Ecrans

L’émergence de la diffusion TV via des applications OTT

La distribution de la télévision connaît une nouvelle étape avec l’apparition d’applications OTT (over the top) qui permettent de regarder la TV sur tous les terminaux avec des interfaces qui essayent de nous faire oublier la télévision traditionnelle.
MK27_APPSTVMain.jpeg

 

Parti des États-Unis, le phénomène touche désormais la France. Les deux applications les plus connues sont Molotov et myCanal. Mais les chaînes de télévision et les FAI ne sont pas en reste puisqu’ils proposent en complément de leur portail TV, des expériences OTT destinées à donner accès à leur offre de contenus sur les smartphones et autres écrans mobiles dans un souci de continuité de l’expérience utilisateur. Parmi les plus utilisées, il y a évidemment myTF1, 6Play et OCSGo, mais ces applications ne donnent accès qu’aux chaînes de leurs groupes respectifs.

 

Molotov, l’application qui veut faire exploser les usages OTT

Le pari de Jean-David Blanc, le fondateur de Molotov, est d’offrir une plate-forme permettant de regarder la télévision en streaming via un terminal connecté à Internet, que ce soit un smartphone ou une smartTV. Lancée en juillet 2016, la plate-forme revendiquait plus d’un million d’utilisateurs en avril 2017 et près de 5 millions en mars 2018. Molotov se présente sous la forme d’une application à installer sur son ordinateur ou son terminal mobile. L’enjeu pour Molotov est d’accompagner l’évolution des usages, en particulier des plus jeunes, qui ne sont pas forcément rivés à leur écran TV pour regarder la Live TV ou le Replay de leurs émissions préférées. Molotov se positionne comme l’application qui révolutionne la télévision : « La façon de regarder la télé n’a finalement pas beaucoup évolué depuis 30 ans. Aujourd’hui, Molotov révolutionne la façon dont on accède à la télévision. Avec 34 chaînes dans sa version gratuite, et plus de 70 dans sa version étendue pour moins de 10 € par mois, vous regarderez la télévision d’une façon radicalement nouvelle, intelligente et intuitive. C’est la télévision que vous connaissez, organisée comme vous ne l’avez encore jamais vue. »

 

Une version gratuite, mais aussi la volonté de vendre des options payantes


Deux niveaux d’accès sont proposés par Molotov : soit par une application gratuite, soit par une application payante, incluant alors l’accès à des chaînes premium, plus d’espace de stockage pour l’enregistrement, et la diffusion en simultané sur plusieurs écrans. Dans sa version gratuite, Molotov propose 36 chaînes (dont 25 chaînes de la TNT française), ainsi que 10 heures de bookmarks qui correspondent à un espace de stockage dans le cloud. Les utilisateurs peuvent ajouter des options sans durée d’engagement pour disposer de davantage de chaînes et de services à partir de 3,99 € par mois. Le concept de Molotov est d’enrichir l’expérience TV en OTT en ajoutant des écrans, de l’espace de stockage et des bouquets de chaînes. Ces options sont au nombre de quatre :

• Option +100 h (3,99 €/mois) : jusqu’à quatre flux simultanés et 100 heures de bookmarks.

• Option Extended (9,99 €/mois) : 40 chaînes supplémentaires en HD, jusqu’à quatre flux simultanés et 100 heures de bookmarks.

• Option Ciné+ (9,99 €/mois) : six chaînes HD, 100 heures de bookmarks et quatre flux simultanés.


• Option OCS (11,99 €/mois).

Si un abonné décide de souscrire à toutes ces options, il devra alors débourser jusqu’à 31 euros ! Une raison suffisante pour justifier le fait que Molotov revendique des millions d’utilisateurs, mais reste particulièrement discret sur le nombre d’abonnés payants.

 

Une volonté de dépoussiérer la télévision


À travers une approche « jaquettée » des chaînes, Molotov adopte les codes de présentation de la VOD aussi bien dans l’organisation graphique de son application que dans la thématisation des rubriques qui regroupent les chaînes.

De plus, Molotov complète son offre avec des fonctionnalités liées à l’usage de la télévision et qui sont déjà offertes par la plupart des FAI avec leurs box TV : la pause et la reprise du direct, le start-over qui permet de reprendre une émission à son début, le Replay, le bookmarking ou l’enregistrement dans le cloud et parfois même des contenus bonus. Avec ces fonctionnalités, Molotov ambitionne d’améliorer l’expérience de la télévision et par la même occasion de rajeunir les audiences : les utilisateurs de Molotov auraient une moyenne d’âge de 35 ans là où le téléspectateur traditionnel a 51 ans. Selon son fondateur, Jean-David Blanc, Molotov « nous permet de capter jusqu’à 5 % de l’audience nationale, un an et demi après notre lancement ».

