Pré IBC : les nouveautés en matière de tournage, optiques, accessoires et captation vues sur le NAB…

Quelques jours avant l'ouverture de l'IBC à Amsterdam, il nous semble judicieux de revenir sur le matériel de tournage, les optiques et accessoires exposés en avril dernier outre-Atlantique, au NAB...
Bandeau.jpg

L’une des principales nouveautés présentées par ARRI, sur le Salon américain, était certainement la mise à jour de l’Alexa SXT. Le nouveau modèle Alexa SXT W intègre désormais un émetteur vidéo HD à faible latence ainsi qu’un émetteur WiFi, l’émancipant de ce fait des contraintes de câblage.

Les mises en place de caméras deviennent ainsi plus rapides et les équipes peuvent se déplacer plus rapidement puisqu’elles n’ont plus à s’occuper des câbles. L’émetteur WiFi propose, outre la transmission du signal pour le monitoring, des options qui changent l’approche des tournages, tels la gestion de la colorimétrie et le contrôle à distance de la caméra avec l’application Alexa Web Remote.

Reposant sur le modèle de l’Alexa SXT Plus, la SXT W remplacera toutes les versions antérieures de la SXT.

Une gamme étendue d’accessoires (extensions d’antenne, poignée pour moniteur Director’s Monitor Support – DMS-1 –, moniteur Transvideo avec un récepteur intégré) vient compléter le système Arri composé d’un émetteur vidéo autonome qui peut être utilisé sur d’autres caméras comme l’Alexa Mini. « Notre système vidéo Wireless est parfaitement compatible avec les autres fonctionnalités sans fil de l’Alexa SXT telles que le WiFi et notre système propriétaire de contrôle de la caméra et des objectifs, évitant les interférences gênantes produites par les émetteurs d’autres caméras », assure Marc Shipman-Mueller, chef de produit Alexa.

L’Alexa SXT W, qui bénéficie d’une mise à jour de l’Alexa SXT Software, offre un choix élargi de supports de stockage ; elle accepte notamment les cartes SxS PRO+ 128 and 256 GB, les cartes Lexar CFast 2.0 256 and 512 GB.

 

À peine 12 mois se sont écoulés depuis le lancement des systèmes Flame et Inferno. Aujourd’hui, ATOMOS pousse un peu plus loin l’adoption du HDR en annonçant des baisses de prix qui mettent à la portée de tous les cinéastes l’enregistrement en 4K Pro Res et l’affichage en HDR sur un moniteur à haute luminosité. Tous les modèles HDR offrent des convertisseurs Log-709 flexibles, adaptés à la plupart des caméras, et permettent également d’appliquer rapidement des LUT personnalisées.

Atomos sort le lourd avec le Sumo, un écran LCD 10 bits 1920 × 1080 de 19” qui utilise le moteur AtomHDR et établit des correspondances précises du signal Log/PQ/HLG. Ce moniteur peut également être utilisé avec des solutions de montage non linéaire ou d’étalonnage, pour une solution HDR ou SDR économique en studio. Le Sumo est capable d’enregistrer en Raw 12 bits, ProRes/DNxHR 10 bits jusqu’à 4Kp60 (et 2Kp240). Grâce à la puissance de calcul du Sumo, aucune qualité n’est perdue entre le capteur de la caméra et le stockage des contenus, avec un débit de transfert pouvant atteindre 3,2 Gb/s. L’enregistrement sur des disques SSD standard de 2,5” constitue une solution peu coûteuse pour les longues séquences.

Le Sumo permet d’enregistrer et de diffuser en direct quatre flux ISO HD, grâce à des connexions SDI QuadLink. Il est possible de basculer entre les différents canaux affichés à l’écran, en appliquant des cuts ou des transitions, et d’étiqueter ou d’ajuster le montage tout en conservant le potentiel de nouvelles modifications.

Le Sumo élimine le besoin d’un enregistreur audio distinct, en exploitant des connexions XLR pour brancher et alimenter des microphones extérieurs, produisant un signal audio égalisé disposant de vu-mètres et de réglages pour le délai de trame et le gain. Les microphones à alimentation fantôme de 48 V et les entrées audio sont tous synchronisés de manière transparente, offrant ainsi les fonctions audio les plus avancées actuellement disponibles sur un moniteur. Le moniteur inclut également une sortie jack de 3,5 mm et des haut-parleurs intégrés, permettant un passage en revue immédiat des contenus à tout moment, avec le client ou l’équipe de production.

