IFA 2014 : le Blu-ray Ultra HD (4K) débarquera-t-il à la fin de l’année 2015, ou jamais ?

MediaKwest ne va pas vous faire l'article. Cela fait des mois, voire des années, que nous attendons avec impatience des sources Ultra HD dignes de ce nom pour alimenter les centaines de milliers de téléviseurs qui se sont écoulés depuis maintenant trois ans, avec une accélération certaine des ventes depuis quelques mois. À la surprise générale, durant le salon de l'IFA de Berlin, la Blu-ray disc Association s'est fendue d'un communiqué plus ou moins explicite...
DSC09594.jpeg

 

 

Lorsque l’Ultra HD est apparu il y a de cela trois années au cœur des premiers modèles de téléviseurs vendus par Samsung et LG, nous avions pour espoir premier de ne pas voir l’industrie réitérer la douloureuse expérience du lancement chaotique, voire catastrophique, de la 3D, uniquement motivé par le désir d’imposer à nouveau la 3D suite au succès du film Avatar. Mais que nenni.

 

 

Notre constat est des plus sévères, car 36 mois après les premiers pas des fabricants dans l’univers de l’Ultra HD, nous en sommes littéralement au point mort. Au point mort à quel sujet ? En termes de sources disponibles à grande échelle capables d’alimenter les lucarnes, et surtout capables d’exploiter leurs performances techniques en termes de définition d’image, soit 8,3 millions de pixels à illuminer.

 

 

L’histoire se répète donc. Alors que désormais des centaines de milliers de téléviseurs Ultra HD ont été écoulés depuis trois ans sur les principaux marchés mondiaux, dont une France qui n’est pas en reste – l’institut GfK a mis en exergue l’excellente santé du marché français avec plus de 10 000 TV UHD écoulées en 2013 -, force est de constater que l’on attend toujours les sources Ultra HD en natif.

 

 

Il y a de cela deux années, les plus grands espoirs naquirent de quelques rumeurs et bruits de couloir relatifs à un développement rapide, sous l’égide de Sony, du Blu-ray Ultra HD. Lors d’un voyage chez Sony Pictures en 2012, MédiaKwest s’est d’ailleurs vu confirmer la naissance probable, et dans des délais courts, de l’évolution du Blu-ray. La finalisation « peu ou prou définitive » du codec de compression HEVC nous avait également donné quelques espoirs quant au Streaming en Ultra HD (dans une version définitive est stable), ainsi qu’au lancement du Blu-ray Ultra HD (libellé « 4K » par une partie de l’industrie).

 

 

Salon de l’IFA 2014 de Berlin : Soeur Anne ne vois-tu rien venir ?

 

Nous avons arpenté pendant cinq jours les allées du salon européen de l’IFA de Berlin, et nous avons eu beau fouiller les milliers de mètres carrés de cette grande messe, aucune trace du moindre Blu-ray Ultra HD, remplacés par quelques essais plus ou moins réussis d’un streaming Ultra HD via Netflix (House of Cards + démos). Folie Furieuse. Alors que certains stands de grands fabricants étaient habités d’un parc de téléviseurs dont 80 % étaient « Ultra HD », seules des images de démo contenues sur des disques durs, accompagnées d’essais de streaming Netflix, étaient offert en pâture au public et aux professionnels qui vinrent nombreux cette année à la recherche du Graal (forces de vente, distributeurs, producteur de programmes, etc).

 

 

Same player shoot again !

 

Comme nous le redoutions, nous voici à nouveau dans une situation de statu quo des plus pénibles. D’un côté l’industrie tente d’imposer à la vitesse grande V des téléviseurs Ultra HD, dont des modèles OLED haut-de-gamme annoncés comme révolutionnaires (LG entre autres), et de l’autre, le public, se retrouve face a des images UHD auxquelles il n’a pas accès… Pire encore, il doit subir des démonstrations de films sur Blu-ray (Full HD) dont l’image est up-scalée en Ultra HD, histoire de donner le change et de permettre aux quidams d’avoir au moins la chance de voir à l’écran les images de films qu’il connaît.

 

 

Produire en 4K est une chose, mais si tout un pan de l’industrie se révèle bancal, ou incomplet, on a faire une situation ubuesque où la dichotomie entre les intentions et la réalité devient pénalisante. Notre constat est dur, mais il est ostentatoire qu’il existe un énorme retard à l’allumage concernant les sources Ultra HD, qui auraient dû se pointer lors du lancement des téléviseurs. Entre-temps, évidemment, les normes évoluent, la prise HDMI est passée en 2.0, et certains fabricants sont même obligés de préparer des kits appelés « Evolution » afin de faire muer certaines électroniques. Le débarquement annoncé de l’Ultra HD en 30 et 60p a également mis une sacrée pagaille dans l’industrie, entre les électroniques capables de l’encaisser, celles qui ne le pourront jamais, et celles qui auront besoin d’une sérieuse mise à jour pour le faire. Dans la série « il est urgent d’attendre », on demande l’Ultra HD !

