« La VR va déstabiliser l’écosystème de consommation des images » (WebTV Xavier Plèche, Picseyes, Partie 1)

Xavier Plèche, fondateur de Picseyes, fait de la production depuis une vingtaine d'années. L’arrivée du digital, il l’a d’abord vécue dans les industries techniques musicales, avant même qu’elle ne touche l’image. Fort de son parcours, il a créé une structure et fait le choix de s'équiper : « J’ai quelques outils de tournage très spécialisés qui fonctionnent plutôt bien. Et des outils de postproduction, de mixage et d’étalonnage. J’ai fait en sorte de disposer d’une chaîne complète pour pouvoir travailler sur des projets qui sortent du cadre de l'agréement », nous explique-t-il au cours d'un entretien vidéo livré lors des précédentes Rencontres de Dijon ( Ce rendez-vous professionnel organisé chaque année par L’ARP  aura lieu cette année du 12 au 14 octobre prochain...).
video

 

Anticonformiste, Xavier Plèche cherche à faire des films ” à l’inverse du système classique actuel où tant que tout n’est pas financé, on ne commence pas à tourner…”.

Le producteur qui aime bien les expérimentations, s’intéresse vivement aux outils de réalité virtuelle : « Je n’étais pas très sensible à la 3D, mais je pense qu’une vraie révolution va s’opérer avec la VR, nous aurons un media de masse qui déstabilisera complètement le mode de consommation de l’image […]. La créativité va se libérer au fur et à mesure que les gens vont pouvoir commencer à utiliser les outils, tant dans l’image qu’en audio. »

Pour le moment, remarque-t-il, nous sommes dans une phase de développement, d’artisanat: « Il va falloir apprendre à écrire pour la VR. Faire un thriller, un peu d’épouvante avec de la VR, c’est facile et efficace, mais pour la comédie, c’est une autre histoire… ».

 

POUR DÉCOUVRIR CET ENTRETIEN DANS SON INTÉGRALITÉ, VISIONNEZ LA VIDÉO !

La cliquez-ici pour visionner la suite de suite de cet entretien >  Pourquoi les producteurs doivent s’intéresser à la technologie ?


Articles connexes