Le Sumo peut être connecté à n’importe quel appareil SDI ou HDMI, et convertir toute combinaison de HDMI 2.0 et SDI 3G QuadLink/6G/12G. Les quatre entrées SDI permettent l’utilisation de caméras à plusieurs sorties 1,5 ou 3G, sans nécessiter de convertisseur. Les connexions HDMI 2.0 peuvent transmettre un signal en entrée/sortie jusqu’à 4Kp60, et sont compatibles avec le nouveau protocole ouvert d’Atomos qui permet l’automatisation de la HDR et l’importation de réglages de caméra. Il est également possible d’utiliser les fonctions de synchronisation Genlock et LTC.

 

La caméra LDX C82, un outil entièrement indépendant mais complémentaire des nouvelles caméras HD/3G LDX 82 de GRASS VALLEY, est offerte sous deux versions : Premiere, pour les formats polyvalents, et Elite, pour les formats artistiques ; une fonction WorldCam est également disponible par l’intermédiaire du programme GV-eLicense. Tous les modèles sont compatibles WCG (large gamme de couleurs), pour un rendu des couleurs encore plus naturel dans tous les modes de tournage et offrent, de plus, des fonctions HDR (haute gamme dynamique) avec 15 valeurs de focale (uniquement avec eLicense).

La caméra 4K LDX C86N inclut trois capteurs UHD de 2/3” et utilise DPMUltra (une version améliorée de l’outil Dynamic Pixel Management de Grass Valley) pour la gestion du format d’acquisition. Pour ce qui est de combiner les images de différentes caméras sur une plate-forme unique, la LDX C86N est entièrement compatible avec les caméras LDX 86 et LDX 86N, assurant l’uniformité du rendu des couleurs et de l’acquisition en WCG.

De même, les nouvelles caméras LDX C86 sont plus proches que jamais des LDX 86, facilitant la transition d’une caméra à l’autre. Les caméras LDX C86 HiSpeed et LDX C86 XtremeSpeed permettent de filmer en vitesse 3× et 6× respectivement, ainsi qu’en WCG et HDR (uniquement avec eLicense) ; quant à la nouvelle LDX C86 WorldCam, elle offre des performances exceptionnelles en HD dans tous les formats, y compris 1080i/720p, 1080p et les formats créatifs PSF.

 

En termes de matériel, SONY a présenté des disques durs robustes : PSZ-HC1T (1 To), PSZ-HC2T (2 To). Basés sur les modèles précédents de Sony, les disques durs Shuttle 1 To et 2 To repensés sont maintenant dotés d’un câble USB connecté de type A, extrêmement résistant, et d’un port de type C, idéal pour les sauvegardes sur carte mémoire sur le terrain. Les nouveaux disques durs à alimentation par bus sont pré-formatés au format exFAT. Le transfert de données à haute vitesse a également été augmenté jusqu’à 138 Mo/s (lecture/écriture), garantissant une efficacité accrue des opérations de stockage ou de sauvegarde. AXS-AR1 : lecteur de carte mémoire AXS et SxS doté d’une interface Thunderbolt 2. Le connecteur Thunderbolt 2 permet également une connexion en cascade.

Ce nouveau lecteur est le premier lecteur de carte Sony offrant un logement compatible à la fois avec les cartes mémoire AXS série A et SxS. Très polyvalent, le lecteur prend en charge le workflow d’enregistrement simultané, c’est-à-dire les fichiers Raw (ou X-OCN) et XAVC (ou MPEG50) enregistrés sur F55/F5 et AXS-R7. Le nouveau lecteur AXS-AR1 offre des vitesses de transfert ultra-rapides permettant de réduire le temps de tournage ou le transfert des contenus enregistrés.

 

Le Bolero de RIEDEL est un système d’intercom extensible, mobile et basé sur la norme DECT, utilisant la plage de fréquences 1,9 GHz. Entièrement intégré dans la plate-forme d’intercom numérique Artist, offerte par Riedel, le Bolero inclut de nombreuses fonctions et options de connexion et peut être utilisé de trois manières différentes : comme un module intercom sans fil portable de pointe, comme un panneau de commande sans fil, ou – pour la première fois dans le secteur – en mode « talkie-walkie ». Bolero s’appuie sur un réseau IP AES67 répondant aux normes en vigueur. Des antennes décentralisées se connectent à des commutateurs AES67, puis à des unités Artist équipées de cartes client AES67, offrant ainsi un écosystème d’intercom de point à point entièrement intégré et mobile. Du point de vue du système, les modules portables fonctionnent exactement comme des panneaux Riedel standard ; cependant, ils sont reliés sans fil et permettent un niveau sans précédent de flexibilité et de personnalisation.

