« Zombillenium » en avant-première : 4 questions à Henri Magalon, producteur

"Zombillenium" (sortie prévue le 18 octobre 2017) a ouvert la cession des pitchs de Cartoon Movie. Rencontre avec le producteur de Maybe Movies ("Tout en haut du monde", etc.), Henri Magalon.
3Zombillenium_OK.jpg

 

Mediakwest : Zombillenium (13,4 millions d’euros) a demandé plus de cinq ans de production… 

Henri Magalon : Il y a eu plusieurs adaptations de la BD publiée par Arthur de Pins chez Dupuis avant qu’il ne prenne lui-même en charge l’écriture du scénario avec Alexis Ducord. Le film est entré en production début 2015. 2 Minutes (Angoulême) a défini le pipeline 3D et réalisé le compositing, les effets spéciaux, la lumière et le rendu. Pipangaï (Réunion) a pris en charge 70 % de l’animation (et un peu de rendu). DreamWall (Belgique) a fait le reste de l’animation et tous les décors en 3D. Nous avons réussi à ne faire intervenir que ces trois studios qui sont entrés en coproduction. Si nous avions eu un quatrième coproducteur, le budget aurait été plus important, mais nous aurions perdu en maîtrise. Il était préférable que tout l’argent aille au film. 

 

MK : Le fait que Gebeka Films, qui assure la distribution en France, soit entré en coproduction facilite-t-il la production ?

H.M. : Gebeka a participé au financement pour une part importante. Avec ce mandat et ceux d’Urban Distribution pour les ventes internationales et d’Universal Pictures pour les droits vidéo, nous disposions d’un investissement équivalent à celui d’un studio. Marc Bonny a suivi en outre la genèse du film depuis son écriture. Cette présence continuelle évite que le film passe à côté de son public, et facilite la communication.

 

MK : Vous destinez ce film à un public d’enfants et non pas d’ados. Pourquoi ?

H.M. : Nous voulions éviter que Zombillenium soit perçu comme un film pour ado-adultes, une cible difficile à atteindre. Mais il nous a fallu convaincre que les enfants adorent les monstres. Et ce, à partir de 5 ans ! Il sera le premier film de zombie pour les enfants. Mais il y a aussi un second niveau de lecture pour les parents.

 

MK : Au Cartoon Movie, vous présentez aussi, avec Sacrebleu Productions, le nouveau film de Rémi Chayé, Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary, au budget prévisionnel de 7 millions d’euros. Comment la technique influe-t-elle sur le coût ?

H.M. : Zombillenium est en full 3D – avec une version relief – et a nécessité la mise au point d’un pipe-line complet. Nous avons choisi de traiter Calamity… en 2D Flash comme Tout en haut du monde. Cette ligne graphique est loin de rebuter les enfants ! Sa production devrait commencer début 2018.