Caméras et périphériques: retour sur quelques incontournables d’IBC 2017…

Du côté des périphériques, les constructeurs suivent la tendance du 4K / HDR et de la miniaturisatation avec un écosystème lui aussi de plus en plus "smart". Voici une sélection de produits, moniteurs, optiques et autres, glanée sur IBC 2017...
CAMERA.jpg

ARRI a fêté ses 100 ans en 2017 au travers de plusieurs événements. Une soirée a été organisée au Eye Filmmuseum d’Amsterdam, lors de l’IBC 2017, avec une petite mais riche exposition des caméras Arri de ces cent années. Pour ceux qui pouvaient s’extraire deux heures des halls d’exposition, une projection dans l’auditorium du RAI Amsterdam permettait de voir, dans d’excellentes conditions, différentes productions réalisées avec les matériels Arri.

Côté Arri Lighting, le Skypanel S360-C est le dernier né et le plus gros des ambiances DEL (diodes électroluminescentes) de la marque. Il se veut polyvalent avec le contrôle étendu de la couleur, le DMX sans fil avec le système Skylink. Le Skylink Receiver et son antenne se fixent à l’arrière de tout Skypanel sur la prise DMX – sauf du S360 déjà muni d’un circuit CMRX LumenRadio.

À l’autre bout, la Skylink Base Station est un double transmetteur wi-fi, permettant la commande des projecteurs par tablette ou ordinateur. Le protocole DMX est complété sur les produits Arri par le RDM, Remote Device Management, permettant un contrôle à distance total des projecteurs. Notons qu’il reste possible de relier en DMX filaire le S360-C par des prises standard.

  

Aux côtés de ses caméscopes petits et grands capteurs, JVC développe une gamme de moniteurs UHD/4K avec le DT-U28, 28 pouces et définition UHD d’une part, et le DT-U 31 31 pouces et dalle 4K. Les dalles affichent en quantification 10 bits, tandis que le processing interne est en 12 bits. Les entrées sont en 12G-SDI, HDMI 2.0 compatible HDCP 2.2. La quadruple entrée HD permet aussi un affichage en quatre écrans (quad split). Moins coûteuse car limitée à la HD et en affichage 8 bits, on trouve la série DT-G, de 17 à 27 pouces. Les moniteurs DT-G et DT-U peuvent être calibrés en connectant une sonde USB et se commandent par liaison IP.

 

 

HAWK-WOODS (CARTONI FRANCE) est un fabricant anglais de batteries qui propose deux batteries V-lock de 100 Wh et de 150 Wh (sous 14,4 V). Particularité principale, leur taille est de moitié comparée à celle des batteries habituelles.

Hawk-Woods fournit un support pour fixer deux batteries VL-M100 ou 150 sur une caméra. Les deux batteries alimentent la caméra en parallèle, ce qui offre deux avantages. Chaque batterie subit un courant de décharge moindre qu’utilisée seule, donc une usure moindre. Lorsque les batteries arrivent en fin de course, elles peuvent être changées l’une après l’autre, évitant ainsi l’arrêt de la caméra. Des DEL avertissent de l’imminence du changement de chaque batterie.

Cartoni améliore la rapidité de déploiement d’un trépied avec le « Smart Deployement System » qui vient compléter le Smart Stop : l’action sur un seul levier permet de déployer les trois branches du pied. Le pied se replie d’une seule action. Reconnaissable à la tige rouge qui relie les branches, les trépieds existent en carbone ou en aluminium, et avec un bol de 100 mm.

À partir de la tête lambda, Cartoni propose un accessoire qui permet de faire une rotation sur l’axe optique. Il s’intercale entre la tête (Cartoni ou autre) et la caméra. L’objectif est de pouvoir débuller un plan, mais aussi de tourner en cadrage vertical, une demande forte en mode, par exemple.

 

La vedette du stand ATOMOS était le Sumo19 un moniteur de tournage 19 pouces haute luminosité (1 200 nit) qui enregistre aussi en 4K 12-bit Raw ou 10-bit 4.2.2. en codec ProRes. La technologie AtomHDR lui apporte la visualisation SDR et HDR.

