Woody Technologies, des solutions d’ingest et d’outgest

Au début de la chaîne, il faut envoyer les médias vers l’infrastructure. C’est le rôle des outils de Woody que nous présente Aurélien Brelle, son cofondateur et global sales manager.
Interface de Woody Social © Woody

L’entreprise française Woody propose une large gamme de produits d’acquisition (ingest) de médias dédiée aux caméras, au live ou aux réseaux sociaux. Son offre est vendue dans 25 pays.

 

Peux-tu nous présenter Woody ?

Woody Technologies est une entreprise du groupe Askida Taldea. Créée en 2013, elle développe des solutions logicielles pour le traitement des médias. Notre gamme de produits permet de faire de l’ingest fichier, de l’ingest live et de l’ingest de contenu venant du web. Nos autres produits vont dans l’autre sens : la publication et les transferts depuis la postproduction vers l’extérieur. Woody travaille avec de nombreux partenaires : des éditeurs de solutions de media asset management et de montage, mais aussi des experts du transfert de fichiers et des hébergeurs cloud. Nous avons un bureau à Los Angeles et des clients dans 25 pays, principalement des broadcasters et des sociétés de postproduction.

 

En quoi les produits de Woody peuvent-ils accompagner le déploiement d’infrastructures de postproduction dans le cloud ?

Plusieurs aspects de nos solutions peuvent aider à déployer des infrastructures de postproduction pilotées à distance ou dans le cloud, que ce soit dans un cloud public ou un datacenter privé.

Notre solution globale Woody in2it peut être déployée soit sur des stations de travail dédiées connectées au système de production, soit sur une infrastructure de type serveur avec de la redondance et de la scalabilité pour faire du transcodage et de l’ingest vers le système de production. Notre solution permet également de faire de l’ingest à distance directement depuis le terrain ou un bureau extérieur. La solution in2it Go peut être déployée sur un ordinateur portable ou une station fixe dans le cadre d’un bureau physique externalisé voire, depuis peu, directement sur un smartphone.

 

Comment fonctionne Woody in2it ?

Des utilisateurs partout dans le monde peuvent se connecter à Woody in2it avec leurs identifiants entreprise ; ils récupèrent alors depuis le cloud une configuration préparée par un administrateur de manière centralisée. Ce dernier gère l’ensemble des profils utilisateurs et des règles de transcodage. Le journaliste peut ensuite envoyer ses images depuis son smartphone ou son ordinateur portable vers le système de production.

Nous traitons au sein d’un seul outil l’ensemble des sources, caméras professionnelles ou sources diverses telles que GoPro ou smartphones. Les photos et l’audio sont également traités dans le logiciel Woody in2it qui contrôle les métadonnées de bout en bout. Grâce à la configuration centralisée il est possible de préparer des profils pour les différents workflows et de mettre en place des jeux de métadonnées prédéfinies que les utilisateurs doivent obligatoirement renseigner.

L’avantage de Woody in2it Go c’est que dans toutes les interfaces, aussi bien sur mobile que sur ordinateur portable, l’utilisateur est invité à renseigner les métadonnées. Quand les médias arrivent dans le système de postproduction sur site ou dans le cloud, le contenu est correctement renseigné. La configuration étant centralisée, il n’est pas nécessaire de préparer des configurations appareil par appareil. Il est également possible d’envoyer le lien de l’application à un correspondant à qui la rédaction a confié un sujet ou à un journaliste sur le terrain équipé simplement de son téléphone.

 

Woody in2it reste-t-il sous la forme d’une application ?

Woody in2it doit toujours être installé sur le poste de l’utilisateur, et il y a de bonnes raisons à cela. C’est un outil d’ingest, il y a d’importants problèmes pour transférer des médias vidéo et de lourds fichiers en haute résolution via une page web qui ne permet pas non plus l’analyse intelligente des sources. Les fichiers peuvent être déposés en FTP ou via des technologies d’accélération de transferts type Aspera, Signiant ou File Catalyst vers le site de production ou encore vers les clouds AWS ou Microsoft Azure. Ces protocoles nécessitent également une implémentation côté client. De nombreux protocoles sont supportés et on peut adresser des workflows très variés.

