Le laser bientôt mûr pour toutes les tailles d’écrans cinéma ?

Pour proposer des prix compétitifs, les fabricants doivent produire les projecteurs laser en grandes séries ce qui suppose une forte demande. D'où l'élargissement des gammes pour proposer des modèles adaptés à tous les cinémas. Tous les écrans ont-ils intérêt à passer au laser rapidement quelle que soit leur taille ? Points de vue des fabricants.
DP4K-60L frog front lightbeam on black jpg-1.jpg

Pour les grands écrans, Barco, Christie en NEC – Sony ne produit pas encore de projecteurs laser – font le même diagnostic : les performances du laser (jusqu’à 60 000 lumens dans un projecteur contre 30 000 avec les xénon les plus lumineux) apportent aux grandes salles un supplément de puissance lumineuse indispensable, notamment pour la projection en relief. Avant d’être une nécessité économique, le passage des grandes salles au laser est un impératif artistique même si c’est à ces mêmes salles que le laser fait réaliser les économies de fonctionnement les plus importantes (les lampes xénon de forte puissance coûtent cher et doivent être renouvelées fréquemment). Si aujourd’hui ces économies ne compensent pas la différence de prix entre un « gros » laser RGB et un xénon, l’investissement n’en est pas moins fondé pour les trois constructeurs car il conduit à une amélioration sensible de la qualité de projection.

En ce qui concerne les écrans de taille intermédiaire, Barco a commencé à prouver que la laser peut être rentable : le fabricant garantit que les coûts de la conversion au laser de ses projecteurs xénon de série C (destinés aux écrans d’environ 12 à 20 mètres de base) peuvent être amortis en l’espace de cinq ans grâce aux économies réalisées sur les lampes et l’électricité (dont la consommation est réduite de 50%). La rentabilité de l’investissement tient en partie au fait que Barco ne fait que remplacer des composants sur des projecteurs déjà installés (schématiquement, une source laser se subsitue au bloc lampe) mais c’est un résultat prometteur compte tenu des baisses de prix à venir sur les équipements neufs.

La technologie du laser phosphore utilisée dans les projecteurs destinés aux écrans de taille intermédiaire (dont les séries C de Barco) et aux petits écrans n’atteint pas le niveau de performances du lasr RGB mais elle offre, selon Barco, suffisamment de puissance pour apporter aux écrans de taille moyenne un gain de luminosité précieux notamment là encore pour la 3D.

Pour les petites salles qui ne sont pas confrontées au manque de puissance lumineuse avec leurs xénon, l’intérêt du laser est avant tout financier et pratique (plus de changement de lampe). Les solutions de NEC, précurseur des projecteurs laser au phosphore de petite puissance, ont déjà réalisé une percée remarquable : le constructeur a annoncé à Barcelone en avoir installé un millier depuis le lancement de son premier modèle en 2014.

Mais Christie considère de son côté que le passage au laser n’a pas de justification économique pour les petits écrans à l’heure actuelle. Compte tenu du surcoût de l’équipement laser par rapport à un projecteur traditionnel, ce dernier resterait plus performant, qu’il soit équipé de lampes xénon ou mercure, grâce à ses coûts de fonctionnement réduits (longévité et prix modéré des lampes) et sa plus grande longévité (une source laser dure 30 000 heures). Pour Christie, l’avenir réside dans la technologie RGB qui offre une meilleure qualité d’image que le phosphore, y compris pour les petites salles. Le constructeur doit annoncer des solutions allant dans ce sens dans les mois à venir.

Comme NEC, Barco n’est pas sur la ligne de Christie. La firme a annoncé à CinéEurope que ses projecteurs de série S destinés aux petits écrans seront bientôt disponibles en version laser (courant 2017). Barco explique que ces nouveaux modèles donneront notamment à ses clients qui ont déjà équipé leurs grands écrans l’opportunité de convertir toutes leurs salles au laser. Le bénéfice sera global : ne plus avoir à changer aucune lampe xénon dans un cinéma permet de diminuer la charge de travail des projectionnistes voire de réduire encore le nombre de postes. Les autres opérations de maintenance peuvent être confiées à un intégrateur. Une quinzaine d’établissements clients de Barco ont déjà pris la décision de passer au tout laser.


Articles connexes


HighFun – Smart Postprod
 21 janvier 2019