La version Sumo19M est identique sur la partie moniteur, mais est dépourvue de l’enregistrement pour un coût plus abordable. La dalle LCD est en technologie IPS, le traitement image en 10 bits. Il comporte deux entrées SDI 12G/6G/3G avec comparaison A/B, ainsi qu’une entrée HDMI 2.0. À noter des fonctions utiles sur les sorties : cross-conversion SDI / HDMI, ajout d’une LUT, conversion d’un signal Log en HLG ou PQ.

 

 

Spécialiste du motion control, la firme anglaise MRMC (MARK ROBERTS MOTION CONTROL) présentait plusieurs nouveautés, telle la petite tête CC-50 Micro Head, spécialement conçue pour les petites caméras (jusqu’à 1 kg de charge utile). Légère, rapide, silencieuse, permettant un panoramique rapide sur 360° en continu, elle se pilote de diverses manières en particulier par IP.

On trouvait aussi la CC-200 Whisper Head, silencieuse, robuste et protégée des intempéries (IP67) et supportant jusqu’à 4 kg de charge.

MRMC est, depuis 2016, une compagnie du groupe Nikon et a conclu récemment un accord stratégique avec la firme allemande Camerobot Systems, pour intégrer leurs développements respectifs, matériels et logiciels.

 

 

Jeune firme coréenne, 4DREPLAY faisait la démonstration en réel de son système de time slice temps réel (dit aussi effet « temps mort » par son créateur, le photographe plasticien Emmanuel Carlier). Le système 4DReplay met en œuvre une batterie d’appareils photos intersynchronisés, mais surtout un traitement informatique surpuissant pour obtenir une séquence diffusable en quelque 8 secondes. Bien qu’encombrant, le dispositif commence à être utilisé pour des sports comme le basket ou pour de la danse.

 

 

La Cantaress d’AATON-DIGITAL est une télécommande (surface de contrôle) qui exploite avec une ergonomie étendue les capacités et l’électronique des CantarX3 et CantarMini. Un large écran repliable affiche les vumètres associés aux 12 potentiomètres linéaires. Le sélecteur rotatif du Cantar est répliqué pour garder à portée immédiate les fonctionnalités. La Cantaress conserve un encombrement minimum pour être montée sur une roulante.

 

 

Le petit moniteur TRANSVIDEO StarliteHD-e (« e » pour « evolution ») reçoit la capacité d’enregistrer les métadonnées des optiques selon les trois protocoles Cooke/I, Arri LDS ou Zeiss eXtended Data. Ces données associées au time-code se retrouvent avec les enregistrements H264 effectués par le StarliteHD-e et dans les fichiers PDF générés pour chaque plan enregistré.

 

 

La télécommande d’objectif cPRO de CMOTION est ergonomique et très complète. La tenue en main et l’équilibre ont été soignés. Un grand nombre d’informations sont disponibles, non seulement sur l’écran principal, mais aussi disposées sur toute la surface de la commande (enregistrement, statut de la caméra, bagues illuminées, boutons configurables…).

Dans la gamme cPRO, on trouve aussi le moteur Lbus avec récepteur HF intégré et le cPRO Camin, de toute petite taille pour l’utilisation sur drone.

 

Alors que la taille des capteurs des caméras de cinéma est restée fixée sur le S35 pendant près de dix ans, on assiste à une course des fabricants de caméras vers des capteurs de plus en plus grands. Ainsi, la couverture optique va de 31,1 mm pour le S35 à 46,3 pour le Full Frame/Vista Vision (Red 8K VV, Venice, Panavision DXL…), en passant par 34,6 mm pour l’Ultra 35 (Arri Open Gate, Dragon 6K, Helium 8K). Les fabricants d’optiques doivent suivre avec la meilleure stratégie industrielle possible.

 

 

ANGÉNIEUX a mis au point une conception en deux parties pour ses nouveaux zooms, la technologie IRO. La conception optique et mécanique regroupe à l’avant les fonctions optiques intangibles. Pour chaque couverture, il suffit de changer le bloc arrière et les bagues. L’adaptation est faite en atelier chez le loueur, par un technicien spécialisé.

Le nouvel Optimo 12x est donc disponible en trois versions. Optimo Ultra 12x FF/VV pour les caméras Full Frame ; la variation de focale est alors de 36-435 mm à T4.2. Optimo Ultra 12x U35 pour les caméras Super35 « plus », variation de focale de 26 à 320 mm, ouverture T3.1. Et enfin, Optimo Ultra 12x S35, focales de 24 à 290 mm, ouverture T2.8.

