Caméras de plateau UHD/4K – Le rôle de l’ingénieur de la vision

Pour l’ingénieur de la vision, au moment du passage à la HD, la seule grande différence avec la définition standard résidait dans l’augmentation de la définition spatiale. L’entrelacé, la diffusion en 8 ou 10 bits, le sous-échantillonnage en composantes avaient été conservés. L’espace couleur avait été légèrement modifié, mais sans bond significatif. Pour l’UHD, il en est autrement...
Euromedianews2 .jpg

En UHD, l’espace couleur BT.2020 est nettement élargi, tandis que la diffusion envisagée en dynamique étendue (HDR, high dynamic range) nécessite d’élargir l’échelle de quantification, voire de rester en RVB le plus longtemps possible. Augmentation de la définition dynamique plus grande devront être maitrisées par les équipes techniques.

« Aujourd’hui déjà, en HD on a parfois trop de définition sur les visages en plan serré, explique Philippe Bellaïche responsable technico-artistique du groupe Canal +. Il faut utiliser différents moyens optiques et numériques pour atténuer certains détails et gommer les défauts disgracieux de la peau. À l’époque de l’arrivée de la HD, les décors ont dû être beaucoup plus soignés dans les détails, détails qui ne se voyaient pas en définition 625 lignes. Mais il y a les visages, qui demandent souvent à être adoucis malgré le fait qu’ils sont maquillés. »

On peut bien sûr utiliser les réglages électroniques des caméras. Toute caméra intègre dans ses traitements d’image une correction destinée à jouer sur les détails fins (Detail, correction de contour…). Ce réglage peut être dosé dans les menus ou depuis le pupitre de l’ingénieur de la vision. Au réglage général de détail, s’ajoute le Skin Detail, un réglage complémentaire. Il est théoriquement conçu pour restreindre la correction de contour à une ou plusieurs plages de couleur déterminée, typiquement les teintes chairs. Philippe Bellaïche l’utilise occasionnellement, mais à un faible niveau.

Philippe Bellaïche conseille surtout de travailler les réglages fins de correction de contour des caméras (corring, crispening, noise slicer…) pour atténuer le bruit amené par la correction de contour et lisser ainsi les plages uniformes de l’image, comme la peau.

Sur les plans serrés, il prône l’utilisation des filtres starfilter intégrés aux roues porte-filtre des caméras. Outre leur rôle initial de produire un effet étoilé sur les projecteurs dans le champs des caméras, ces filtres permettent d’adoucir agréablement l’image d’un visage. C’est ce savoir-faire des ingénieurs de la vision qui sera encore plus sollicité avec les caméras UHD.

Tous les prestataires s’intéressent de près aux caméras des différents constructeurs. Ainsi, le 28 février dernier, Euromedia réalisait sa première captation d’un match en UHD avec des Sony HDC-4300 – plus une Superloupe 4K de Digital Video Sud, filiale du groupe. La captation comportait 11 caméras Sony HDC-4300 (dont deux sur grue) équipées de zoom Fuji UA22x8 et UA80x9, Canon J12 et J22. Ce tournage a été aussi l’occasion d’engranger des images tests HDR. En effet, la diffusion en direct et en parallèle en UHD/HDR et en HD nécessitera de nouvelles pratiques en particulier du côté de la vision.

* Cet article est paru pour la première fois dans Mediakwest #16, pp 14-16. Abonnez-vous à Mediakwest (5 nos/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour avoir accès, dès leur sortie, à nos articles dans leur totalité.

* Le premier volet est accessible ici


Articles connexes

Le sport sur mesure !
 18 décembre 2019