Le codec du Bolero, spécialisé dans la transmission de données vocales, améliore la clarté du signal tout en faisant une utilisation plus efficace du spectre des radiofréquences : il est en effet possible d’utiliser deux fois plus de modules portables pour chaque antenne, en recourant à la même bande passante audio que d’autres systèmes DECT. Ce codec présente des caractéristiques exceptionnelles en termes de latence, tout en étant très efficient en puissance de calcul. La durée de vie de la batterie s’en trouve ainsi prolongée, et le DSP conserve plus de ressources pour d’autres tâches. Le Bolero inclut la technologie exclusive de Riedel, ADR (Advanced DECT Receiver), conçue pour réduire la sensibilité aux ondes radio réfléchies et rendant le système plus fiable dans un environnement aux conditions radio difficiles où d’autres systèmes pourraient rencontrer des difficultés.

Les modules portables sont compatibles Bluetooth 4.1, ce qui permet d’y connecter un casque Bluetooth ou un téléphone portable. Dès qu’un téléphone intelligent y est connecté, le module portable peut être utilisé comme un kit « mains libres », permettant à l’utilisateur de recevoir des appels sur son casque. Il est également possible de passer un appel, puis de le transférer sur l’intercom, sans nécessiter d’hybride téléphonique. Les modules ont été conçus sur la base de la longue expérience acquise par Riedel sur le marché de la location, et ils utilisent une combinaison de matériaux de qualité, notamment des plastiques à haute résistance et des surmoulages en caoutchouc : il en résulte un appareil à la fois robuste et ergonomique. L’affichage peut être inversé, de manière à être lu dans n’importe quelle orientation.

Le module lui-même comprend six boutons pour chacun des six canaux intercom, ainsi qu’un bouton « répondre » avec lequel l’utilisateur peut communiquer sur le dernier canal ayant reçu un appel. Enfin, pour la première fois dans le secteur, ce module portable peut être utilisé sans casque, comme un talkie-walkie, à l’aide d’un micro et d’un haut-parleur intégré. Tapages & Nocturnes a déjà acheté une cinquantaine d’unités Bolero.

Autre solution, le Mediornet MultiViewer est capable d’accéder à n’importe quel signal d’entrée MediorNet et de traiter jusqu’à 18 signaux. Ceux-ci peuvent être affichés sur quatre écrans, ou redirigés vers toute destination dans le système MediorNet en vue d’une sortie vers une autre plate-forme. De plus, grâce à des ports locaux d’entrée et de sortie, le MultiViewer offre une connectivité accrue. Sa gamme d’outils de traitement inclut des fonctions de redimensionnement flexible, de repositionnement d’images, d’incrustation de graphismes (par exemple, logos et images de fond) et de nombreux « widgets » : voyant témoin, afficheur UMD, vu-mètre, horloge, compteurs, etc. L’horloge peut être analogique ou numérique, et peut afficher l’heure ou le code temporel (manuel, LTC ou NTP). Enfin, jusqu’à 20 compteurs système distribués peuvent être mis en place sur un seul réseau et chaque « widget » peut se référer à l’un de ces compteurs. Toutes ces fonctions peuvent être contrôlées par le protocole Ember+ ; les voyants témoins et les afficheurs UMD peuvent également être contrôlés par TSL 5.0.

Le MultiViewer de MediorNet est simple à configurer, grâce à un écran unique et un éditeur visuel intuitif. La nouvelle fonction « net configurations », compatible avec MediorWorks et Ember+, permet aux utilisateurs de stocker des configurations sur le réseau, et non sur un appareil local : chaque configuration peut ainsi être utilisée par n’importe quel appareil sur le réseau. Les structures et modèles prédéfinis peuvent être modifiés à la fois en ligne et hors ligne.

 

Sur ce NAB, CANON présentait de performants moniteurs HDR d’une luminosité de 2 000 nits (deux fois plus que la norme)… Ces écrans représentent en quelque sorte la Ferrari du monitoring. Aussi, leur prix n’est pas communiqué et ils ne seront vendus qu’à la demande ! En revanche, le nouveau moniteur 4K DPV3010 30’’, qui affiche une luminosité de 1 000 nits, sera, lui, bien en vente ; il vient rejoindre le DVP 2420, moniteur 4K/HDR de référence de 24’’ dont le prix est de 25 000 euros.

