La CGEV signe les univers 3D du nouveau film d’Alain Chabat (WebTV Rencontres Cinématographiques de Dijon)

Dans cet entretien livré durant les 27e Rencontres Cinématographiques de Dijon, Alain Carsoux retrace la genèse de la Compagnie générale des effets visuels (CGEV) qu’il préside avant de nous livrer quelques détails sur son actualité....  Pour rappel, il est aussi partenaire du Labo Paris, qu'il a cofondé avec Arnaud Borges (entrevue à visonner ici), et de Dum Dum Films.  
video

 

La CGEV a vu le jour à la suite de la disparition du groupe Quinta. La société indépendante ainsi créée s’est spécialisée dans la production d’effets spéciaux. Elle bénéficie, depuis de longues années, des compétences d’une équipe confirmée. Tous ses projets font l’objet de rencontres et d’échanges qui débouchent sur des projets ultérieurs.

À son catalogue, figurent aussi bien des films d’auteur que des longs métrages à gros budget. Parmi ces derniers, on trouve Santa et Cie, le tout dernier film d’Alain Chabat qui sort en salle ce mercredi 6 décembre.

 

« Globalement, Santa et Cie comporte 800 plans truqués, surtout des effets à forte demande d’images de synthèse. Nous en avons réalisé quelque 200 », confie Alain Carsoux. Les effets spéciaux de ce projet conséquent (« Un type d’effets qu’on n’a pas souvent l’occasion de voir ! ») ont été ventilés entre trois sociétés de postproduction.

« Nous avons été sollicités pour les environnements, tout le travail de fabrication du monde imaginaire de chez Santa. Pour nous, c’est un vrai bonheur, nos talents sont ravis de pouvoir rebondir avec des créations complètes de décors, d’usines à rêves, de fabriques de jouets. C’est vraiment un monde merveilleux ! », décrit le président de la CGEV.

 

Le producteur du projet, Alain Goldman, a confié à Abraham Goldblat, fondateur de I Mediate Post Productions, la direction de la postproduction du long métrage.

 

INTERVIEW À DÉCOUVRIR EN VIDÉO…


Articles connexes