Magic Hour, incontournable au coeur des séries quotidiennes françaises

Avec Plus belle la vie et Un si grand soleil Magic Hour a développé une expertise de workflows adaptés aux séries quotidiennes diffusées sur TF1, France 2 et France 3. Une expertise dont Demain nous appartient, a bien entendu bénéficié. Produite par Telsète, filiale de Telfrance (groupe Newen), la quotidienne de TF1 compte quelque 200 techniciens, et bénéficie de trois équipes de tournage, dont une dédiée aux intérieurs au sein de 1600 m2 de studios à Sète. Visite des coulisses de la post-production... 
BandeauMagicHourDemainNousAppartient_2.jpeg

 

Dénominateur commun

«  Le dénominateur commun de tels programmes réside dans la fluidité et la solidité du workflow, souligne François Lefebvre, architecte solutions chez Magic Hour. Celles-ci œuvrent à la fabrication d’un épisode par jour tout en conférant un haut degré de qualité exigé par la production. » Et ce, tant par les moyens mis œuvre à la captation, notamment à travers des caméras à grand capteur, que pour l’organisation des médias et le suivi de fabrication, lesquels exigent un choix de matériels hautement performants.
 

Avid / DaVinci Resolve, couple idéal

Dans le cas de Demain nous appartient, pour lequel l’intégration a été conduite par Studios Post & Prod, filiale de Newen, « Magic Hour a pleinement joué sa partition de conseil, précise Olivier Béchat, directeur général de Studios Post & Prod, en apportant son expertise sur les choix matériels, leur configuration au sein du workflow, et leur adaptation à nos méthodes de travail. » Pour François Lefèbvre, design de workflow et connaissance des matériels sont « la clé de voûte technique qui à la fois rassure toute une équipe, accompagne la cohérence des process, et permet aux talents de s’exprimer. » Et, à ce titre, insiste quant au choix de solutions Avid : « Elles ont fait leurs preuves sur ce type de projets. Que ce soit pour les outils créatifs (Media Composer, Protools), pour le stockage (Isis 5500 ou Nexis) ou pour l’Asset Management (Interplay PAM ou Media Central | Production Management). » Si en ce qui concerne les trucages et le finishing on note des variantes propres à chaque série, quand il s’agit de l’étalonnage, DaVinci Resolve fait l’unanimité des étalonneurs et des directions artistiques de chacune d’entre elles. « À cette étape du travail de l’image, Resolve offre un champ des possibles accru en termes de créativité, mais aussi de fonctionnalités » commente Olivier Béchat. 
  

Accompagnement et montée en charge

Une série qui débute est un pari, son installation auprès du public est une consécration. Maîtrise des budgets oblige, Magic Hour a su proposer des solutions en adéquation avec les impératifs de Demain nous appartient : « en trouvant le bon point d’équilibre entre la capacité utile et l’apport d’une part de locatif dans la configuration, souligne Olivier Béchat. Nous avons ainsi optimisé notre setup de départ et misé sur l’évolutivité des solutions Avid sans sacrifier les moyens. En 18 mois nous avons doublé la capacité de notre Nexis, portée à 240 To, ajouté de la sécurisation à notre serveur de backup, et enfin acquis de nouvelles stations en nous affranchissant de la location… » Une configuration qui a su évoluer au gré de l’installation de la série quotidienne auprès du public. Succès incontestable, DNA est à ce jour diffusée en Suisse, en Belgique, au Québec, et en Italie. Une fois encore, Magic Hour fit partie de l’aventure…

 

Demain nous appartient autour du couple Nexis / Interplay PAM

• 3 stations Avid d’ingest
• 6 stations Media Composer (montage épisodes + résumés)
• 1 station de finishing (Media Composer + After Effects)
• 1 station d’étalonnage (Da Vinci Resolve)
• 1 station polyvalente graphique (Adobe) / montage (Avid) / étalonnage (DaVinci Resolve)
• 1 station de visionnage
• 1 serveur de transcodage Carbon Coder
• 2 serveurs d’archivage + librairie LTO
• 5 stations de montage son et mixage Protools

 

Pour compléter votre information sur le sujet des séries quotidienne, lisez l’article : Un si grand soleil : la fiction adopte le rythme du flux