Souhaitant démontrer l’uniformité de ses capteurs en termes de rendu d’images, Canon avait, sur le NAB, déployé un plateau de captation et une régie qui diffusait une production de direct avec des images issues de ses caméras EOS C700, ME 200S et C300.

Le constructeur proposait aussi à ses visiteurs de s’installer dans un dôme immersif pour découvrir une image diffusée à partir de six vidéoprojecteurs XEED (des projecteurs appréciés pour leur forte luminosité, la fidélité de leur restitution colorimétrique et leur capacité à projeter une image décentrée). À l’entrée de cet espace était exposé un rig Radiant Images Sense 9 composé de neuf Canon C300 MKII.

Du côté des optiques longue focale, on pouvait redécouvrir l’impressionnant téléobjectif 4K/UHD CN 20 × 50 IAS pour caméras super 35 mm. Intégrant un multiplicateur de focale 1,5×, il peut passer d’une plage focale de 50-1 000 mm à 75-1 500 mm. Avec un poids de 6,6 kg, il reste néanmoins léger et maniable. Cette optique de référence était montrée avec un système gyroscopique lui allouant la stabilité indispensable pour obtenir une netteté d’image avec l’emploi de telles longueurs focales… Une configuration idéale pour les captations sportives et animalières !

 

JVC présentait sa gamme d’équipements vidéo et des solutions allant de la capture à la diffusion. Parmi les nouveautés, JVC annonce le PB-Cell 200 ProHD, un hotspot portable, capable de transmettre les signaux vidéo de plusieurs équipements ProHD de la marque (4K CAM, caméra PTZ) pour des événements en live ou sur le web. Il utilise la même technologie SpeedFusion développée par un des leaders en solutions VPN : Peplink. Ce hub s’alimente par courant électrique AC ou batterie de type Anton/Bauer. Ce ProHD portable permet donc des diffusions multi caméras en live.

Les caméras JVC intègrent un encodeur Zixi avec correction d’erreurs et débit variable. Les signaux codés sont envoyés au ProHD via un transmetteur WiFi qui se connecte directement sur la caméra via le port USB. Par ailleurs, les connecteurs RJ45 permettent des connexions filaires à des LAN. En bref, ce nouveau ProHD Bridge portable de JVC est une option intéressante pour les diffuseurs qui veulent fournir une couverture multi-caméras live sans faire appel aux satellites ou aux systèmes à micro-ondes pour les réseaux de distribution. Le PB-CELL200 ProHD est proposé à environ 5 500 dollars. Par ailleurs, JVC propose des solutions économiques de plate-forme de streaming à partir du JVC Videocloud pour les petites et moyennes entreprises.

 

SIGMA étend sa gamme avec l’arrivée de nouveaux produits. En France, pour le moment, le réseau de revendeurs comprend trois sociétés (TRM, Objectif Bastille, Cirque Photo) mais d’autres sont sur les rangs. Les optiques rencontrent un succès croissant ; elles ont été louées par RVZ pour un film publicitaire d’Alexander McQueen et sont en test chez Panavision. Pour toutes questions sur la gamme Cinéma : cine@sigma-photo.fr.

Sigma élargit sa gamme d’objectifs Cine Prime, avec deux nouveaux produits : le Sigma Cine FF High Speed 14 mm T2 et le Sigma Cine FF High Speed 135 mm T2. La famille d’objectifs à haute performance Sigma Cine Prime, qui inclut désormais des modèles 14 mm T2, 20 mm T1.5, 24 mm T1.5, 35 mm T1.5, 50 mm T1.5, 85 mm T1.5 et 135 mm T2 est compatible avec les capteurs caméra full frame dernier cri.

En plus de ces nouveaux produits pour sa gamme d’objectifs Cine Prime, Sigma permet à ses clients de choisir entre les formats métrique et US (impérial) et entre les marquages standard et phosphorescent sur les objectifs. Les clients existants qui souhaitent changer de format peuvent le faire moyennant des frais d’échange.