 

myCanal, plus qu’une application, un portail


Après avoir hésité de longues années sur la stratégie à adopter concernant l’OTT et la consommation délinéarisée des programmes (SVOD et Replay), le groupe Canal a décidé de miser sur son application myCanal qui offre aux abonnés un prolongement de l’expérience abonné en OTT. On retrouve dans myCanal tout ce qui fait l’ossature de la programmation de Canal, mais aussi un ensemble de services et de fonctionnalités conçus pour déliser des abonnés tentés par d’autres expériences OTT (la SVOD par exemple) et pour conquérir des jeunes dont les habitudes poussent les acteurs de l’audiovisuel à sortir de l’écran TV.
 Canal veut élargir son audience TV avec cette nouvelle arme OTT, d’abord en offrant la Galaxie Canal, qui regroupe des services complémentaires aux chaînes de télévision : VOD, Presse, Club Canal, un forum d’entraide et évidemment les services myCanal.
 myCanal s’appuie sur une interface qui se décline sur tous les terminaux afin d’en rendre l’utilisation la plus conviviale possible. Comme Molotov, myCanal donne accès à toutes les chaînes de la TNT en live, mais aussi aux chaînes Canal. Concernant les chaînes du groupe, Canal offre en plus de nombreux bonus et un avantage décisif sur son concurrent Molotov : la possibilité de revoir un film diffusé sur Canal en streaming ou en téléchargement pendant une durée qui dépasse celle du Replay traditionnel, faisant du service une offre très proche de la SVOD.

Véritable portail complémentaire de la chaîne, myCanal permet de profiter d’une expérience personnalisée sur une très grande quantité de programmes, offrant ainsi aux abonnés le sentiment d’en avoir vraiment pour leur argent. Question valorisation, il se peut que la valeur perçue de myCanal soit supérieure à celle de Molotov, en particulier pour les passionnés de cinéma et de sport, qui disposent d’un service complet. 

Dernière innovation en date, Canal abandonne la distribution de sa propre box pour les abonnés OTT au profit de l’Apple TV qui intègre l’application myCanal et évite ainsi à la chaîne cryptée de devoir supporter des développements complexes et la gestion d’un parc de box dont l’obsolescence s’accélère avec le progrès technologique.

 

myTF1, 6Play et OCS GO

Les chaînes de télévision ne sont pas en reste, en particulier les deux grands groupes privés, M6 et TF1 avec 6Play et myTF1, mais aussi le service public avec France.tv. Ce qui différencie principalement les applications des chaînes de myCanal et Molotov, c’est qu’elles ne proposent que leurs propres chaînes, ce qui limite forcément l’attractivité de leurs services. Pourtant, M6 et TF1 revendiquent chacune plus de 15 millions d’utilisateurs enregistrés sur leur portail. Pour se différencier, elles proposent donc des avant-premières, des programmes exclusifs et des prolongements de leurs émissions phare. Sans oublier le start-over qu’elles n’autorisent pas chez leurs concurrents OTT et néanmoins partenaires. Enfin, il y a aussi OCS GO qui reprend la diffusion en live des chaînes OCS, ainsi que leur Replay, le start-over et des bonus liés aux programmes distribués par l’application du groupe. L’intérêt principal de OCS GO est que les abonnés au bouquet profitent alors de tous les programmes HBO, des séries US+24 et des films diffusés par les quatre chaînes du bouquet.

Il est encore un peu trop tôt pour savoir si ces applications s’inscriront dans la durée, même si le nombre d’utilisateurs déclarés se comptent en dizaines de millions. Mais il est certain que les fonctionnalités qu’elles offrent et leur compatibilité multi-écrans leur donnent une avance considérable sur la diffusion classique de la télévision, en particulier chez les jeunes.

 

* Article paru pour la première fois dans Mediakwest #27, p. 92-93. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

 

** Pour plus d’informations, vous pouvez retrouver également notre article sur Molotov : une architecture vidéo totalement intégrée pour la QoS: une architecture vidéo totalement intégrée pour la QoS