La Captation audio à la 140e Convention AES Paris (Partie 2)

Suite de notre compte-rendu de la 140e Convention de l’AES qui s’est déroulée cette année au Palais des congrès de Paris. Dans cette partie consacrée à la captation, nous ne revenons pas sur les produits récents comme les enregistreurs Aaton Cantar X3, Nagra 7, Sonosax SX4+, le récepteur numérique double diversity Sennheiser 6042 ou encore les accessoires Sound-Devices développés autour de la série 6, puisqu’ils ont déjà été chroniqués dans Mediakwest (à lire ici).*
2_AES_Ambiance_OK.jpg

 

Pour aider à dissimuler les capsules Slim 60 (sensibilité 20 mv/P) ou 61 (sensibilité 6 mV/P) dans les vêtements, DPA a revu la conception de son cache en plexi qui s’ouvre désormais en deux parties, chacune étant équipée de deux griffes amovibles. Un petit détail certes, mais c’est toujours l’accumulation de petites astuces qui facilite la vie en tournage…

 

Chez Lectrosonics, petit toilettage de la gamme IFB où, suite aux changements de fréquences requis par le dividende numérique V2.0, l’émetteur T6 laisse donc la place au Lmb. Notons également la venue du SRc, nouveau récepteur Diversity double canal conçu pour être exploité en mode autonome (adaptateur mini-XLR TA3) ou enfichable (adaptateur Sub-D compatible Unislot/Panasonic-Ikegami ou Superslot/Sound-Devices). L’ensemble reprend la technologie maison Digital Hybrid étendue ici sur une largeur de 76 MHz, agrémentée d’un filtre de rejection du bruit HF permettant de sécuriser les liaisons en environnement perturbé, ainsi qu’un port infrarouge destiné à faciliter la syntonisation avec les émetteurs compatibles. Pour les utilisateurs dépourvus d’alimentation sur leur caméra ou dans leur sacoche, Lectrosonics fait l’impasse sur les piles, mais propose en revanche un adaptateur permettant d’utiliser les batteries aux standards L ou M largement présents sur les caméscopes Sony. Cette option donne au récepteur SRc une autonomie atteignant facilement une dizaine d’heures, voire plus.

 

Merging Technologies met à l’honneur les possibilités de l’audio sur IP avec ses plates-formes Ovation 6 et Pyramix 10 qui, associées aux interfaces Hapi (deux ports d’extension) et Horus (six ports d’extension), apportent la compatibilité Ravenna et AES67 tant en postproduction que sur le marché de l’installation. Ces standards deviennent également accessibles aux utilisateurs de Pro Tools HD grâce à la nouvelle carte PT64 qui apporte 64 canaux via DigiLink avec en bonus les fameux préamplis micro made in Switzerland accessibles depuis la carte optionnelle AD8D.

 

Nouveau micro destiné au broadcast, le Microtech Geffell MD 300 appartient à la famille des dynamiques cardioïdes à large membrane dont l’archétype reste sans doute le Shure SM7. Il s’adresse donc en priorité aux studios radio, mais intéressera également tous les professionnels ayant besoin d’enregistrer des voix en dehors d’une cabine traitée. Le constructeur met en avant un rendu proche d’un statique avec une bosse entre 2 et 8 kHz pour augmenter la présence de la voix à faible distance et une bonne suspension interne permettant de le tenir à la main sans bruit de manipulation. Également exposé, l’étonnant KEM 975 comprend un ensemble de huit capsules disposées en line-array selon un brevet de l’IRT. L’angle de captation est large sur le plan horizontal, mais étroit sur le plan vertical pour une utilisation en broadcast et sonorisation (micro pupitre, desk sur les plateaux TV), mais aussi pour l’opéra et les chœurs.