Les objectifs Cine Prime à haute vitesse T1.5 sont disponibles aux formats EF et E, et au format PL en juin 2017, au prix unitaire conseillé de 3 499 dollars. Sigma a par ailleurs annoncé le lancement de ses nouveaux objectifs full frame à haute vitesse Cine Prime 14 mm T2 et 135 mm T2, les petits derniers de sa gamme Cine Prime. Tous deux seront disponibles à partir de juillet 2017, et leur prix unitaire sera annoncé prochainement.

Les objectifs full frame à haute vitesse Sigma Cine Prime s’appuient sur l’expertise qui a fait la renommée mondiale du fabricant en matière d’objectifs photo. Avec des lentilles de qualité et un corps d’objectif 100 % mécanique, les objectifs Cine répondent aux exigences pointues de la production 6K-8K.

 

Doté d’un zoom jusqu’à 27× et adapté aux contenus en 4K, l’UA27.6.5B de FUJIFILM est idéal pour les productions en studio. Avec sa focale grand-angle de 6,5 mm, il convient également aux évènements en direct tels que concerts et rencontres sportives. L’UA27× rejoint les objectifs zoom portables récemment lancés, l’UA14×4.5B et l’UA18×5.5B, ainsi que les objectifs UA13×4.5B et UA22×8B. La gamme est enfin complétée par deux objectifs de terrain, l’UA80×9 et l’UA107×8.4. surface de l’image pour les caméras à capteur de 2/3 de pouce. La distance focale de l’UA27× peut aller de 6,5 à 180 mm et il possède un multiplicateur intégré permettant de doubler la distance focale.

L’objectif offre les mêmes performances de pointe que tous ceux des gammes Premier 4K et 4K Plus UA en termes de résolution, de contraste et de gamme dynamique. Il est couvert d’un revêtement HT-EBC (High Transmittance Electron Beam Coating) produisant des couleurs riches et améliorant la réponse et la transmittance des bleus. Associé à la technologie exclusive Aspheric de Fujifilm, ce revêtement réduit les images parasites et fantômes tout en augmentant la quantité de lumière transmise. La conception de l’objectif emprunte aux dernières avancées en simulation optique afin d’éviter la dégradation de la résolution aux bords de l’image et de limiter les aberrations, obtenant ainsi une image en qualité 4K quel que soit le niveau de zoom. Grâce aux neuf lamelles du diaphragme, la forme de l’ouverture est proche d’un cercle, produisant un effet de bokeh plus naturel.

L’objectif est également équipé d’encodeurs 16 bits capables de produire des données en haute résolution incluant des informations sur le zoom et la focale. Il peut être relié à d’autres systèmes, par exemple dans le cadre d’un studio virtuel, pour combiner graphismes virtuels et prises de vues réelles.

 

Les professionnels peuvent désormais diffuser des évènements en direct sous différents angles à l’aide de plusieurs caméras ORAH 4i, basculant facilement de l’une à l’autre. Parmi les autres nouveautés des caméras Orah 4i présentées lors du salon NAB, on pourra également citer la stabilisation automatique, la sortie HDMI et l’enregistrement ambisonique.

Les producteurs organisent souvent leurs diffusions en direct en utilisant plusieurs angles de vue, pour deux raisons simples : retenir l’attention des téléspectateurs et focaliser leur attention sur l’action. Cependant, la VR en direct se base actuellement sur un point de vue unique, et il est techniquement difficile et coûteux de produire des contenus VR multicaméras en direct. Dans ce contexte, Orah cherche à innover en offrant aux producteurs des solutions accessibles pour créer des expériences de haute qualité pour la VR en direct avec des points de vue multiples.

Outre les fonctions multicaméras, Orah présente au salon NAB deux autres grandes nouveautés pour ses caméras Orah 4i. La première, baptisée Live Horizon Levelling, permet au caméraman de diffuser en direct depuis n’importe quelle position, même en se déplaçant, tout en conservant une image fluide et stable. La seconde est l’enregistrement ambisonique, dont Orah fera une démonstration sur son stand. Enfin, la nouvelle sortie HDMI de la caméra sera également dévoilée.

 

Le KiPro Ultra Plus d’AJA reprend les caractéristiques du KiPro en démultipliant les canaux. Le KiPro Ultra Plus gère quatre canaux. Cela permet par exemple d’enregistrer les sources d’une caméra à différents profils ProRes. Par contre, il faut que le nombre d’images soit le même. Le Ki Pro Ultra Plus est un enregistreur Apple ProRes multicanal offrant jusqu’à quatre canaux d’enregistrement HD simultanés ou en mode monocanal pour un enregistreur et un lecteur MXF et UltrafD/2K/HD Apple ProRes ou Avid DNxHD 4K/UltraHD/2K/HD.

