Le 4K en corporate, entre attentisme et nouveaux usages

L’UHD arrive dans l’entreprise là où on ne l’attend pas
4K_Corp_LG.jpg

L’Ultra Haute Définition (UHD), ou la 4K, poursuit sa percée tant sur les équipements de production professionnels que sur le marché grand public (10 000 TV UHD vendues en France en 2013). Dans l’univers du corporate, l’arrivée de ce nouveau format reste timide mais dévoile des usages inattendus en particulier sur les lieux de vente et les espaces d’accueil. Sans oublier le poste de travail où ces nouveaux écrans LCD apportent à certaines professions un confort visuel accru.

 

Chaque nouvelle avancée technologique suscite un intérêt pour les installations haut de gamme et de prestige. C’est donc sans surprise que des écrans 4K sont installés dans quelques salles de conseil ou des espaces de luxe.

Mais l’amélioration apportée par les moniteurs ou les vidéoprojecteurs Ultra HD au niveau de la définition ne s’apprécie que si le spectateur est suffisamment proche de l’écran. Pour ne plus distinguer les pixels, en HD, il doit se trouver au minimum à trois fois la hauteur de l’image. En 4K, cette valeur descend à 1,5 fois H. Pour distinguer toute la finesse de l’image (et surtout si elle est captée en 4K) l’auditoire doit se trouver dans une zone proche de l’écran. Or l’aménagement de nombreuses salles est tel que les sièges de l’auditoire sont placés à 8 voire 12 fois la hauteur de l’image affichée. Dans ces conditions, les participants ne percevront aucune amélioration significative avec un moniteur ou un vidéoprojecteur 4K. D’ailleurs, pour l’instant, très peu d’intégrateurs ont mis en place des moniteurs LCD ou des systèmes de projection UHD dans le cadre de l’entreprise.

 

Dans les espaces d’accueil

La situation est un peu différente pour les systèmes d’affichage des espaces d’accueil. Outre les tailles de plus en plus imposantes des dalles LCD proposées en 70, 84 ou même 105 ou 110 pouces, le plan d’image 3840 x 2160 pixels autorise l’affichage de quatre sources HD juxtaposées comme dans le cas d’un mur d’image constitué de quatre écrans jointifs. Outre la simplification de la pose, on élimine le croisillon noir toujours un peu perturbant, même s’il est réduit avec les derniers modèles à 3,5 mm. Avec un processeur d’images en entrée, des modes d’affichage multifenêtres rendront le contenu encore plus dynamique.

Autre domaine où les écrans 4K commencent à percer, il s’agit des systèmes de visioconférence. Ils sont souvent équipés de deux écrans 40 ou 50 pouces, l’un pour les images du site distant et l’autre pour la présentation informatique diffusée en cours de réunion. Les deux écrans sont remplacés par un seul en résolution Ultra HD. La taille de la dalle permet d’afficher les images en mode quad screen ou encore mieux, avec un processeur vidéo, en mode multifenêtre. Selon la configuration de la visioconférence, on multiplie les sources affichées sur cet écran unique. Dans la même logique, Sony a présenté, lors du dernier salon ISE, le Vision Presenter, un système qui affiche et gère sur un écran 4K des sources live, des images fixes, des présentations et du contenu Web. Grâce à la dalle tactile, l’utilisateur sélectionne à la manière d’une régie vidéo, la source qui est affichée sur la fenêtre centrale. La surface d’affichage quadruplée d’un écran UHD par rapport à un modèle HD démultiplie les modes de présentation des sources HD. Tous les systèmes de travail collaboratif vont mettre à profit cette possibilité pour offrir des systèmes de communication et de diffusion encore plus complets et plus intuitifs.

