédric Aubert, directeur général adjoint de CDS, conclut : « le fait que les exploitants définissent eux mêmes leur format premium contribue à la diversité du cinéma en France ».