 

 

Une lueur d’espoir dans le noir ?

 

Tout n’est pas tout noir. Il existe des pays tels que la Corée ou le Japon qui diffusent de l’Ultra HD en Streaming, et les essais sont nombreux en Europe. Les deals sont d’ailleurs légion entre des entités de l’étoffe de Sony, LG, Toshiba, TCL ou Samsung (pour ne citer qu’eux) et les fournisseurs qui ne manquent pas de souffle (et d’espoir) tels que FranceTélévisions, Netflix, Amazon…le tout en HbbTV. Tout le monde semble faire le pari d’un avenir en Ultra HD, et tout le monde avoue de concert ne pas être prêt pour proposer une offre conséquente au public. Reste à savoir si, entre les messages faussés, les annonces incompréhensibles et les sources qui ne viennent pas, le public est réellement conscient de ce qu’est l’Ultra HD, et si il en ressent le besoin.

 

 

La Blu-ray Association rompt le silence et annonce le lancement du Blu-ray Ultra HD/4K pour la fin de l’année 2015.

 

 

Coup de tonnerre dans les murs de l’IFA de Berlin, la fameuse et célèbre Blu-ray Disc Association a annoncé le lancement du Blu-ray Ultra HD pour les fêtes de Noël 2015. Il s’agit la d’une annonce officielle proférée par Monsieur Matsuda (vice-président de la division Blu-ray de Sony) qui a accompagné ses propos d’un parallèle avec le streaming en Ultra HD, qui semble progresser très vite, alors qu’au contraire le Blu-ray Ultra HD se fait attendre. Avec cette annonce, il a de toute évidence désiré informer le public de la grande qualité du support optique physique comparé à celle de certains débits de streaming.

 

 

À notre connaissance, au 17 septembre 2014, les spécifications du Blu-ray Ultra HD sont diverses, et variées ! On parle d’un disque de 50 Go, mais il ne serait pas unique. Il y aurait également des disques qui d’une capacité de 100 Go. Concernant les codecs de compression, l’HEVC semble évidemment en bonne place, mais il ne serait pas le seul. Rappelons pour mémoire que le codec de compression de l’image Full HD sur les Blu-ray diffère selon les disques (VC-1, AVC, etc). Il n’y a donc aucune surprise sur ce point. D’après nos sources, Technicolor est également sur le pont pour travailler sur la compression, aux côtés de Philips et de Panasonic. Concernant le débit numérique, sur ce point encore, les informations sont multiples et variées, on parle d’un débit compris entre 80 et 128 Mbp/s. D’après nos informations, les ingénieurs travaillent sur la possibilité de voir ce Blu-ray Ultra HD stocker des images en 30, 48 et 60p, en 2D et 3D, avec un espace colorimétrique étendue (REC.2020)

 

 

Si cette annonce relève la bonne nouvelle, il faut rester conscient sur le fait qu’elle arrive bien tard, que fin 2015, cela fera plus de quatre ans que les téléviseurs Ultra HD sont commercialisés, et qu’il faudra certainement revoir entièrement l’architecture de la prise HDMI afin qu’elle puisse balancer de tels débits image + audio HD (les rumeurs prétendent que les lecteurs de Blu-ray Ultra HD disposeront d’une connectique autre que l’HDMI…). En clair, et sans décodeur cette fois, il faudra sans doute que les fabricants de téléviseurs revoient à nouveau leur copie pour s’adapter à ces nouvelles machines. Et la, on ne parle même pas du chambardement au niveau de l’édition de films sur Blu-ray.

 

 

La question se pose alors. Si le Blu-ray Ultra HD débarque à la fin 2015, est-ce trop tard, est-ce que par hasard le streaming Ultra HD n’aura pas pris le pas d’ici là via les grands diffuseurs européens de l’étoffe de FranceTélévisions et autres ? La question est posée, elle reste en suspens, et MédiaKwest reste de son côté sur le pont pour vous tenir au courant de l’évolution des sources Ultra HD. Ce que nous retenons de l’IFA de Berlin, c’est que justement, excepté quelques essais de Streaming via Netflix, on en est encore aux balbutiements…