Ki Pro Ultra Plus prend en charge les dernières connectivités, ainsi que les flux de données à HFR, incluant le 4K 60p. La connectivité audio numérique 3G-SDI, fibre et HDMI 2.0 ainsi qu’une richesse de connectivité audio analogique et numérique répondent à la demande de tout projet pour des workflows efficaces, puissants et flexibles.

Conçu pour être portable ou monté en rack, il convient parfaitement aux environnements studio/car régie en plus des applications de diffusion pour de l’affichage dynamique. Le Ki Pro Ultra Plus est conçu pour répondre à la demande croissante de produits enregistreurs compatibles 4K et UltraHD avec un support complet pour les projets HD actuels. Il est possible de racker deux unités et d’avoir un mini serveur de huit canaux vidéo et de nombreux canaux audio. Il peut servir comme serveur de ralenti avec contrôle en RS-422.

Les cartes Kona reçoivent des mises à jour, notamment la carte Kona IP avec option Jpeg2000 (le coût de la licence Jpeg2000 est de 250 dollars par carte). Cette nouvelle licence de firmware IP de Kona permet la compression et la décompression de la vidéo HD en temps réel à partir de Jpeg 2K encodé dans un flux de transport Mpeg 2. Avec le support de TR-01, la mise à jour assure l’interopérabilité avec d’autres systèmes et périphériques Jpeg 2K sur l’ensemble du réseau. Il prend en charge trois configurations : jusqu’à deux sorties simultanées Jpeg 2K, jusqu’à deux entrées Jpeg 2K simultanées ou une entrée et sortie Jpeg 2K simultanées sur un système exécutant Kona IP.

Une seule configuration IP de Kona avec le dernier logiciel Desktop Software v13 installé offre des fonctionnalités prêtes à l’emploi pour une gamme d’applications, y compris Adobe Premiere Pro, Apple FCP X, Avid Media Composer et Aja Control Room ; les configurations IP Dual Kona sont également prises en charge pour des flux de travail Jpeg 2K plus exigeants pour les développeurs SDK.

Le support du SMPTE 2110, présenté lors du NAB, sera disponible prochainement. Les diffuseurs vont commencer à tester le SMPTE-2110 sur une portion de leur workflow ; ils pourront facilement synchroniser audio, vidéo et des données associées sans avoir besoin d’embedder/désembedder les flux SDI.

Aja a annoncé un super produit qui sera disponible dans quelques mois ; il s’agit d’un multi-convertisseur HDR (multi-format HDR) SDR. « Pour le moment, par manque de programmes, l’UHD a du mal à s’imposer, donc nous pensons que le HDR va se développer par la HD », insiste Bryce Button, product marketing manager. Les téléspectateurs apprécient énormément l’image HDR qui permet d’enrichir l’image HD sans alourdir la bande passante. Le produit a été codéveloppé avec Color Front, dont les qualités ne sont plus à prouver en termes de traitement de l’image. Aja a développé un mini site web sur la technologie HDR qui permet de simplifier la technologie. Le HDR apporte une qualité visuelle sans précédent, notamment pour le sport avec des terrains de football qui ont une partie dans l’ombre et l’autre dans la lumière. Ce produit pourra se placer aisément dans un car régie et sortir un flux HDR vers la régie finale.

 

MATROX a annoncé un nouvel outil qui s’ajoute à la gamme déjà riche du Monarch HDX : sa fonction de diffusion et d’enregistrement pourra désormais prendre en charge les sous-titres, permettant ainsi aux chaînes de proposer plus facilement des contenus accessibles pour tous les téléspectateurs en ligne. Idéal pour les chaînes qui ont besoin de fonctions intégrées de gestion des sous-titres pour la diffusion ou l’enregistrement, le Monarch HDX récupère les données des sous-titres à partir du canal SDI VANC ou de la piste de sous-titres standard (line 21), puis ajoute les données aux contenus H.264 au format CEA-608. Ces nouveaux contenus avec sous-titres peuvent être diffusés (par RTMP) vers des serveurs média tels que Wowza ou vers des CDN comme YouTube Live ou Ustream, ou enregistrés aux formats MOV ou MP4 pour être ensuite décodés par des lecteurs comme le Telestream Switch.

