Cartoon Forum 2017 – L’animation pour la voie royale des 6/10 ans (Partie 1)

En pleine maturité, Cartoon Forum 2017 a dressé un panorama exhaustif de la création européenne de séries animées, toujours dopée par les producteurs français. Diversité et qualité se montraient au rendez-vous de cette édition toulousaine (11-14 septembre) en croissance continue. Pas moins de 950 professionnels et investisseurs venus de 40 pays ont assisté à plus de 80 présentations de projets de séries animées ou de spéciaux de 26 minutes : un format (suivi avec intérêt par les diffuseurs) qui a réservé quelques pépites, comme La Foire agricole des Belges Patar et Aubier ou L’Odyssée de Choum de Picolo Pictures.*
1Foire_OK.jpg

 

Une fois encore, l’animation française, dopée par les réformes du fonds de soutien et la revalorisation des crédits d’impôt, confirme sa suprématie en Europe en initiant plus du tiers des projets et en arrivant en tête de la sélection. Le Cartoon Forum conforte aussi son implantation à Toulouse dont les studios d’animation font de plus en plus parler d’eux. Comme TAT, tout auréolé du succès de son premier long-métrage, Les As de la jungle, qui a attiré près de 600 000 spectateurs pour un budget léger de 5,5 millions d’euros. Le jeune studio d’animation 3D (120 personnes), révélé lors d’un Cartoon Forum, peut se targuer encore d’avoir dans ses cartons trois autres projets de longs-métrages, ainsi qu’une Saison 3 des As de la jungle.

L’organisateur de la manifestation, Marc Vanderweyer, se félicitait avec raison des « contenus plus seulement récréatifs, mais consistants, qui mettent en avant des valeurs comme le respect des femmes, de la nature et l’altruisme…».

 

Les 6/10 ans, la voie royale

Cible favorite, les 6/10 ans forment un public encore captif du petit écran et à même de se plonger, sans restriction, dans des histoires élaborées. Pas de surprise si les producteurs traquent cette tranche d’âge. Ces projets ont été plébiscités, comme en témoigne la liste des « top présences ».

Se démarquant par son ton décalé, Chien pourri (52 fois 13’) a remporté le plus fort succès d’audience. Proposée par Dandelooo** (Cartoon Tribute du producteur de l’année 2017), Folivari et Panique !, la série, adaptée des albums à succès de Marc Boutavant, introduit un univers peu fréquent sur les petits écrans, le monde de la rue. Chien pourri vit dans les poubelles avec son ami Chaplapla. Il aspire à vivre en harmonie avec l’humanité, mais son apparence ne plaide pas en sa faveur.

Réunissant les réalisateurs Davy Durand, Vincent Patar et Stéphane Aubier et le scénariste Jean Regnaud (Ernest & Célestine), cette série (52 fois 13’), tendre et poétique, opte pour un rendu 2D pour être fidèle au trait du dessinateur : « La 2D offre plus de liberté graphique que la 3D. Elle peut traduire cet aspect mal peigné des personnages », remarque le producteur Jean-Baptiste Wéry. Dotée d’un budget de 8,5 millions d’euros, dont 60 % est assuré en France, elle sera fabriquée dans le studio de Folivari.

 

Autre univers à la marge, Les Quatre de Baker Street, produit par Blue Spirit et Folivari, met en scène les bas-fonds de Londres à l’époque victorienne. Conduits par la voix de Sherlock Holmes, trois jeunes détectives et un chat doivent mener des enquêtes. Le format long de la série (6 fois 52’ ou 12 fois 26’) autorise une narration semi-feuilletonnante.

Réalisée par Paul Leluc (Grabouillon, Les Grandes Grandes Vacances), la production se distingue par la variété des ambiances lumineuses et des décors 2D (des sous-sols aux toits de Londres). Estimé à 4,5 millions d’euros, le projet en cours de développement, sans diffuseur déclaré lors de sa présentation, est prévu pour la fin 2019.

 

Les 6/10 ans devraient également se retrouver dans les histoires narrant la vie quotidienne d’« écoliers » peu ordinaires. Optant chacune pour l’époque du Moyen-Âge, L’École de la magie (52 fois 13’) développé par TeamTO et Nexus Factory ainsi que L’Académie des massacreurs de démons (52 fois 13’) de Media Valley suivent des groupes d’apprentis plus ou moins habiles dans la découverte de leur art.

