Solutions de projection pour le cinéma : le laser phosphore

La première projection laser en public date de moins de cinq ans, le RGB* et le laser phosphore sont les deux technologies autour desquelles elle s'est développée. Passage en revue des évolutions de la technologie phosphore.
Barco-DP4K-23BLP.jpg

 

Ce principe est aujourd’hui mis en oeuvre dans des projecteurs destinés à des petits écrans ou des écrans de taille intermédiaire. Si ces projecteurs sont beaucoup moins chers que les lasers RGB, leur coût est plus élevé que celui des projecteurs xénon, mais la différence peut être amortie en quelques années grâce aux économies réalisées sur les coûts de fonctionnement (plus de lampes à changer, baisse sensible de la consommation électrique). Pour Barco, qui a développé la gamme de projecteurs laser au phosphore la plus large, cet amortissement est réalisable en 4 à 7 ans.

Laser phosphore « simple » : il est basé sur des diodes laser bleues qui sont utilisées depuis longtemps dans diverses applications (les lecteurs blu-ray, par exemple). Les coûts de fabrication des deux autres modèles de diodes (rouges et vertes), développés plus récemment, sont sensiblement plus élevés.

Le système repose sur deux sources laser bleues. En traversant une roue au phosphore, la lumière bleue produite par l’une des sources génère une lumière jaune à large spectre qui est convertie en rouge et en vert grâce à une roue chromatique. Les lumière parasites, notamment la lumière jaune résiduelle, sont ensuite supprimées grâce à un filtre (notch filter). Ce dernier est aussi utilisé dans les projecteurs xénon pour supprimer les longueurs d’onde des lumières indésirables.

Typical laser phosphor illumination

Le laser phosphore ne génère pas de speckle contrairement au RGB (la lumière du RGB est très directive alors que celle du phosphore, comme celle du xénon, se diffuse dans toutes directions et génère des longueurs d’ondes beaucoup plus variées).

Nec a lancé le premier projecteur laser au phosphore en 2013 pour les petits écrans (moins de 10 mètres), puis un second modèle destiné aux écrans de moins de 12 mètres. Le constructeur a annoncé avoir dépassé le cap des 1 000 projecteurs laser phosphore installés en 2016.

Barco a lancé en 2015 une gamme de projecteurs laser au phosphore étoffée développant entre 8 000 et 24 500 lumens (pour des écrans allant jusqu’à 23 mètres). La Chine, où plus de 10 000 écrans ont ouvert en 2016, en est un des principaux débouchés (Barco y a réalisé 50% de ses ventes de phosphore l’an dernier).

Christie a lancé un unique modèle de projecteur phosphore pour des petits écrans (moins de 8 mètres)

Laser phosphore double ou laser RB : c’est la dernière évolution du phosphore lancée par Nec en février 2017. Le rouge et le bleu sont produits par des diodes de ces deux couleurs, tandis que le vert est toujours obtenu grâce à une roue au phosphore (des trois types de diodes, ce sont les vertes qui sont les plus chères à fabriquer).

Prochainement, nous vous donnerons davantage d’explications sur cette solution.

 

* Lire notre article  Les solutions de projection laser pour le cinéma : le laser RGB