Les VFX de la série Grimm développés avec Fusion Studio

Inhance Digital, basée à Hollywood, utilise Fusion Studio pour finaliser les VFX d’un grand nombre de séries à succès, notamment pour Jane the virgin, Nashville ou Grimm.
Grimm.001.jpg

 

Agence spécialisée dans les prestations utilisant des décors virtuels sur fonds verts, Inhance offre une variété de services qui séduisent les grands studios de en demande de VFX assez élaborés, comme c’est le cas sur la série Grimm. Au cœur du pipeline de production d’Inhance Digital, Fusion Studio se révèle être l’un des outils de compositing les plus importants du département d’effets visuels.

 

La série Grimm, inspirée des contes de fées écrits par les frères Grimm suit les aventures de l’enquêteur Nick Burkhardt. Nick descend d’une lignée de « Grimms », qui a le pouvoir de voir et de chasser les créatures surnaturelles. Depuis ses débuts en 2011, la série exploite pour chaque épisode un nombre impressionnant de décors virtuels et d’effets visuels, notamment dans les séquences où le héros se bat avec des humains qui se transforment en créatures fantastiques. Inhance a fourni les VFX de la série depuis 4 saisons.

 

Le responsable des VFX de Inhance, Eddie Robison, gère et collabore à la création des scènes traitées. Eddie utilise Fusion depuis 1996, il travaillait alors sur Star Trek Voyager…« Grimm représente notre production la plus importante en termes de création de décors virtuels, mais aussi en quantité de travail, et nous réalisons un grand nombre de prises, notamment lorsque les acteurs se transforment en créature. Pour réaliser ces effets à l’aide de Fusion, nous regroupons des calques disposant du tracking 3D, calques fournis par l’équipe de production, avec des éléments 3D et nous les envoyons dans Fusion pour le compositing. Le logiciel effectue le travail préliminaire : la suppression des points de tracking du visage des acteurs, la rotoscopie pour découper leurs vêtements mais aussi le travail sur des calques complexes et la fusion des éléments virtuels.

 

Tous ces petits détails permettent de rendre les créatures les plus réalistes possibles et facilitent grandement notre travail», explique Eddie. « Nous importons les différentes passes 3D en tant que rendu comportant des canaux alpha mais aussi des éléments au format .exr qui permettent d’avoir accès aux informations des compositions, telles que les métadonnées, les données UV, le Z-depth et les données World Position. L’accès à toutes ces informations est inestimable ! »

 

« Pour un projet tel que cette série, l’interface nodale de Fusion est parfaite car ce type de compositing est très intuitif. La fenêtre Flow de Fusion permet de voir le début et la fin de la composition mais aussi tous les éléments placés dans le compositiong, du début à la fin. Vous pouvez arranger les nœuds et les connexions comme vous le voulez, il est donc très facile de personnaliser son workflow » précise Eddie Robison.

 

« Les logiciels qui architecturent leur approche sur la timeline réduisent le champ d’action et n’offrent pas beaucoup d’options différentes. »

 

Les fonctions de scripting de Fusion Studio facilitent également le travail sur Grimm… « Le scripting natif de Fusion est très utile. Nous disposons d’un script que nous exécutons lorsqu’une composition est terminée. Ce scripting traite le rendu final, il le redimensionne, intègre un clap au début de la séquence dont les différents champs sont remplis automatiquement. De plus, les métadonnées sont préservées et ajoutées au clap, le clap comprend donc les données et les images de la séquence. Un fichier QuickTime est créé pour les clients, ce fichier est envoyé dans le dossier de prévisualisation des rushs. Ce processus permet aux concepteurs de gagner beaucoup de temps et à la société d’augmenter sa marge», ajoute Eddie.

 

« L’industrie est de plus en plus exigeante, notamment concernant les délais et les budgets, les défis sont quotidiens et Fusion nous permet de réaliser des scènes extraordinaires tous les jours en restant productif. Depuis de nombreuses années, nous avons vu passer beaucoup de logiciels de compositing différents, mais je ne vois pas l’intérêt de changer. Je sais que Fusion est l’un des meilleurs logiciels de sa catégorie », conclu le directeur des effets spéciaux qui a été nominé pour un Emmy award il y a quelques années.