Maurice Lévy de Publicis Groupe: le digital une chance pour le futur …

Maurice Lévy  est né à  Oujda, dans l'est du Maroc en 1942. S’il démarre sa carrière comme ingénieur au sein de l’agence de publicité Synergie, sa passion pour la communication le conduit naturellement vers des fonctions, plus commerciales.
Publicis.jpg

 

A peine âgé de 30 ans, le poste de directeur général lui est proposé ; il rejoint finalement Marcel Bleustein-Blanchet, dirigeant de Publicis.

Au départ, secrétaire général du groupe puis directeur général, il en devient le président, dès novembre 1987 ! Grâce à des choix ambitieux en France et à l’international : acquisitions, rachats, politique de diversification des supports (internet et nouveaux médias), Maurice Lévy hisse une entreprise familiale au rang de leader mondial dans le secteur de la publicité et de la communication…

 

Mediakwest a profité du MIP TV, pour recueillir les propos d’un des hommes les plus éminents des groupes de communication dans le monde.

 

« Je pense que la créativité et l’innovation sont profondément liées. Et le digital est devenu une force spectaculaire qui pousse l’ensemble du marché vers une autre voie. Les acteurs de la publicité doivent être très humbles et s’interroger : devons-nous réinventer une nouvelle façon de penser ?… » Maurice Lévy

 

 

Selon vous, le digital est-il une chance pour le futur ?

 

Je pense, réellement, qu’il est une formidable opportunité ! Et, je crois qu’il nous permettra de progresser. Si l’on est vivant, il est nécessaire d’ouvrir son esprit, ses yeux, et de regarder vers le futur.

 

 

Le digital, a t-il changé des orientations de votre groupe ?

 

Oui, définitivement. Mais, cela est trop facile de dire que tout va se passer par l’interactivité et les nouveaux médias. Je pense que le monde est plus complexe que cela, il est hyper-connecté. Chaque personne a son smartphone, sa tablette, une télévision mais personne ne peut dire sur quel écran, il va regarder son programme ! Le premier d’entre eux, reste la télévision mais, l’utilisation de la tablette progresse de façon fulgurante : les gens l’utilisent dans le train, au restaurant…Et, les gens communiquent entre eux, de façon permanente. C’est très intéressant, de voir cela. Et, je suis toujours surpris de voir l’immense créativité dont est doté l’être humain, cela me fascine. L’immensité des choix pour le consommateur est devenue gigantesque : il peut parler avec des amis, acheter, réserver, s’informer, apprendre, s’éduquer…Le monde est en train, de se transformer d’une façon incroyable.

 

 

Comment réinventer le modèle du marketing et de la publicité face à un nouveau monde…

 

La première chose, c’est que nous savons que nous devons innover pour nous adapter à ces nouveaux entrants. Et, nous réinventons des nouvelles façons d’aborder le marché publicitaire. Je considère que c’est une chance et nous travaillons sans relâche, à rendre la publicité intéressante. Nous devons, inventer des campagnes qui suscitent l’attention et, elles peuvent être, bien sûr, interactives. Il est indispensable pour nous, de délivrer le bon message et c’est là que réside la difficulté ! C’est vrai, que la tendance dont nous devons tenir compte réside dans le fait que les gens sont devenus participatifs. Et, notre groupe travaille avec des créatifs, des directeurs (cinéma, télévision). Nous sommes producteurs mais, il nous arrive de coproduire, aussi.

 

 

Difficile de créer la bonne campagne, le bon contenu, le bon programme ?

 

Il y a dans chacun d’entre nous, le jugement. Et, cela serait prétentieux de dire que je détiens la vérité absolue dans ce qui fera une bonne campagne ou non !  Nos équipes échangent, elles ne sont pas toujours d’accord : cela crée une saveur et, c’est essentiel. L’important, réside dans le fait d’être toujours dans la création de nouvelles idées. Et les directeurs de télévision ont la même démarche que la nôtre. Nous sommes  tous des  » Story Tellers » ! Notre travail de publicitaire vise une audience qui doit recevoir un message très juste ou très ajusté. Je respecte les points de vue du monde des annonceurs, j’ai le mien dans mon domaine. Et, notre groupe utilise les médias sociaux pour véhiculer ces messages. Je crois que la façon d’aborder les différents écrans, est de se dire qu’ils n’ont pas les mêmes codes, les mêmes utilisations. Les réseaux sociaux me paraissent plus dans une dynamique de  » fun » ou de fraîcheur. Ce sont des connexions de proximité avec l’aspect de l’instantané !

 

Avez-vous une recette de la réussite d’une campagne ?

 

Oui, il y a des recettes mais je ne les donnerai pas !