Klynt, la vidéo interactive entre dans la réalité virtuelle

À la veille du cinquième anniversaire de sa création, le logiciel d’édition de vidéos interactives Klynt prend une longueur d’avance sur la concurrence en allant beaucoup plus loin dans la création d’expériences audiovisuelles immersives à 360 degrés.
KlyntOK.jpg

 

Déjà la version 3 de Klynt, lancée au début de l’année 2015, introduisait des innovations fortes comme de proposer que n’importe quel média numérique (textes, images, sons ou vidéos) puisse devenir un objet interactif au sein de l’expérience utilisateur et déclenche des animations pouvant interagir entre elles.

Ainsi, il était désormais possible de dépasser le simple roll-over sur un objet interactif à l’intérieur d’une scène vidéo et de créer des rebonds entre les éléments vidéo d’une expérience interactive plus globale construite à l’intérieur de Klynt. Ce travail en profondeur sur l’interactivité des scènes vidéo a permis d’améliorer grandement le « gameplay » de Klynt et d’inciter ses utilisateurs à user du quiz et de l’apparition d’indices à l’intérieur des scènes vidéo.

Mais cette V3 de Klynt avait aussi intégré de nouvelles fonctionnalités à la fois productives et créatives, comme la possibilité d’importer des calques Photoshop directement dans la time-line de ce logiciel d’édition interactive, afin de pouvoir réutiliser de manière intuitive des calques .psd et les rendre interactifs. Les layers Photoshop sont dès lors manipulables de la même manière qu’une séquence dans un logiciel de montage ou de compositing. À court terme, l’import et la manipulation des données de tracking vidéo provenant d’After Effects seront également possibles de la même manière dans Klynt.

La V3 de Klynt avait eu aussi le mérite d’introduire des fonctions productives, comme la possibilité de travailler directement à partir de fichiers sources stockés dans Dropbox ou Drive, en vue de faciliter le travail collaboratif, tandis que les preview des scènes s’effectuent via un lien temporaire généré par le logiciel Klynt qui peut être partagé.

Enfin, et ce n’est pas la moindre de ses fonctionnalités intéressantes, la V3 de Klynt propose depuis plusieurs mois, à ceux qui ne voudraient pas passer par un hébergeur mutualisé du type Youtube, Dailymotion ou Vimeo, de s’interfacer via une API avec des hébergeurs vidéo spécialisés comme Brightcove, Ooyala…

 

L’interactivité dans la VR : une étape importante

Toutes ces fonctionnalités nouvelles de Klynt V3, si elles sont intéressantes, ne sont rien comparées au bond innovant franchi par la société Honkytonk, éditrice de ce logiciel lorsqu’elle a lancé au Satis Expo 2015 une version VR de son logiciel d’édition de vidéos interactives.

La réalité virtuelle a notamment fait apparaître une nouvelle forme d’interactivité dans les vidéos : le Gaze. Lequel consiste à utiliser, à l’aide d’un casque virtuel, le passage de l’œil sur un objet de la même manière qu’on le ferait en roll-over avec la souris ou le Touch Pad de son ordinateur portable. Il est même possible de définir la vitesse de réaction du Gaze au doigt et à l’œil.

Les images 360 sont aussi suffisamment immersives pour que se pose, de manière encore plus cruciale aujourd’hui, la question de la sortie d’une séquence vidéo une fois celle-ci terminée, et pour qu’un logiciel d’édition interactif comme Klynt apporte une solution en intégrant deux manières de faire. À savoir : soit le renvoi automatique à la séquence d’entrée, soit le renvoi vers une autre scène vidéo, conditionné par une action dans l’interface HTML 5, par exemple la réponse à un quiz.

 

Le son traité comme un objet VR

Comme le reconnaissent nombre de pionniers de la production d’images 360, le son est un élément prépondérant de la narration d’un film, qu’il soit interactif ou pas. Les stimuli sonores permettent de guider l’exploration du spectateur immergé de manière libre au cœur des images. C’est pourquoi, Klynt VR prend un soin tout particulier quant au positionnement des sons dans l’espace d’une scène 360.

Qu’il ait réalisé une prise de son multicanal ou stéréo, voire monophonique, le concepteur d’une application interactive avec Klynt VR pourra enrichir l’expérience sonore de l’utilisateur en attachant des fichiers MP3 à n’importe quel objet d’une scène 360. Le son se déclenche au moment où l’œil passe au-dessus de la zone interactive et il est possible de donner à ces stimuli sonores une intensité variable suivant qu’on se rapproche ou s’éloigne de l’objet sonorisé. De quoi renforcer avantageusement l’impression de réalisme au cœur d’un décor immersif…

De la même manière que pour le son, le Klynt version VR propose de disposer d’imagettes interactives, à l’intérieur d’un écran d’accueil, qui tiennent compte des niveaux de profondeur de la scène. Il est possible d’appliquer à ces imagettes interactives (qu’elles soient photo ou vidéo) une déformation en fonction de leur position dans la sphère 3D. Cette fonctionnalité permet de donner une touche de réalisme à des compositions interactives complexes à l’intérieur d’une sphère 360.

À noter que pour faciliter la tâche des utilisateurs qui découvriront ces nouvelles fonctionnalités interactives à l’intérieur d’une image VR, Klynt va proposer à ses clients des banques d’images 360 sous une forme « creative commons » pouvant être exploitées librement, en particulier dans le cadre de la conception d’écrans d’accueil interactifs à 360.

De même pour les concepteurs de Klynt, Arnaud Dressen et Guillaume Urjewicz, l’enjeu du succès de la VR est aujourd’hui autant technique que créatif. C’est pourquoi ils proposent, outre le visionnage au sein des nouveaux navigateurs web adaptés à la VR, comme Nightly de Mozilla ou Youtube, également la compatibilité de lecture VR avec l’ensemble des « players » développés en langage natif Android et iOS. Klynt offre lui-même à ses clients, dans la version Premium, une application de visionnage pour smartphones et tablettes avec son propre player intégré.

Quant aux tarifs de ce logiciel, déjà très répandu dans les milieux étudiants et enseignants, il évolue afin de répondre à cette demande forte avec un prix d’entrée à 49 euros HT pour les étudiants et une version Campus illimité à moins de 2 500 euros HT, utilisable librement par l’ensemble d’une école, ce qui en fait sans doute un des softs d’édition de vidéos interactives pour le web et les tablettes le moins cher du marché.

 

…Pour rester à la pointe de l’information sur les innovations de rupture du numérique et les nouveaux métiers qui les accompagne mais aussi pour développer votre réseau, participez au Forum Screen4ALL en Octobre prochain. Deux jours autour de 3 thèmes …

     – L’immersion 360 °/ VR
     – Production Cinéma/Broadcast : Nouveaux métiers et nouvelles pratiques liées au numérique
     – ULTRA HD /4K

Pour plus d’informations visitez le site : www.screen4all.com


Articles connexes