 

Pour le poste de travail

Cette augmentation de la surface d’affichage, à la fois en nombre de pixels mais aussi en diagonale physique, est également exploitée au niveau du poste de travail car elle améliore le confort visuel de l’utilisateur. Cette évolution intervient de deux manières, soit on conserve une diagonale d’écran identique et la résolution est multipliée par deux dans chaque axe en conservant la même finesse de détails, on quadruple la surface d’affichage et de travail. Dans la première hypothèse, l’arrivée des moniteurs 4K suscite un intérêt certain pour les activités où la visualisation des détails est primordiale : affichage de synoptiques dans des salles de contrôle, la cartographie, la CAO ou le contrôle aérien. L’affichage en mode 4K est également largement plébiscité dans tous les systèmes de simulation ou d’affichage virtuel qui bénéficient d’encore plus de détails et donc d’images plus réalistes.

Dans la seconde approche où la résolution des écrans HD est conservée, la mise en place d’un écran 4K permet de juxtaposer quatre sources HD sur une seule dalle avec le même confort visuel. Cette demande se confirme pour la visualisation 4K dans des environnements multi-écrans comme les salles de marché ou de trading, les salles de contrôle où les opérateurs font face à 6, 8 ou 12 écrans. Le remplacement de ces murs de moniteurs par des modèles 4K ou UHD réduit la connectique et la taille des supports mécaniques. Pour l’affichage des images informatiques assez statiques, les limites actuelles des écrans et des interfaces en termes de taux de rafraîchissement (25 ou 30p) ne constituent pas un obstacle comme dans le cas de la diffusion de contenus vidéo.

 

Sharp note un intérêt certain pour son moniteur 4K 32 pouces PN-K321 chez les photographes et pour les postes de création graphique. En effet l’espace colorimétrique de la 4K et de l’UHD est plus large que le traditionnel BT.709 de la HD et a conduit le constructeur à offrir de meilleures performances dans la reproduction des couleurs.

 

Le marché de l’événementiel est toujours friand des nouvelles technologies pour des mises en scène spectaculaires avec des images de plus grande qualité. Mais, comme le constate un commercial chez un gros prestataire, l’arrivée de la 4K est trop prématurée. Cet avis est corroboré par des sociétés de production pour lesquelles l’UHD est synonyme d’un surcoût alors que tous les budgets de communication dans un environnement économique difficile sont resserrés.

 

 

Sur les lieux de vente

Mais le marché sur lequel les nouveaux écrans 4K suscitent le plus d’intérêt est celui du commerce (ou du retail). La taille des dalles de 70, 84, 98 et même 105 ou 110 pouces sont adaptées au volume des vastes espaces commerciaux. De telles dimensions facilitent l’affichage à taille réelle des mannequins ou des objets avec une présentation en situation à laquelle le client s’identifie. La résolution beaucoup plus fine des images autorise une vision proche en distance,  mais aussi de la réalité. L’industrie du luxe est friande de ces nouveaux modes d’affichage 4K car ils reproduisent les visages, les habits ou les textures avec beaucoup de détails et de réalisme.

Tous les constructeurs font le constat que c’est le commerce de luxe qui constitue la première clientèle pour les nouveaux écrans 4K. Mais il n’y a pas que les boutiques haut de gamme qui sont intéressées. Samsung remarque que d’autres secteurs comme le marché de l’ameublement ou du gros électroménager découvrent les avantages apportés par ces nouveaux types d’affichage. Ces commerces sont confrontés à un dilemme : présenter aux clients un nombre élevé d’appareils volumineux tout en limitant la surface de vente. Un écran LCD 84 pouces installé en mode portrait correspond pile à la taille d’un réfrigérateur américain. Il devient aisé de faire défiler tout le catalogue du magasin et même de montrer l’intérieur grâce à une animation interactive tactile. Pour les magasins de mode, avec une caméra et un système d’incrustation temps réel, on vous rhabille de pied en cap en quelques secondes. Le client visualise ainsi son nouveau look sans passer par de multiples essayages. Il se regarde en taille réelle, comme sur le miroir du tailleur d’antan, mais agrémenté de nouveaux vêtements ou d’accessoires de mode. Des systèmes expérimentaux de présentation virtuelle pour la mode ont déjà été présentés au salon ISE 2014.