S’inscrivant dans la continuité du long-métrage, Le Manoir magique, la série de TeamTO et Nexus (au budget de 9 millions d’euros) qui a fait plus d’un million d’entrées (Studio Canal), initie en 3D à la magie. Elle bénéficiera des outils mis en place par le studio.

Adapté des livres de Kate Mc Mullan, L’Académie des massacreurs de démons n’apprend pas à massacrer les dragons, mais à découvrir leurs points faibles afin d’utiliser leurs talents. Pour cette comédie-aventure au style 2D (budget de 6,4 millions d’euros), l’équipe menée par Media Valley et Caribara est prête à partager la fabrication.

 

L’espace et sa réserve d’inépuisables aventures fait également recette auprès du public du Cartoon Forum. Parmi les pitchs remarqués, outre L’Agence galactique (52 fois 13’) présenté par Studio 100 Animation, Le Roi de l’espace de Cyber Group Studios, dérivé d’un best-seller, n’hésite pas à recourir à un volume de 52 fois 11 minutes pour parler des étoiles. Prévue en 3D, cette série estimée à 7,2 millions d’euros sera en partie traitée par 2d3D Animation (Angoulême).

 

Pour le même public, mais dans un registre et un style différents, Cyber Group Studios, qui ouvre un studio d’animation à Roubaix, soumettait aussi, avec Monkey Eggs, Kate & Sushi, une série humoristique et hybride de 52 fois 13 minutes.

 

Mêlant de même des animations 2D à des prises de vues réelles, Paper Toys (26 fois 22’) initié par Samka Productions invite à porter un autre regard sur les jouets en papier. Par nature fragiles, ces créatures se méfient des hommes, des courants d’air et des bains trop chauds. Histoire originale, la série aventure recourt à la technique hybride de l’incrustation de personnages 3D dans des décors réels. La production s’est rapprochée du studio Mac Guff pour fabriquer ces « paper toys ».

 

Proposées pour la même tranche d’âge par le Portugal et l’Irlande, les séries Mr Passenger (Aim Animation) et The Slimefoots (Jam Media) ont réussi à se démarquer du peloton hexagonal et créer la surprise. La première par sa singularité graphique et son propos poétique (une version en réalité virtuelle est à l’étude), la seconde par son humour décapant. Toutes deux s’affranchissant des codes de la série pour enfants.

 

Pari sur la relève

À chaque édition, Cartoon Forum ne manque jamais de mettre en avant les projets des jeunes studios dont certains ont fait l’objet d’une cession à un Springboard. Cette année encore, ceux-ci ont livré quelques pépites.

Outre Silex Productions qui s’illustre avec Brazen et Romantismes, Picolo Pictures, le studio récemment créé à Paris par les auteurs Claire Paoletti et Julien Bisaro, a présenté L’Odyssée de Choum qui a fait l’unanimité. Ce spécial en 2D de 26 minutes pour les 4/6 ans raconte l’histoire d’une petite chouette délogée de son nid.

GHWA Productions, un studio lillois en 2D et 3D, est venu avec Akissi (78 x 7’), une adaptation en 2D des albums de Marguerite Abouet (Aya de Yopougon) et Mathieu Sapin. 99 % Animation a livré le prometteur Le Monde étrange et merveilleux de Tatsu Nagata (52 x 7’).

Les studios confirmés, quant à eux, commencent enfin à parier sur les jeunes talents. Présentée par Studio 100 Animation, la série Agence galactique (troisième sur la liste Investisseurs), née d’un appel à projets, est l’œuvre d’une réalisatrice de 24 ans, Julie Chabrol, repérée alors qu’elle était encore à l’école. Avec ce projet, Studio 100 entend sortir des adaptations de licences (Maya l’abeille) pour aller vers des créations originales.

 

 

* Extrait de l’article paru pour la première fois dans Mediakwest #24, p. 114-117Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

La suite de cet article porte sur l’animation pour ado-adultes. Retrouvez-la en ligne sur ce site ici.

** Lire notre article « Double récompense pour Dandelooo au Cartoon Forum » en ligne sur notre site ici.


Articles connexes
Le style Blue Spirit
 17 mars 2021