Succès du premier atelier «Media Engineering Intelligence»

C'est à l'initiative de la société Mesclado, en partenariat avec la SMPTE, que s'est tenue, jeudi 27 juin, la première rencontre d'échange à l'attention des professionnels français du broadcast, autour de la notion de « Media Engineering Intelligence ». Placé sous l'autorité dynamique et sympathique de François ABBE, et avec le soutien de la société AVID France, cet atelier s'est déroulé dans les locaux de la chaîne ARTE à Issy-Les-Moulineaux.
f8ea1c7aff521bedaac5eab4cbe3ce1e.jpg

Il avait pour ambition de partager les expériences diverses, celles des producteurs et celles des diffuseurs de contenus, engagés dans la course au « toujours plus, toujours plus vite… avec toujours moins de moyens ». Les détenteurs de droits comme les opérateurs de diffusions doivent désormais investir la large place faite aux usages multimédias en complément de la traditionnelle consommation de contenus en télévision.

Dans la dimension de cette distribution délinéarisée des médias dématérialisés, déclinés en une grande variété de formats, les témoignages des participants français et étrangers ont été étonnamment convergents. Après quelques mots d’accueil d’Olivier Guillemot, DGA de ARTE et hôte de l’événement, c’est Andy Quested de la BBC qui a ouvert le débat en expliquant la démarche active du DPP (http://www.dpp.uk), entreprise par les acteurs des médias britanniques impliqués dans les problématiques d’échange de fichiers.

Le Digital Production Partnership est un partenariat exemplaire fondé par les principaux diffuseurs publics anglais (BBC, ITV, Channel4) avec les représentations de 5 autres diffuseurs référents, et leurs fournisseurs de programmes, dans le but de rationnaliser les échanges de médias dématérialisés tout en optimisant la qualité technique des contenus audiovisuels. Formalisés sur la base des recommandations référencées AS.11 de l’AMWA, Advanced Media Workflow Association (http://www.amwa.tv), les travaux du DPP ont permis d’unifier les spécifications techniques des livrables numériques Prêt-À-Diffuser ; une démarche qui couvre les supports cassettes toujours en exploitation, les fichiers qui vont occuper, à terme, l’intégralité du champ des livrables pré-enregistrés, et aussi les signaux et flux numériques en retransmission directe (live). Témoins de cette réussite récente, AS.11 étant finalisé depuis moins d’un an, les éditeurs des principaux outils de post-production non-linéaire (FinalCutPro, Mediacomposer, Première) intègrent une fonctionnalité optionnelle d’export de fichier dans le format du DPP.

Après cette démonstration d’unification des acteurs britanniques est venu le temps d’une table ronde sur les différentes options d’échanges de masters et de PAD, illustrées par les expériences de M6, représenté par son directeur technique Mathias BEJANIN, et Arte GEIE représenté par Jean-Michel ROY, responsable du secteur PreDiffusion-Diffusion-Transmissions.

D’une même voix, ils ont mis en évidence la désillusion tardive des diffuseurs qui sont aujourd’hui en mesure de constater que les réductions des coûts de fonctionnement, annoncées par les constructeurs pour promouvoir les solutions technologiques à base de fichiers, ne sont pas avérées. À ce jour, les temps de traitement et de transport des médias, notamment en haute définition, ainsi que le maintien en l’état de workflows hérités des processus linéaires, sont deux facteurs qui pénalisent le retour sur investissement. Ce constat économique décevant est cependant contrebalancé par un progrès appréciable en termes de flexibilité des processus : de nouvelles pratiques permettent de produire et de distribuer des contenus répliqués dans des résolutions diverses, adaptées à de nouveaux usages.

Un programme fabriqué sur un système de post-production non-linéaire sera exporté dans plusieurs formats et résolutions pour répondre aux besoins des services de VOD ou de replay sur les décodeurs, les ordinateurs, les tablettes et les smartphones. Le groupe M6 poursuit sa progression vers le mode tout fichier : il diffuse ses 11 chaînes TV avec une structure de diffusion unique mutualisée, pilotée par un chef d’antenne et 2 techniciens. Si tous les programmes courts sont livrés en fichier (auto-promotion fabriquée en interne, publicité à raison de 1 000 spots par mois), les formats longs arrivent encore sur cassettes. Pour ses 4 chaînes délivrées en catch-up TV, ce sont 15 000 fichiers qui sont mis à disposition chaque mois sur les serveurs de replay. Pour ARTE, une problématique particulière est liée au bilinguisme de la chaine, avec la nécessité de produire des doublages audio et sous-titrages dans des délais et flux d’échanges divers liés aux prestataires concernés. Autant de processus medias sujets aux effets perturbateurs des « grains de sable », ces incidents techniques de procédure ou de traitement qui viennent enrayer la belle machinerie numérique.

La voix de la SMPTE s’est ensuite fait entendre grâce à Richard Welsh, en charge des opérations chez Technicolor UK, et membre émérite de l’organisme de normalisation internationale des industries audiovisuelles. Le SMPTE (https://www.smpte.org) encadre depuis près d’un siècle les avancées technologiques dans le domaine de l’image et du son… et au-delà.

L’apport de certaines de ses innovations transverses est de nature à influencer profondément les procédures de production : comme ce fut le cas dans le passé avec le Time-Code, ou plus récemment avec le référencement des métadonnées techniques et éditoriales qui assure l’interopérabilité des systèmes vis-à-vis de ces données devenues vitales pour les échanges de contenus. Présente dans 64 pays, regroupant 5 000 membres, la SMPTE élabore les spécifications détaillées et standardise les outils des industries multimédias de demain. De la SD à la HD, du Dcinema à la UHD, de la captation des éléments au conditionnement de package masters contenant toutes les essences et métadonnées, les publications de la SMPTE couvrent les champs d’application et concernent tous les métiers du secteur. Une dernière table ronde devait ensuite concentrer le débat sur la production vidéo en flux.

Après le témoignage du post-producteur allemand CinePostproduction GmbH, représenté par son DT Thomas Ramin, le débat s’est ouvert avec la contribution de Guillaume Lemoine, Broadcast Engineering Manager à TF1 et Frédéric Silence, Chef de projet chez Euro Media France. À l’expérience de dématérialisation et de mutualisation des moyens de fabrication de l’actualité du groupe TF1, on remarquait l’augmentation des volumes de médias tournés, fabriqués et archivés quotidiennement.

Avec 1 000 clips courts produits chaque jour, et 1 TeraOctet de données à stocker avec un haut degré de disponibilité et de sécurité, on comprend mieux les préoccupations pragmatiques des équipes opérationnelles : « faire circuler les cartes P2 » – assurer la réutilisation rapide des cartes mémoire de tournage – ou « se débarrasser le plus vite possible des rushes » – une fois hébergés sur le serveur central, comment décider de l’effacement ou de l’archivage des rushes de tournage. Chez Euromédia, la production en flux de 3 émissions de téléréalité conduit à des volumétries disproportionnées : 4 sources vidéo enregistrées 24/24H pour un programme quotidien de 40 min ; une saison équivalent à 1 000 To de données. Un important travail d’optimisation de l’architecture du système de stockage, l’implication des équipes éditoriales dans le projet industriel d’indexation des éléments sont pour F. Silence les clés du succès.

Après cette matinée consacrée au partage d’expérience, dans une ambiance décontractée, les participants ont pu poursuivre leurs échanges autour d’un buffet qui servit à conclure ce premier rendez-vous réussi ; une seconde édition devrait être prochainement annoncée pour la rentrée.