Un autre avantage pour l’utilisation dans le cloud est l’association avec Woody in2it Server du côté du système de production, une application qui peut être déployée sur site ou dans le cloud. Nous maîtrisons l’intégration avec de nombreuses infrastructures de media asset management telles que Avid, Grass Valley ou Dalet en gérant la mise au format standardisé des médias entrant avec l’intégration des métadonnées et le référencement direct dans le MAM. Le workflow est contrôlé de bout en bout en s’assurant que les médias arrivent au bon format, au bon endroit et avec les bonnes métadonnées en exploitant les API des MAM.

L’intégration dépend des systèmes, elle est la plus poussée avec Avid MediaCentral où nous créons dynamiquement des séquences et des bouts-à-bouts d’éléments. Certains clients utilisent le mode générique d’in2it (média + XML) pour s’intégrer avec un MAM sans notre intervention. Ils exploitent alors les fonctionnalités d’intégration des métadonnées par le MAM.

Notre force c’est de traiter un très grand nombre de sources. Le produit est né au moment où les chaînes traitaient uniquement des sources Panasonic P2 ou Sony XDCAM ; aujourd’hui elles exploitent un parc hétérogène de caméras, de GoPro, drones, vidéos externes envoyées par FTP et vidéos de téléphones. Woody in2it a été créé pour traiter l’ensemble des sources différentes de manière intelligente afin d’uniformiser les médias arrivant dans le système de postproduction. Woody in2it gère le transcodage, la mise à l’échelle et les transformations géométriques nécessaires pour les vidéos verticales filmées aux smartphones. Dans ce cas particulier, Woody in2it va faire en sorte que ce qui arrive dans le système de postproduction ne soit pas déformé.

 

Wooody Ingest Live est-il développé pour l’acquisition des flux SDI ?

Pas seulement – et c’est intéressant lorsqu’on parle de travail à distance – Woody Ingest Live traite également les flux IP et NDI. Cela permet la mise en place de solutions pour l’enregistrement des ITW par Skype par exemple (Skype supportant maintenant le protocole NDI avec un gain de qualité notable par rapport aux habituelles copies d’écran) et une intégration directe vers le MAM. Aujourd’hui, les ITW Skype ou équivalentes sont enregistrées par l’entremise d’un convertisseur, le flux étant dirigé vers une grille vidéo ou un mélangeur.

 

Que propose l’outil Woody Social ?

Woody Social permet la recherche et la récupération de contenus issus du web et des réseaux sociaux, Twitter, Instagram et d’autres pour les mettre au format broadcast de postproduction. Un soin est apporté à l’intégration des métadonnées souvent aujourd’hui perdues dans les workflows de nos clients. On rencontre de nombreuses méthodes très artisanales provoquant la perte des métadonnées et interdisant parfois le retour au contenu d’origine. Woody Social permet de conserver ces métadonnées et de revenir à l’URL de la vidéo.

Pour récupérer l’exploration d’une page web, on utilise des outils de « screen capture » (capture d’écran) vidéo en exploitant le support du NDI de Woody Ingest Live. Newtech propose un outil gratuit de screen capture qui convertit le contenu d’un explorateur web en flux NDI.

 

Quelle est la fonction de Woody Outgest ?

Ce produit propose le transfert depuis l’environnement de postproduction vers le play-out, l’archivage ou vers le web. C’est intéressant, notamment dans le cas de systèmes hybrides où une partie de l’archivage est gérée dans le cloud. Woody Outgest supporte les protocoles de livraison vers les stockages cloud AWS ou Microsoft Azure.

 

Extrait de notre dossier « Postproduction & Cloud » paru dans Mediakwest #37, p. 82-102. Abonnez-vous à Mediakwest (5 numéros/an + 1 Hors série « Guide du tournage) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.