 

Rycote a sorti, il y a quelque temps déjà, le système antivent Cyclone qui reprend le concept du « zeppelin » en le modernisant avec notamment une suspension Lyre montée sur support flottant, un accès facile grâce à deux coques aimantées, une forme en cône ou encore le tissu technique 3D-Tex. Aujourd’hui cette gamme s’agrandit avec la disponibilité d’une taille medium capable de recevoir un nombre important de micros canons grâce au connecteur XLR particulièrement compact fourni avec l’ensemble. Parmi les références compatibles, on trouve les Sennheiser MKH 416, 8060, Schoeps CMIT, Neumann KMR, DPA 4017 et 4018…

 

Schoeps propose une évolution de son kit ORTF Surround Outdoor Set avec une variante 3D comprenant un canal zénithal en vue d’une diffusion Dolby Atmos ou Auro 3D. On y retrouve un système de suspension antivent d’origine Cinela, une option de chauffage garantissant le bon fonctionnement des capsules en conditions difficiles, et un double montage microphonique quadrangulaire comprenant deux systèmes ORTF Surround superposés totalisant ainsi huit capsules supercardioïdes CCM 41 raccordées à une fiche Binder. Parmi les applications prévues, la fiction, mais aussi le sport et notamment les futures éditions de l’UEFA dont le cahier des charges en 4K demande un tel dispositif…

 

Zaxcom fait évoluer les performances de sa gamme UHF numérique avec la technologie ZHD, un nouveau mode d’émission à haute densité disponible sur les émetteurs de la série 3 (TRX LT3, LA3 et 743) et les récepteurs de la série 200, mais uniquement en mono pour l’instant. Selon le constructeur, le standard ZHD permet d’exploiter jusqu’à dix liaisons supplémentaires par plage de 1 MHz tout en doublant leur portée.

Dans la gamme des récepteurs enfichables, le nouveau SRX220 est un modèle slot-in compatible Unislot et Superslot particulièrement léger. Fonctionnant dans l’espace 518-692 MHz, il peut recevoir les modulations Zaxcom standard, XR en stéréo ou ZHD en mono ainsi que le TC avec les émetteurs compatibles. Les sorties se font soit en analogique à niveau ligne, soit en AES3. Émetteur deux en un, le TRX FB3 intègre un récepteur IFB 2,4 GHz compatible ZaxNet et une sortie casque permettant à un journaliste de recevoir les ordres et de communiquer avec la régie grâce à un bouton assignable à un circuit de talk-back. Il est doté en outre d’un enregistreur audio sur carte Micro-SD. Du côté des enregistreurs, le concept de console monobloc du Deva 32 que l’on avait pu entrevoir au dernier Satis est abandonné au profit du Deva 24 qui reprendra un design classique plus modulaire. Annoncée pour le Satis 2016, la machine est un enregistreur-mixeur vingt-quatre pistes à l’épaule ou sur roulante. Elle est dotée de douze entrées Mic/line, quatre entrées lignes et seize entrées AES compatible AES42. La face avant, que l’on peut détacher de l’enregistreur via une liaison filaire en Sub-D, permet le travail en déporté. On peut par exemple envisager de loger la base dans un sac à dos ou sur roulante afin de garder à portée de main uniquement le pupitre de commande. Le Deva 24 pourra également s’associer à la Mix-16, une surface de contrôle équipée de seize faders motorisés. Parmi les nouvelles fonctionnalités figure l’étonnante fonction Mix Ahead qui permet d’avancer les mouvements de fader jusqu’à 0,5 seconde par rapport au temps réel.

 

Et aussi

Chez le français Aeta, aux côtés de la 4MinX qui évolue au gré des mises à jour, un nouveau codec IP, le µScoop retient l’attention. Particulièrement compact, abordable (750 euros), alimentable en PoE 48V, capable d’assurer des liaisons full duplex, il est compatible avec les codecs standard (Mpeg, G722, G711), mais aussi les plus récents comme Opus et AAC.

Disponible en version analogique ou AES, le µScoop est pilotable via un navigateur web et vise les marchés broadcasts, événementiels, et plus généralement toutes les activités ayant besoin de communication IP grande distance où la qualité audio est de mise.

 

Imports

• DAD NTP Technology, Schoeps et Zaxcom sont importés par Areitec
• DPA est importé par Audio2
• Lectrosonics est importé par Tapages
• Rycote est importé par Pilote Films

 

* Cet article est paru pour la première fois dans Mediakwest #18, pp.58-60. Soyez parmi les premiers à lire nos articles en vous abonnant à notre magazine version papier ici 

La première partie de notre compte rendu de l’AES est accessible ici


Articles connexes