FILM FACTORY, bien mieux qu’une usine à films !

Chaque année le stand de la CST accueille des sociétés partenaires qui profite de la convivialité du Festival de Cannes pour aller à la rencontre de la communauté professionnelle. C’est dans ce cadre qu’Alexander Akoka a présenté Film Factory, société de post-production cinématographique qui possède déjà 20 ans d'expérience. Film Factory dispose d'un laboratoire argentique et numérique, de salles de montage image/son et d'étalonnage, d'une salle de projection, d'auditoriums de bruitage et de mixage.
video

La société est implantée sur 2 sites à Paris : l’un à Clichy, l’autre dans le 18 ème ainsi que des structures d’accueil à Los Angeles et Montréal. Film Factory s’est forgée une belle réputation en matière de post-production de A à Z, elle propose une gestion des rushes, de l’image, du son et dispose d’un laboratoire de post-synchro et de bruitage. « Notre expertise en tant que laboratoire cinéma nous amène à produire des DCP et des retours sur film. Il y a un an, nous avons d’ailleurs ouvert un laboratoire argentique 16 et 35 mm qui fonctionne à plein rendement, la pellicule a donc encore quelques beaux jours devant elle ! » s’enthousiasme Alexander Akoka, directeur de Film Factory.

 

Film Factory traite actuellement environ 50 longs-métrages par an. Cette année, la société a travaillé sur 7 films inscrits en compétition au Festival de Cannes : « Mediterranea » dans la semaine de la critique, « Love » de Gaspar Noë, « Asphalte », « Alias Maria » et « Les élues » dans un Certain Regard, « Fatima » à la Quinzaine des réalisateurs, et enfin « Crache Coeur » pour l’ACID. Son travail a été reconnu par les professionnels qui lui ont décerné plusieurs prix pour la qualité de son traitement de l’image et du son. Cette petite structure (21 permanents) a trouvé sa place dans la post-production avec de belles références dont La vie d’Adèle (sous les projecteurs de Cannes l’an dernier). Un challenge réussi !