Nouvelles écritures : la SACD soutient les auteurs au-delà de l’écran (ITW WebTV de Stéphane Piera)

La Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), qui représente 55 000 auteurs, ne pouvait pas faire l’impasse de la création sur les nouveaux médias, en particulier sur Internet. C’est pourquoi elle développe une politique de soutien à l’adresse des auteurs-créateurs du Web, porteurs de projets nouveaux médias et de réalité virtuelle. Sur le Festival international de programmes audiovisuels (Fipa), nous avons rencontré STÉPHANE PIERA, administrateur délégué à la création interactive et aux nouveaux médias à la SACD, qui fait le point dans une interview vidéo sur les dispositifs existants…
video

 

Un soutien en phase d’écriture pour les web séries

En phase de conception, les auteurs peuvent se tourner vers le nouveau fonds de soutien d’aide à l’écriture dédié aux nouvelles écritures de la SACD, un fonds mis en place avec le partenariat de France Télévisions. L’aide concerne une première ou deuxième série d’un genre « feuilletonnant », développée pour un usage en mobilité. Après l’étude de leur synopsis par une commission de la SACD, les auteurs peuvent recevoir une aide d’un montant de 5 000 à 10 000 euros qui les aidera à entrer dans le détail du projet. Ce dispositif est doté d’un budget de 300 000 euros (150 000 euros France Télévisions / 150 000 euros SACD).

 

Un dispositif de redistribution des droits d’auteurs sur le web

Les auteurs des contenus web inscrits à la SACD sont rémunérés au nombre de vues. Si les montants perçus restent modestes par rapport aux niveaux de rémunération perçus lors d’une diffusion sur les chaînes TV (le modèle économique publicitaire étant différent), les auteurs peuvent toutefois percevoir un forfait de 500 euros par million de vues. Lequel peut s’additionner au partage de recettes délivrées aux producteurs par YouTube dont le montant est de 700 euros/million de vues.

Le dispositif représente une véritable bouffée d’oxygène pour les auteurs désireux de conserver une indépendance, certains pouvant ainsi continuer de créer sans fonds de soutien en amont ou encore éviter un placement de produits dans leur vidéo.

 

Une bourse spécifiquement conçue pour la VR

En 2009, Orange et l’association Beaumarchais-SACD nouaient un partenariat pour soutenir l’essor de nouveaux modes d’écriture et l’éclosion des premiers projets transmédia. Le dispositif, qui soutient spécifiquement les auteurs francophones désireux de développer des œuvres diffusées sur les nouveaux médias, focalise cette année son action sur le territoire de la réalité virtuelle.

Baptisé Bourse #RéaliteVirtuelle Orange/Beaumarchais/SACD, le fonds 2017 s’adresse au auteurs de projets de fiction VR en cours d’écriture. 

Un à quatre projets seront soutenus cette année pour une dotation totale de 50 000 €. Le ou les bénéficiaires profiteront, en outre, d’un accompagnement personnalisé : soutien dans les démarches, promotion de l’œuvre auprès des professionnels, aides complémentaires accessibles sous conditions.

La clôture des dépôts en ligne pour la prochaine commission est fixée au 13 février 2017 (annonce des résultats le 10 avril).Pour accéder au portail de la Bourse #RealiteVirtuelle, cliquer ici 

 

…Au-delà de ces fonds de soutien et de la distribution des droits d’auteur, la SACD dispense aussi des conseils concernant les contrats d’auteur et, dans le cadre de son volet social, accompagne les auteurs dans les aspects juridiques… Une aide précieuse pour aider ces derniers à se retrouver dans la jungle des droits attachés à leur statut !

 

La Taxe YouTube change la donne du financement de la création…

Pour rappel le vote de la taxe YouTube par l’Assemblée nationale en décembre dernier dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2016 (lire nos informations ici), permettra de pérenniser et consolider le dispositif de redistribution des droits d’auteurs sur le Web.  Grâce à cette disposition, les plates-formes numériques gratuites, qui restaient les seules et de manière injustifiée à ne pas payer de taxe, doivent désormais s’acquitter de 2% des recettes publicitaires générées sur le territoire français.

Cette mécanique répond à l’enjeu capital de la modernisation du financement de la création audiovisuelle et cinématographique. Elle permet de renforcer le soutien aux créateurs du numérique et aux « YouTubers », tout en assurant une stricte égalité entre des services et des plates-formes qui ont pour activité de distribuer et de mettre à disposition des œuvres audiovisuelles et cinématographiques. Les plates-formes payantes, elles, s’acquittaient déjà d’une telle taxe…

 

Pour des informations complémentaires sur les aides de la commission de la SACD, consulter son portail ici 

 

 

L’INTÉGRALITÉ DE L’INTERVIEW EST A DÉCOUVRIR EN VIDÉO…


Articles connexes
Une bourse Orange XR
 7 novembre 2018