 

 

De son côté, COOKE OPTICS a développé la série S7/i pour couvrir les grands capteurs telle la Red Weapon 8K, soit un cercle image de 46,31 mm. Les focales vont de 18 à 135 mm, ouverture T2.

La série Panchro/i Classic restitue dans un boîtier moderne le look des Speed Panchro. Ils sont légers et adaptés au tournage en caméra portée, sur Steadicam ou drone. Deux zooms complètent la série Anamorphic/i, un 35-140 et un 45-450 mm.

 

 

Les LEICA Thalia vont au-delà du 24×36 puisqu’ils couvrent le capteur de l’Alexa 65 (cercle image de 60 mm). Le diaphragme comporte 15 lames pour une ouverture toujours circulaire aboutissant à un bokeh doux et progressif. Les focales, de 24 à 180 mm, sont couvertes avec l’arrivée des 24, 55 et 120 mm. Les objectifs sont munis des contacts pour les métadonnées i/Technology (compatibles Cooke).

 

 

FUJINON passe toutes ses optiques vidéo en 4K sur deux séries, la gamme 4K Plus Premier et la gamme 4K Premier. Les 4K + Premier ont un backfocus motorisé, c’est-à-dire que pendant un mouvement de zoom, les éléments arrière vont se déplacer pour annuler des micro-variations. Cette gamme se compose d’un zoom lourd, le UA80x9 et de deux zooms ENG, le UA 13×4,5 et le nouveau UA24x7.8BERD, de moins de 2 kg.

La gamme 4K Premier, plus abordable, s’enrichit d’un 27x box – plutôt destiné au marché américain – et de deux ENG, le UA14x4,5 et le UA18x5,5.

Du côté des grands capteurs, la série MK de Fujinon comporte deux zooms, le MK50-135 et le MK18-55, ouvrant à T2,9 constant. Ils sont en monture E (Sony) pour les caméras FS5 et FS7, et couvrent donc les capteurs S35 et APS-C. Ce sont de « vrais zooms », c’est-à-dire avec mise au point constante sur toute la course des focales, ce qui n’est pas le cas des zooms photos.

 

 

GRASS VALLEY inaugurait à cette IBC un nouveau stand présentant les innovations différemment avec une approche orientée solution. La société semble pousser le développement de plus en plus vers le marché du corporate, de l’université, de l’église… notamment avec des nouveaux modèles de mélangeur Korona trois barres. Un modèle compact qui prend place dans un car régie, flight case ou pour des installations dans des espaces réduits.

Il est envisageable, pour certains projets, d’avoir plusieurs mélangeurs connectés à un seul K-Frame de grosse capacité. Le Korona possède des entrées HDMI pour y connecter des caméras grand public ou de type action cam.

 

 

MO-SYS ENGINEERING, fabricant de technologies de pointe pour la réalité augmentée (AR) et la réalité virtuelle (VR), et Grass Valley, ont uni leurs forces afin de produire la première caméra de télévision au monde possédant une technologie intégrée de suivi optique StarTracker de Mo-Sys dans les caméras LDX de Grass Valley.

Lorsqu’il s’agit de créer des productions en direct de haute qualité en AR ou en VR, l’un des éléments les plus essentiels est la synchronisation de la caméra avec la solution de suivi des mouvements. Tout décalage briserait instantanément la magie fragile des productions virtuelles en studio. La mise en place est ainsi accélérée et simplifiée, puisqu’aucun matériel ou câble supplémentaire n’est nécessaire ; le poids de l’ensemble est également réduit, ce qui fait de StarTracker un système idéal pour le tournage en SteadyCam ou avec une caméra de poing.

 

 

 

* Extrait du « Cahier des tendances IBC 2017 » paru pour la première fois dans Mediakwest #24, p. 36-76Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

 

LIRE AUSSI…

« Le tournage via des smartphones »

« Ikegami développe une caméra de studio UHD à trois capteurs Cmos 2/3 »

« Sony se positionne sur les JO de Tokyo autour de la diffusion en UHD-2Canon »

« Panasonic multiplie ses partenariats »

• « Réalité Augmentée et UHD au menu d’Ultimatte 12, la solution d’incrustation Broadcast de Blackmagic Design » 

« La version 3 de NewTek NDI, pour une prise en charge IP de bout en bout… » 


Articles connexes






Une visite chez EVS…
 14 octobre 2021