Animation : de beaux projets dans les pipelines de Mikros Image (ITW de Gilles Gaillard)

Depuis le rachat de MIKROS IMAGE par Technicolor en 2015, GILLES GAILLARD cumule des fonctions : il est devenu directeur de Technicolor Production Services, en plus d’être directeur de Mikros Image. Autant dire qu’il ne chôme pas !... Mais c’est, en fait, aussi le cas de toutes les personnes qualifiées qui travaillent dans la filière de l’animation cinéma, un secteur qui recrute en permanence… Interviewé pendant les Rencontres cinématographiques de Dijon, en octobre dernier, Gilles Gaillard présente les activités et la stratégie de son groupe et nous fait part de ses besoins de recrutement à Paris, à Londres et Montréal pour mener à bien des projets d’animation d’envergure… 
video

 

Alors que Mikros poursuit son développement à l’international et continue d’être extrêmement actif sur le marché du cinéma d’auteur et la publicité, Technicolor occupe une position-clé sur le marché au travers de la fourniture de services vidéo avancés pour les créateurs et les distributeurs de contenus.

« Nous faisons travailler les deux sociétés ensemble, leurs liens sont assez naturels. Ensemble, elles offrent une gamme complète de prestations à tous les cinéastes. […] Finalement, c’est assez simple, quand on commence à un endroit chez nous, c’est facile d’amener le projet jusqu’au cinéma ou à la télévision. L’idée est de développer les deux marques avec des compétences très différentes, très complémentaires. »

« Le succès que les Français rencontrent aujourd’hui sur l’animation de long métrage nous amène à travailler pour des studios américains, avec des savoir-faire qui sont  très intéressants pour le marché. »

Mikros œuvre sur trois zones géographiques : « La France qui est le cœur, Londres où on a un petit bureau, et Montréal. Sur les projets d’animation, nous avons besoin de talents parce que nous sommes déjà sur certains projets et d’autres commencent. […] Nous souhaitons donner envie de venir travailler avec nous sur les projets en cours qui sont supers ! ».

Après avoir évoqué l’« importance colossale » du Crédit d’impôt international, pour la dynamique de la filière, Gilles Gaillard exprime sa confiance dans le marché local : « Quand on explique dans le monde entier que les Minions sont l’œuvre de talents français [puisque dérivés de Moi, moche et méchant], on en dit beaucoup sur les compétences qui existent sur notre territoire. Nous essayons d’être à la hauteur de ce qui a été fait par ces équipes-là et nous espérons réussir à montrer qu’on peut, nous aussi, faire des trucs très sympathiques ! ».

 

INTÉGRALITÉ DE L’INTERVIEW À DÉCOUVRIR EN VIDÉO…


Articles connexes