Diversion Cinéma, précurseur dans la monétisation de la réalité virtuelle (Web TV Mediakwest Camille Lopato)

Camille Lopato, fondatrice et directrice de Diversion Cinéma était présente aux Rencontres Cinématographiques de Dijon organisées par l’Arp. Elle nous y explique dans un premier entretien les raisons de sa présence et les perspectives pour Diversion Cinéma...
video

 

 

« Nous sommes à Dijon aujourd’hui pour créer un mini cinéma de réalité virtuelle et notamment présenter des œuvres qui ont été coproduites par Arte. Les Rencontres de Dijon nous ont demandé si cela nous intéressait. Il se trouve que l’année dernière, nous étions venus aussi. Diversion Cinéma est spécialisé non pas dans le jeu vidéo mais plutôt véritablement dans tout ce qui se rapproche d’une œuvre cinématographique et d’une œuvre de création en réalité virtuelle. Il nous semble que cela fait sens de pouvoir présenter ces œuvres-là aux acteurs aujourd’hui du cinéma traditionnel. Il y a quelque chose dans ce nouveau média, dans ce nouvel écran qui est profondément lié à la création cinématographique sans en être au sens strict. Il y a malgré tout des relations d’écritures, de mise en forme, de production qui sont assez similaires à ce qu’il peut se faire en cinéma.

 

Depuis le début, janvier 2016, bien entendu nous rétribuons les auteurs. Cela fait partie de notre business modèle parce que c’est de l’argent de marché. Quand nous recevons des spectateurs qui paient leur place, c’est ce que nous appelons l’argent de marché. Nous sommes les « location base ». Nous sommes les premiers ou en tout cas dans les premiers, à pouvoir monétiser la réalité virtuelle. Il me semble juste voire même évident que cet argent revienne en partie aux gens qui créent. J’ai travaillé dans le cinéma pendant 8 ans donc je vois un petit peu les mécanismes. C’est sur ce modèle-là que nous nous sommes calés, c’est à dire un minimum garanti, le partage de recettes. C’est de l’argent qui est très peu pertinent si nous le mettons en relation avec un budget de production mais c’est un début. Même si c’est un petit feu, demain, il faut que ce soit beaucoup plus pertinent. »

 

Camille Lopato revient dans la suite de son interview sur son souhait de pouvoir positionner Diversion Cinéma à terme en tant que coproducteur pour définir une stratégie claire de monétisation et d’exploitation de l’expérience en réalité virtuelle.

 

 

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE SES PROPOS DANS L’INTERVIEW VIDEO…


Articles connexes