À partir de n’importe quelle source, par exemple une caméra ou un mélangeur de production, le Monarch HDX produit deux flux vidéo au format H.264 à des taux de données allant de 200 Kb/s à 30 Mb/s. De puissantes fonctions de synchronisation des images, de redimensionnement, de désentrelacement et de réduction du bruit garantissent que les images envoyées aux encodeurs sont d’une qualité irréprochable. Pour le streaming, les encodeurs utilisent les protocoles RTMP ou RTSP pour envoyer des flux en direct vers des serveurs média locaux ou dans le cloud. Pour l’enregistrement, les encodeurs écrivent des fichiers MP4 ou MOV sur un disque USB local, une carte SD, ou un disque réseau, à des fins d’exploitation en aval ou d’archivage. Un autre encodeur dédié assure la visualisation à distance du signal source.

 

NEWTEK, comme nous l’annoncions dans Mediakwest #21, a annoncé le premier système de production vidéo 4K tout-IP. L’approche de la 4K par NewTek, basée sur les réseaux IP, élimine le besoin d’une conversion de contenus en bande de base. Le système permet dès lors d’utiliser une série de fonctions intégrées en 4K : lecture, mixage/effets, incrustation et streaming, sans limiter le nombre de ressources disponibles. Le TriCaster TC1 possède 16 entrées sans contraintes de résolution, et le nouveau système haut de gamme de New Tek, l’IP Series, prend en charge 44 entrées externes en UHD 4K sans sacrifier en fonctionnalité. La force du TriCaster TC1, ce n’est pas seulement sa capacité à diffuser des contenus. Il s’agit d’un système de production puissant, regroupant une incroyable gamme de fonctions qui nécessiteraient quatre ou cinq appareils dans un workflow vidéo traditionnel en bande de base.

Avec ses fonctions intégrées de serveur vidéo, d’automatisation, d’incrustation avancée, d’enregistrement ISO, de ralenti, et bien plus encore, le TriCaster TC1 est idéal pour les chaînes sportives ou d’e-sports, les établissements de formation, les grandes entreprises, les lieux de culte, les organisateurs d’évènements et les équipes responsables de la vidéo numérique qui souhaitent avoir accès à des fonctions complètes avec un système unique. Le TriCaster TC1 et l’IP Series permettent pour la première fois d’utiliser plusieurs connexions Skype TX.

Chacune des 16 entrées du TriCaster TC1 peut être associée à une liaison vidéo Skype de qualité professionnelle, ce qui permet aux producteurs d’entrer en contact avec les 300 millions de personnes utilisant Skype chaque mois, en HD et avec une qualité sonore élevée. Les appels peuvent être contrôlés depuis un ordinateur portable ou de bureau grâce à l’application Skype TX ; leur configuration et leur suivi n’ont aucun impact sur le workflow de l’opérateur du TriCaster TC1. Les autres liaisons actives venant d’un système NewTek TalkShow peuvent également être configurées à partir du système de contrôle, ce qui permet de gérer des appels plus nombreux, de manière plus simple.

Comme ses prédécesseurs, le TriCaster TC1 est une solution complète ; cependant, il est également capable de s’intégrer dans un environnement IP plus grand. Puisqu’il inclut la technologie NDI de NewTek, le TriCaster TC1 peut se connecter à l’écosystème IP le plus riche du secteur, fonctionnant directement avec des produits compatibles proposés par des centaines de fabricants et de développeurs. Cela signifie que les connexions du TriCaster TC1 vers des produits NewTek ou des systèmes tiers passeront directement par un réseau IP, sans aucune liaison en bande de base. La société française EV Corp a reçu lors du NAB l’Award du meilleur intégrateur EMEA.

 

Outre les équipements de commutation vidéo, codeurs et transmetteurs sur IP, FOR-A présentait sur son stand au NAB un ingénieux système de vue panoramique grand angle composé de trois caméras 4K, soit l’affichage d’une image de 12K.

 

* Extrait de notre compte-rendu « NAB 2017 – Le salon des mises à jour » paru pour la première fois dans Mediakwest #22, p. 26-45Abonnez-vous à Mediakwest (5 nos/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

 

La première partie de notre compte-rendu du NAB 2017 consacrée au broadcast (mélangeurs, serveurs et infrastructures IP) est accessible ici.


Articles connexes















Micro Salon AFC 2020
 15 septembre 2020