Ecrans

5e Cartoon 360 – Un labo de projets sous le regard des experts…

Pendant deux jours, les 29 et 30 mai derniers, la 5e édition de Cartoon 360 prenait ses quartiers à Lille. La capitale des Hauts-de-France est ainsi devenue, pour les cinq prochaines années, le nouvel écrin de ces rencontres qui permettent à des porteurs de projets de se confronter à l’avis d’experts et ce, en toute bienveillance. L’occasion pour les créateurs et producteurs de tester leurs concepts et d’avoir des retours pour les optimiser...
1_Chambre-de-commerce-Lille-CARTOON.jpg

 

C’est au cœur de la vénérable Chambre de commerce de Lille que, durant deux jours, des producteurs et créateurs de projets transmedia se sont succédé, exposant à une poignée d’experts leurs bébés en devenir. Si quelques projets sont destinés à un public pré-school tels que le charmant Clouds, porté par les Britanniques de Sunseed Entertainment, et Ella, Oscar & Hoo, du studio français Normaal Animation, ou à un public de 6-12 ans comme Dragongarten, du studio macédonien Lynx Animation Studios, ou Next Stop, primé par la Fabrique des formats, la tendance est tout de même aux productions pour jeunes adultes.

 

Pas moins de neuf présentations (sur vingt-trois) s’adressent à un public plus mature. Parmi celles-ci, les spectateurs peuvent choisir de s’immerger dans un monde pixellisé et, à l’instar d’un Sims, recréer leur univers avec Globozone, imaginé par Aymeric Castaing (Umanimation), plonger dans les volutes musicales de Mano Solo au gré des rues de Paris grâce à Solo, projet présenté par la 25e Heure et Novelab, ou errer dans la zone démilitarisée coréenne via Dreamin’Zone, de Zéro de Conduite Productions (France), Nadasdy Film (Suisse), Cine-Litte Productions (Allemagne) et Studio Yog (Corée).

Ci dessous présentation de Beatlinks, une virée dans un monde de sons et de musique produite par Domenico La Porta et témoignage de Shamik Majumdar, directeur de la création des chaînes Disney (EMEA)…

 

Beatlinks, l’exemple type du fonctionnement de R/O Institute

Né au sein de l’Institut R/O, Beatlinks est un projet pensé dès l’origine avec une stratégie transmédia monétisable. « Nous souhaitons développer des propriétés intellectuelles à destination d’un large public et d’un grand nombre de plates-formes, si celles-ci sont justifiées par le projet. Nous n’allons pas faire de la VR s’il n’y a pas lieu. Nous raisonnons en partant de l’histoire, R/O étant avant tout un institut de storytelling », détaille Dominico La Porta.

Ainsi toute personne ayant une idée peut, via le site, soumettre son concept à l’institut. « Il en ressort une bible, voire un prototype grâce à des experts internationaux. Outre l’animation, nous recevons aussi des projets de BD, du live-action, etc. C’est vraiment l’histoire qui détermine le format », ajoute-t-il.

Avec ses partenaires Media-Participation (BD, animation), le label de musique électronique Strictly Confidential, et la RTBF pour la diffusion, cet institut réunit tous les corps de métiers complémentaires. Lancé en 2017, cet incubateur vient de clore sa première session, puis à la fin du mois de juin dernier, sept projets ont aussi été mis en chantier.

« L’idée est de proposer une session de six mois d’incubation par an », précise son directeur. Quand ils sont incubés, des agents de vente s’appuient sur les bibles créées afin de les pitcher aux diffuseurs en direct. Belgium Heroes gère tous les droits de ces projets.

« Nous pitchons rarement dans des endroits comme Cartoon 360 afin de ne pas déflorer le projet. Nous avons à peine effleuré l’histoire de Beatlinks, un monde de sons, de musique, où le silence a été anéanti suite au Big Bang. Un enfant est né sur une planète où il a grandi seul. Il est le 5e élément, l’étincelle qui va permettre le retour du silence. L’idée nous a été apportée par un créateur israélien. D’emblée, il nous a confié cet univers en nous faisant confiance, il avait juste envie que ce projet se fasse. Nous partagerons les droits quand le dessin animé, l’app, etc. seront lancés », précise-t-il. 

 

 

L’avis d’un expert : Shamik Majumdar, directeur de la création des chaînes Disney (EMEA)

Invité comme expert, Shamik Majumdar a salué des initiatives telles que Cartoon 360 : « Cela permet de retrouver tous les acteurs du secteur, de partager les nouvelles idées et de discuter des nouveaux projets ».

Travaillant surtout sur des productions destinées aux enfants, le directeur de la création des chaînes Disney garde en tête les recettes inhérentes à la marque : « Nous cherchons des projets pour les 6-12 ans ou du pré-school. Il est important que les personnages aient une personnalité marquante avec le sens de la famille et de fortes valeurs humaines. Nous sommes attentifs à des projets qui ont une vision forte avec un vrai potentiel créatif. »

Société mondiale, Disney s’intéresse pourtant à des projets locaux, avec dans l’idéal une portée universaliste. « C’est compliqué, convient-il, c’est déjà peu évident de créer une marque européenne, même si en animation c’est beaucoup plus réalisable. Mais il n’y a pas de recette Disney toute faite. »

 

 

Extrait de l’article paru pour la première fois dans Mediakwest #28, p. 72/75. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors-Série « Guide du tournage ») pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

* Lire nos autres articles parus dans Mediakwest #28, p. 72/75. En cours de publication sur notre site web.

 

 

Parmi les experts invités par Cartoon 360, Shamik Majumdar a éclairé de son expertise, comme directeur de la création chez Disney, les porteurs de projets tournés vers le pré-school. © Cartoon